Soutien à I.A.A.T.A


On partage ci-dessous le texte d’appel posté sur I.A.A.T.A suite à une arrestation dans le cadre d’un texte publié sur leur site.

Solidarité avec les médias libres, solidarité avec I.A.A.T.A

Rassemblement le 29 juin à 12h devant le Palais de Justice

Le 29 juin 2015, à 14h, au palais de justice de Toulouse, une personne passe en procès.
Identifiée 1 74 09 99 etc, elle a été arrêtée le 6 mai, à 6h30 du matin, a subi 10h de garde-à-vue.
Elle est accusée de « provocation publique à la commission d’un délit ou d’un crime ».
Elle encourt cinq ans d’emprisonnement et 40 000 € d’amende.

L’objet du délit  : Un article paru le 1er mars, sur le site internet d’information, IAATA (Information Anti Autoritaire, Toulouse et Alentours).

Le contenu : Un compte-rendu critique de la manifestation à Toulouse du 21 février 2015, contre les violences policières et en soutien aux ZAD (Zones A Défendre).

Ce qui pose problème à la justice : On y trouve des propositions concrètes d’organisation des manifestant-e-s face à la violence policière.

C’est quoi ce site ? IAATA est un site d’infos, ouvert à la publication, dans lequel plus d’une centaine de personnes ont déjà posté des articles.

Pourtant, la justice attribue à une seule personne la responsabilité de l’ensemble des écrits, et pour cela l’érige en « directeur de publication ».

arton731Dans un contexte de surenchère répressive, le 26 octobre 2014, sur les terres d’un projet de barrage à Sivens (dans le Tarn), un manifestant, Rémi F. est tué par la gendarmerie. S’ensuit à Toulouse une série de manifestations très encadrées par les forces de l’ordre et réprimées par la justice.
Bilan (provisoire) : 69 arrestations, 40 procès, des dizaines de milliers d’euros d’amende, des mois de prison avec sursis, 9 personnes écrouées, et des procédures toujours en cours…

Le pouvoir n’admet aucune opposition, aucune réaction collective. Il prend systématiquement pour cible tout ce qui lui résiste. Une manière de retourner la situation, de ne pas rendre de compte sur ses exactions en général et sur cet assassinat en particulier.

Cette fois-ci, c’est sur internet que la justice cherche à créer de nouveaux coupables. Voilà comment un Toulousain, usager/utilisateur de médias libres, va se retrouver face aux juges.

Il s’agit par ce procès d’attaquer les médias libres (radios, journaux et sites internet indépendants) parce qu’ils sont des outils pour penser par soi-même, pour s’organiser et cesser de croire que les clés de la compréhension de ce monde sont majoritairement détenues par les médias de masse. Ceux-là mêmes qui imposent un prêt à penser unique, uniforme, univoque.

Autour de ce procès, c’est l’occasion de combattre une mécanique bien huilée : un bouc-émissaire poursuivi afin de dissuader des gens « coupables » de pratiques collectives, d’étouffer toute velléité d’action critique, de créer du repli et de la peur.
Se solidariser face à la répression c’est aussi défendre ces espaces qui diffusent un large éventail de courants de pensées, traitent de la réalité du terrain, et décortiquent les rapports concrets de domination.
Face au déploiement de l’arsenal répressif, pour ce procès comme pour tous ceux à venir, il est important de ne pas rester isolé-e face à la justice, de continuer de s’organiser et de se soutenir.

Rassemblement le 29 juin à 12h devant le Palais de Justice

Vous pouvez exprimer votre solidarité sonnante et trébuchante en envoyant des dons à l’ordre de « CAJ » (Caisse d’Autodéfense Juridique) c/o Canal Sud 40 Rue Alfred Duméril 31 400 Toulouse

comité de soutien à 1740999
contat : comitedesoutien@riseup.net

Rappel des événements du 2 au 4 juin 2015


MARDI 02/06 – 20H :

CONCERT EN HOMMAGE A CLEMENT

MERCREDI 03/06 – 19H:

PROJECTION DU FILM

« ACTA NON VERBA » + DEBAT

JEUDI 04/06 – 18H30:

MANIFESTATION EN HOMMAGE AUX VICTIMES DU FASCISME

 

concert proj Signataires

 

 

 

 

 

Manifestation en hommage aux victimes du fascisme


Le 5 juin 2013, des fascistes ont tué notre camarade Clément Méric.

Deux années ont passé et nous ne pouvons que constater que l’extreme droite continue de déverser sa haine, sa violence et son racisme partout en Europe. Nous n’oublions pas les coups de couteau reçus par Carlos Palomino en Espagne en 2007, l’assassinat de Pavlos Fyssas en 2013, et tous les autres tombés à cause des idées fascistes. Ces actions vont de pair avec la banalisation des discours racistes et xénophobes tant dans les medias que dans la politique institutionnelle.

La crise du capitalisme que nous traversons laisse place en Europe au développement de partis ouvertement fascistes et néonazis comme Aube Dorée en Grèce et les groupes nationalistes dans l’Est de l’Europe. Mais les partis traditionnels n’échappent pas à la résurgence des idées réactionnaires.

Il suffit de voir la politique menée par le Parti Socialiste depuis son arrivée au pouvoir : Les violences policières sont en augmentation et les libertés individuelles sont de plus en plus remises en cause au nom de l’ordre et de la sécurité.Le racisme notamment celui envers les Rroms et l’islamophobie, gagne du terrain.

Clément était un militant qui croyait fermement en l’égalité, la justice sociale et la lutte.clem 3 Il détestait le racisme, l’homophobie et la violence d’Etat ; c’est un camarade qui avait décidés de lutter contre le fascisme, sur le terrain des idées comme dans la rue.
Et nous savons qu’il avait bien raison, la solution est dans la lutte et l’organisation collective à tous les niveaux : idéologique et culturel au quotidien.

On ne doit pas laisser la possibilité à l’extrême droite de s’implanter. Il n’y a pas de “liberté d’expression”, de “liberté de parole”… pour ceux qui nient toutes ces libertés.

Pour cela Clément et tous nos camarades victimes du fascisme doivent vivre dans nos luttes, pour l’égalité, pour la justice sociale.

Pour Clément et pour les autres victimes du fascisme il n’y aura ni oubli ni pardon, rien ne restera impuni!

Seule la lutte paie.

RDV le 04 Juin à 18h30 place Arnaud Bernard

Et à Paris le 06 Juin à 14h a Bastille

Signataires

concert proj

Zyed et Bouna : ni oubli, ni pardon !


Nous relayons ci-dessous l’appel national issu du collectif de soutien:

Le 18 mai prochain, la cour d’appel rendra sa décision au sujet des deux policiers mis en cause dans la mort de Zyed Benna et Bouna Traoré, morts à Clichy-Sous-Bois le 27 octobre 2005, alors qu’ils étaient poursuivis par la police au retour d’un simple match de foot avec leurs amis.

arton3146-d385a

Parce qu’il aura fallu 10 ans de bataille judiciaire pour éviter le non-lieu, parce que l’affaire Zyed et Bouna n’est que la plus médiatique de centaines d’autres qui n’aboutissent jamais. Parce que la liste s’allonge chaque année, quel que soit le verdict, il ne sera pas pleinement satisfaisant.

Pour marquer le coup et montrer que nous sommes unis : familles de victimes, collectifs et associations appellent à se rassembler. Il n’existe aucune limite pour se soutenir et avancer ensemble.

10 ans aprés, ni oubli, ni pardon !

RDV le 18 mai 2015 à 19h

Métro Palais de Justice à Toulouse10417461_1000463403299814_9118409723651037470_n

 

Les réacs s’invitent à la fac


Nous relayons ici un communiqué d’act up  :

Pas de conférences LGBTphobes et sexistes dans nos facs !

Le lundi 4 mai aura lieu à la Faculté de Pharmacie de Toulouse une conférence intitulée « PMA GPA, droits de l’enfance », organisée par le « café bioéthique étudiant » avec comme unique intervenante, Aude Mirkovic, fondatrice des Juristes pour l’Enfance.

Au regard des divergences récentes provoquées par le sujet, du « cv » de l’intervenante et des organisateurs de cette conférence (le café bioéthique étudiant) il est important de faire « tomber les masques » quant au véritable contenu de cette rencontre.

Qu’est ce que le café bioéthique étudiant ?

Organisation satellite de la pastorale étudiante toulousaine, celle-ci organise de nombreux événements autour des questions bioéthiques et de la religion. Ses séminaires visent essentiellement à former des jeunes à étayer leur discours anti-avortement, anti-euthanasie, anti-égalité des droits.

La Pastorale étudiante membre du diocèse de Toulouse, est depuis bien longtemps un lieu de rendez-vous et de recrutement de la droite réactionnaire, de l’extrême-droite toulousaine, de La Manif Pour Tous 31 et des groupes anti-avortements ( appui stratégique de la pastorale étudiante, et plus largement du diocèse de Toulouse: organisation de bus pour les Manifs dites « pour tous » parisiennes, organisations de débats, hébergement de réunions, appui financier …)

Qui est Aude Mirkovic ?

Professeur en droit privé, spécialiste du droit de la famille et seule intervenante de cette initiative, Aude Mirkovic s’est particulièrement illustrée à travers des conférences et des interviews en tentant de démontrer les contradictions juridiques du Mariage pour Tous et en dénonçant sans relâche dans des médias réactionnaires l’adoption par les couples de même genre.
Le blog de l’association Juristes pour l’Enfance, dont elle est une des fondatrices, regorge d’articles tous plus homophobes, lesbophobes, transphobes et sexistes les uns que les autres. Ils sont d’ailleurs repris par de nombreux sites de l’extrême-droite radicale (Egalité et Réconciliation, Kontre Kulture).

Act up Sud-ouest dénonce avec force la tenue d’une conférence LGBTphobe et sexiste au sein d’une université laïque et publique et appelle à une extrême vigilance car les forces réactionnaires continuent leur travail anti-égalité des droits à Toulouse et partout en France.

Act Up Sud-ouest exige que le doyen de la faculté de Pharmacie, Monsieur Christophe Pasquier, annule cette conférence.

Le 1er mai est et restera antifasciste.


Vendredi premier mai, journée internationale des travailleuses et des travailleurs, l’Union Antifasciste Toulousaine et ses camarades étaient dans les rues de Toulouse.

       S’il est besoin de le rappeler, le fascisme et le capitalisme étant intimement liés, nous sommes anticapitalistes. Pour cette raison, nous avons défilé en solidarité avec tous les exploité-e-s, en France, et dans le reste du monde.

      Nous avons appris il y a quelques jours que l’extrême droite nationaliste avait prévu de se rassembler sous la statue de Jeanne d’Arc, à Toulouse. Nous ne pouvions pas accepter une seule seconde de fermer les yeux sur leur rassemblement pétainiste. Surtout 20 ans après le meurtre de Brahim Bouarram, jeté dans la Seine à proximité du rassemblement du FN à Paris.

      Suite au traditionnel défilé du premier mai, nous avons rejoint le lieu de la commémoration nationaliste, à une cinquantaine, sous la bruine et au milieu des fleuristes. Afin de ne pas laisser la place Jeanne d’Arc aux fascistes.

Ceux-ci étaient déjà en partie sur place, attendant au Clocher de Rodez, hotel-restaurant leur servant de base arrière.

( se référer à : http://fafwatchmp.noblogs.org/ces-lieux-qui-puent/le-clocher-de-rodez/ )

La police, encore une fois complaisante avec l’extrême droite, nous a alors demandé de partir car le rassemblement fasciste était déposé. Il semblerait que l’incitation à la haine raciale soit légale en France si elle est déclarée 3 jours ouvrables à l’avance.

Après avoir été repoussé, nous avons pris place de l’autre côté de la route afin d’expliquer aux passants ce qui était en train de se passer.

261728IMG20150501125640

 1h30 de patience plus tard, le rassemblement pour Jeanne d’Arc a finalement été annulé grâce à notre présence.

Qu’ils le sachent, nous ne laisserons jamais Toulouse aux nationalistes. Toulouse est, et restera antifasciste.

A la mémoire de tou-te-s les travailleurs-ses tué-e-s par le capitalisme


Ni nostalgique de Pétain, ni nostalgique de Jeanne d’Arc dans nos manifs !

Le 1er mai est un hommage à la lutte de travailleurs et des travailleuses. C’est pour commémorer la répression de la grève de Mai 1886 à Chicago que le mouvement ouvrier international défile au nom de la lutte des classes à cette date depuis 1890. Depuis, le 1er mai est le symbole d’un combat de millions de travailleurs et de travailleuses pour obtenir de meilleures conditions de vie et de travail et pour mettre à bas un système qui nous oppressent et nous tuent.essait

Mais l’extrême-droite, comme à son habitude, entend détourner un des événements les plus marquants et populaire de l’histoire de la lutte des classes pour en faire un symbole patriotique. Extrême-droite à l’histoire tellement honteuse et détestable qu’elle est prête à tout pour se redonner une virginité historique.

Ce rassemblement entend fusionner Jeanne d’Arc, la pieuse vierge, qui a libéré Orléans le 8 mai 1429 avec la propagande vichyste du 1er mai qui a consisté à considérer le travail comme une valeur supérieure aux valeurs d’égalité, de solidarité et de justice sociale que défendait le mouvement ouvrier.

En défilant le 1er mai pour Jeanne, l’extrême droite dispose ainsi de sa propre contre-commémoration face à la référence à la Seconde Guerre mondiale, pour elle si difficile à gérer. Alors, quitte à se chercher des références historiques, autant mélanger ça au 1er mai pour rendre cela un peu plus sympathique.

Ainsi à Toulouse les nationalistes essayeront de se rassembler place Jeanne d’arc à 14h.

Laisser l’extrême-droite se rassembler le 1er mai c’est les laisser salir la mémoire des travailleurs-ses mort-e-s pour l’émancipation et la justice sociale mais aussi continuer à laisser courir les idées de l’extrême droite dans nos rues et les laisser détourner notre histoire.

Rendez vous à 13h place Jeanne d’Arc

Ne laissons pas la rue à l’extrême droite !

Le racisme a une adresse


Selon les médias, mardi 14 avril, un commando cagoulé a effectué une expulsion illégale.

Non, ce n’est pas un énième squat viré par la police. Ils n’étaient qu’une grosse dizaine, sans armes et pour toute cagoule, des masques blancs. La cible : un local de l’UMP, viré en soutien aux migrants de Calais.

Mardi après-midi devant le siège de l'UMP 31./DDM, Michel Labonne.

Voici leur texte de revendication trouvé sur iaata (https://iaata.info/L-UMP-EXPULSE-EXPULSONS-L-UMP-664.html):

« L’UMP de Calais expulse !

Expulsons l’UMP !

En France, comme partout ailleurs, des milliers de migrantes et de migrants font les frais de la guerre aux pauvres, engagée par les Etats, et désormais par l´Europe. Obligées de quitter leur pays -bien souvent à cause de désordres occasionnés par l´avidité des puissances occidentales- ces personnes se retrouvent traquées par la police, mises en danger de mort lorsqu´elles tentent de passer une frontière, et méprisées par toutes les admnistrations. Tandis que cette situation s´aggrave, certains et certaines considèrent que toutes les vies ne se valent pas : cela leur permet de fuir leurs responsabilités. Nous crions l´inverse : personne n´est illégal, bienvenue à toutes et à tous les réfugié-e-s.

A Calais, la mairie UMP cherche à profiter de manière obscène de cet état de fait. Elle n´a de cesse de favoriser le racisme vis à vis des migrantes et des migrants, quand elle n´envoie pas tout bonnement ses employés municipaux faire le sale boulot d´expulsion généralement réservé aux flics. Ce parti nauséabond tente de creuser la fracture entre différentes populations, en fonction de leur couleur de peau, de leur langage ou de leur pays d’origine.

Nous ciblons aujourd’hui ce repère de réactionnaires : si les flics n’ont même pas eu à expulser manu militari cette fois-ci, la pression exercée sur les sans-papiers reste tout autant inadmissible. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il serait absurde de pointer un parti politique comme seul responsable. En effet, la préfecture “socialiste” du Pas-de-Calais n’est pas en reste quand il s’agit d’envoyer ses sbires en uniforme terroriser les migrantes et les migrants. Nous n’attendons rien des politiques, qui ne trouvent pas mieux à faire que de dresser les unes et les uns contre les autres. Nous considérons en revanche que la solidarité entre celles et ceux qui subissent la violence de l’Etat est la seule réponse adéquate face à leur cynisme.

Nous attaquerons les responsables et les structures qui cautionnent de tels méfaits.

Nous continuerons à combattre le racisme, où qu’il se trouve.

A bas les frontières !

Mort aux Etats et aux nations ! »

Que les médias osent parler de saccage montre à quel point l’intolérance grandit vis à vis des actions, quelles qu’elles soient. Celle qui a lieu ce jour-là, qualifiée par bon nombre d’entre nous de symbolique et non violente, est criminalisée sans aucune hésitation…

Bravo aux camarades qui ont menés cette action !

 

Solidarité avec toutes celles et tous ceux qui subissent les frontières.

Solidarité avec ceux qui tentent de les abattre.

MANIFESTATION 21 MARS 14H


Le 21 mars prochain nous appelons à manifester pour la journée mondiale contre le racisme

Cela prendra place dans un contexte marqué par l’attaque de Charlie Hebdo suivi de l’attentat antisémite de la porte de Vincennes. Nous condamnons ces meurtres et nous refusons que cela soit utilisé pour banaliser l’islamophobie et renforcer les politiques d’État racistes et liberticides.

Nous refusons que cela soit utilisé pour légitimer les théories d’un « choc des civilisations » qui dressent des populations les unes contre les autres en raison de leur religion réelle ou supposée.ob_205e27_antiracisme-21-mars

Nous condamnons l’islamophobie et l’antisémitisme et toutes les formes de racisme comme nous condamnons les stigmatisations contre les quartiers populaires.

Nous refusons les actes négrophobes.

Nous refusons la chasse aux migrantEs et aux Rroms et les limitations à la liberté de circuler.

Nous refusons toute restriction à nos capacités de résister aux politiques antisociales au nom d’une « union nationale ».

Nous refusons de nous résigner à la montée de l’extrême-droite qu’elle prenne la forme du Front national, des groupes ouvertement fascistes et agressivement islamophobes ou/et antisémites.

Nous dénonçons les gouvernements qui ont renforcé la chasse aux sans-papiers, le quadrillage des quartiers populaires et qui contribuent pleinement à la montée du racisme et des idées réactionnaires, notamment homophobes et sexistes.

À cela nous opposons notre volonté de vivre ensemble et notre exigence d’égalité des droits et de justice sociale.

C’est pourquoi le 21 mars nous manifesterons ensemble en France et dans tous les pays du monde contre le racisme et contre le fascisme. Pas de discours, l’égalité ou rien !

Nous exigeons :
– la fin des contrôles au faciès,
– l’arrêt des démantèlements de camps de Rroms,
– le retrait des lois racistes dirigées contre les MusulmanEs,
– le retrait des lois liberticides et sécuritaires,
– la régularisation de touTEs les sans-papiers avec une carte de séjour de 10 ans,
– la fermeture de Frontex, des centres de rétention et la liberté de circulation et d’installation,
– le droit de vote des étrangers.

Parce que notre indignation n’est pas sélective, nous n’oublions pas, aux côtés des victimes des attaques de Charlie Hebdo et de l’Hyper-Cacher, les milliers de migrantEs disparuEs en Méditerranée et ailleurs, les victimes des violences policières dans nos quartiers ainsi que Rémi Fraisse, manifestant tué par la police. Nous n’oublions pas les mortEs de Gaza, de Homs, du Nigéria ou de Kobané et toutes les victimes de la guerre comme nous n’oublions pas les victimes de la violence d’extrême-droite.
C’est en leur mémoire que nous appelons à descendre massivement dans la rue le 21 mars prochain.

MANIFESTATION SAMEDI 21 MARS

14H METRO EMPALOT

Contre les milices répressives qui se multiplient :


    Mercredi 4 mars, un convoi de nourriture devait rejoindre le Testet pour apporter des vivres et rompre le siège qu’imposaient les pro-barrages. La préfecture a décidé de le bloquer directement à Gaillac confinant les personnes sur la place durant 4h. Le prétexte officiel : empêcher le contact avec la centaine de miliciens productivistes.

   Pendant ce temps, ceux-ci se sont livrés une fois de plus à des actions violentes contre les occupants. Une fois de plus car depuis leur opération « manche de pioche » les exemples sont nombreux : racket, voitures vandalisé, destructions d’habitation, intimidation avec des fusils de chasses… Ils cherchent constamment le contact sachant que si nos camarades se défendent c’est eux qui seront accusé d’être à l’origine du conflit.

    On constate de nouveau la complémentarité des milices fasciste et de l’Etat répressif. Celles-ci peuvent agir sans le moindre souci (on se souvient de l’hôtel des impôts qu’ils ont incendié en Bretagne, ou du chaos qu’ils ont semé à Toulouse avec leur fumier). Si l’extrême-gauche en faisait le quart, Valls aurait depuis longtemps fait de grands discours sur ces méthodes terroristes.

    Souvent proche du M.A.S*, ces agriculteur sont aussi tous à la FNSEA, principal syndicat de l’agriculture intensive et destructrice, ou à la JA (formation jeune de la fnsea). Venant principalement du Tarn et Garonne ce sont de vrais parasites, vivant des allocations de la PAC (politique agricole commune gérée par Bruxelles) on voit que l’Etat est prêt à investir des millions d’euros dans une infrastructure qui ne bénéficiera qu’à quelques dizaines d’entre eux. Ils reprochaient aux camarades d’être sur leurs terres, terres qu’ils s’apprêtaient à inonder…

     A Toulouse aussi une milice réactionnaire s’est formée : prétendant faire des commerces une zone à défendre, des commerçants veulent s’organiser contre les manifestations.

   Se sont donc de vraies milices fascisantes qui réapparaissent. Fascisante dans le sens où elles appuient en sous mains un Etat sécuritaire et tente d’empêcher les contestations, protégeant une société de surproduction et de consommation. Nous vous invitons à vous tenir informé sur la suite des évènements sur le site suivant :

https://tantquilyauradesbouilles.wordpress. com/

Et nous relayons leur appel à agir localement contre la fnsea.

*M.A.S : mouvement d’action sociale, néo fasciste à l’italienne a forte idéologie nationaliste caché derrière un petit coté social.
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 80 autres abonnés