Manifestation contre les violences policieres


Depuis le mort de Rémi F. , des manifestations ont eu lieu partout en France et ailleurs. La plupart d’entre elles ont subi une répression de grande ampleur. On dénombre pas moins de 150 interpellations, des dizaines de blessés et quelques camarades dorment en prison à ce jour.

10343507_1010775232281473_5493176073776812020_nDéjà en 2005, après la mort de Zyed et Bouna, les « banlieues » se sont soulevées contre l’Etat policier et la fracture sociale qu’il maintient. Aidés par une couverture médiatique mensongère et réductrice, les médias emboitent le pas. Et l’État isole la révolte pour mieux l’étouffer. Au bilan: 600 personnes en prison (dont une centaine de mineur) et un non lieux pour les deux assassins.

Pour Rémi, des lycéens ont bloqué leur bahut, des gens se sont mobilisés contre les violences policières, les GPI, l’austérité, etc.. La contestation populaire a pris de l’ampleur et a subi de plein fouet la répression. Ne nous faisons pas avoir par le jeu de la division violent-non violent. Il est essentiel de rappeler que c’est l’État qui se place en agresseur de par la violence sociale qu’il impose et la répression systématique qu’il met en place. Et n’oublions pas que souvent des lacrymogènes pleuvent avant les pavés

Chaque fois que nous remettons en cause l’État nous nous heurtons à son bras armé qui tuent impunément. Ce système est à bout et ceux qui le défendent tue impunément. 1618425_1010775248948138_6061049556971198638_n

Ils veulent nous diviser? Face à eux restons solidaires. Organisons nous!

La peur doit changer de camp !

MANIFESTATION 21 FEVRIER 14H CAPITOLE

A l’appel de :

https://iaata.info/Le-21-fevrier-a-Toulouse-551.html et  https://21fevrier2015.noblogs.org/appel-zad-31/

 

manif 21 - noir et blanc

(Contre la fermeture du planning familiale 31) Rassemblement annulé !


      Le planning familial étant toujours dans l’incapacité de boucler son budget, la fermeture approche et les différentes institutions étatiques ne semblent pas y préter attention. Là où les intergristes religieux ont toujours échoué, le libéralisme et l’austérité risquent de réussir à, une fois de plus, détruire un de nos aquis. Pour exiger la garantie de ces droits fondamentaux que sont l’accés à la contraception, l’avortement ainsi que l’information sur la sexualité et les violences qui peuvent s’y rapporter :

Rassemblement samedi 7 février

14h à jean-jaurès

 

Interview de génération identitaires toulousaine


      Ils rappellent leurs grandes lignes idéologiques en tentant de faire croire qu’ils ne sont pas racistes. Et surtout ils se plaignent du climat Toulousain. C’est toujours agréable de les entendre se plaindre.

https://lechatquifouine.wordpress.com/2015/01/25/rencontre-avec-generation-identitaire-2/

   Au passage, sur le même site il y une interview de membres de la communauté congolaise sur la situation là bas, c’est interressant. Et nous tenons à réaffirmer notre solidarité envers tous ceux qui luttent.

La révolution ne sera pas télévisée.

Union nationale : Union du capital


Une liberté d’expression ?

    En France lorsque des fous de dieu tuent des journalistes c’est l’Etat qui se précipite pour achever la liberté d’expression. Au nom de l’unité nationale la liberté de penser est bannie : tu seras Charlie mon fils. Tu refuses : la prison t’attend. Des collégiens passent au tribunal pour un message sur Facebook et des peines de 1 an ferme ont étaient collées. Au moins 126 procédures sont en cours. Les cibles : des jeunes, des pauvres, des gens saouls (pas très islamiste ça…) qui retiennent de l’attentat la mort de deux policier représentant ce qui les opprime au quotidien et non la mise en danger d’une liberté d’expression qu’ils ne ressentent pas.

L’unité nationale :

    Des manifestations d’unité nationale ont eu lieu. Prônant la réconciliation face à la menace, on pouvait y déambuler aux côtés de tortionnaires tel le président Israélien ou son collègue Turc. On oublie qui nous exploite et nous domine tous les jours, les policiers ont été applaudis. Alors qu’ils rétablissent une peine de mort sans jugement : malgré l’arsenal technique dont ils disposent ils abattent systématiquement les « terroristes » faisant ainsi disparaitre leurs versions.

Mais contre qui s’unir ?

    Quand la police tue, où sont tous ces gens ? Ils n’osent pas combattre l’oppression mais se retrouvent tout de suite dans l’unité nationale. Que montrent ils en sortant dans la rue ? Contre qui veulent-ils instaurer un rapport de force ? Si un rapport de force a été établi c’est contre notre liberté : l’Etat en profite pour raffermir son pouvoir. Usant de l’antiterrorisme, ce principe flou pour augmenter son arsenal répressif qui sert contre toute contestation radicale. Le cynisme est tel que ces projets liberticides sont menés au nom de la liberté d’expression. Le gouvernement veut aussi que l’on oublie qui nous exploite et nous domine tous les jours.

Pour le plaisir de l’extrême droite.

    Quant au FN, comment pourrait-il dénoncer cette attaque ? Lui qui est encore nostalgique de l’OAS, seule organisation non gouvernementale à avoir fait une attaque plus meurtrière sur le sol français. Les 128 actes islamophobes qui ont déjà été commis ce mois-ci, nous rappellent le danger d’une extrême droite offensive et parfois armée.

            Nous aimerions en profiter pour revenir rapidement sur l’Islamisme :

    Certain état musulman ont des dérives fascisante. C’est le cas d’ISI et les régimes des émirats arabes unis, le Bahreïn, l’Iran et le Qatar entre autres. Pour rappel, ce sont des pays où, les femmes n’ont aucun droit, la main d’œuvre immigrée surexploitée meurt pour construire les villes du « futur », où toute opposition est sévèrement réprimée et où la religion sert de loi.

      Cela ne dérange habituellement pas nos dirigeants car, encore une fois, il est au service du capital en permettant une exploitation optimale des ressources et populations des territoires. Certains s’imaginaient que cela ne concernait pas notre pays. Pourtant les états occidentaux ont une part de responsabilité dans le développement de l’islamisme (mouvement visant à faire de l’islam une idéologie politique).

D’où vient-il ?

    L’apparition de ce mouvement peut être mise en lien avec la colonisation, et si la plupart des mouvements indépendantistes originaux sont laïcs, la répression encouragea une vision plus simpliste du conflit. Imaginant une culture occidentale corrompue contre une soi-disant culture traditionnelle faite d’une vision fantasmée du passé.

    Ces prémices du fondamentalisme islamique furent ensuite encouragés par les pays occidentaux une fois qu’ils perdirent le contrôle de leurs colonies au profit de pouvoirs forts mais socialistes. Ainsi contre Nasser et sa nationalisation du canal de suez, contre les communistes iraniens et afghans, les états capitalistes fortifièrent et armèrent ces mouvements. Les islamistes servant de force de répression contre tout mouvement progressiste au profit des élites locales et internationales. Mais une foi la « menace » progressiste écartée, certains islamistes se retournèrent contre leurs anciens alliés pour tenter d’obtenir le pouvoir.

    Né du repli identitaire en réaction à la colonisation, encouragé ensuite par ces puissances autrefois ennemies pour combattre les progressistes, l’islamisme est aujourd’hui de nouveau tourné contre les puissances impérialistes (à part dans les pays où un équilibre entre les élites locales et internationales a été trouvé).

     L’Afghanistan est le meilleur exemple de cela : les talibans armés et entrainés par les USA réussirent à mettre en déroute les communistes, puis ils partirent à la conquête du pouvoir laissé vacant par leur départ. Bien qu’impopulaires dans ce pays, ils réussirent grâce au soutien d’autres états comme le Pakistan. Alors que les puissances politiques traditionnelles divisées ne pouvaient compter que sur le commandant Massoud, un leader national afghan. Celui-ci chercha du soutien dans tous les pays occidentaux, mais refusant de vendre son pays au néo-colonialisme il ne put obtenir aucun soutien. C’est ainsi que les talibans réussirent à s’imposer. Le plus fort est que lorsque les états unis arrivèrent sur place ils furent accueillis en libérateurs et ce n’est que leur mauvaise gestion du conflit qui fortifia le mouvement islamiste.

Et la France dans tout ça ?

     En guerre officielle en Afghanistan, au Niger, Mali, Somalie et dans de nombreux autre pays par le monde. Nous frappons régulièrement à l’étranger et tuons des civils sur leur sol. Semant la misère et la rancœur pouvons-nous nous étonner quand la guerre rattrape notre pays ?

(L’incontournable parenthèse sur Charlie :

     Cela étant, nous ne sommes pas Charlie. Déjà, nous n’aurions jamais accepté la présence de flics dans nos locaux. Puisque comme nous l’avons dit le fascisme et l’état se complètent. Puis nous savons faire la différence entre musulman et islamiste, tout comme nous différencions les prêtres rouges des réactionnaires, ce que Charlie s’emblait avoir du mal à faire. Couplé à un humour gras et machiste Charlie Hebdo propage une vision du monde au final assez franchouillarde et beauf. Il est vrai qu’il leur était sans doute plus facile de trouver plus de lecteurs chez les beaufs que dans la gauche impertinente. Et le journal étant moribond (malgré les efforts de Philipe Val pour l’acoquiner avec le pouvoir) l’argument est de taille.

     Si l’on peut rire de tout, l’humour est aussi une façon de faire passer des idées. La répétition des clichés provoque son assimilation. Nous qui dénonçons le soit disant humour de Dieudonné, il n’y a pas de raison de ne pas le faire pour le journal satirique. Mais nous ne demandons pas à l’Etat de choisir quelle parole est acceptable car celui-ci considère déjà que la nôtre est de trop. )

Unité de classe contre l’unité nationale !

Contre l’islamophobie et l’antisémitisme !


ob_6f94d3_affiche-antiracismeCes dernières semaines ont été caractérisées par une montée des actes racistes, notamment islamophobes et antisémites qu’il est urgent de condamner et de combattre. Cette situation n’est pas nouvelle, ses racines sont à chercher dans le racisme d’Etat et les politiques xénophobes mises en place depuis des décennies.

Récemment, l’omniprésence médiatique de discours islamophobes n’ont fait qu’accentuer le besoin de résistance !

Dans un contexte de récupération politique de l’émotion suscitée par les crimes injustifiables de Charlie Hebdo et de l’épicerie casher, il est nécessaire de reprendre l’offensive. Nous condamnons l’appel à “l’unité nationale” qui nous est posé comme “solution” par les dirigeants qui contrôlent, répriment, tuent et qui ont pour seule stratégie la division des classes populaires pour mieux appliquer les politiques réactionnaires et sécuritaires. Ces mêmes dirigeants qui poursuivent ou appuient la politique impérialiste de l’Etat français à travers le  monde.

Le recours à l’État et à des politiques toujours plus sécuritaires et liberticides ne sont pas la solution, bien au contraire, ils en sont responsables. Nous ne nous laisserons pas faire ! Notre unité  se trouve dans la solidarité, contre les injustices sociales et contre toute forme de racisme et de xénophobie.

C’est par la solidarité et au travers de luttes communes que nous parviendrons à dépasser les obstacles qui nous séparent les un-e-s des autres et qui ne profitent qu’au pouvoir impérialiste et sécuritaire en place.

C’est bien en comptant sur nos propres forces, en s’organisant et en luttant que nous mettrons à bas cette société qui nous opprime, en particulier les plus précaires et stigmatisés d’entre nous.

Rassemblement
vendredi 30 janvier à 18h30
square Charles de Gaulle (métro Capitole)

Emilio resisti


a poster 3

Dimanche 18 janvier, l’organisation néo-fasciste italienne Casa Pound, assistée de divers militants d’extrême-droite venus de plusieurs villes, a attaqué le centre social Dordoni dans la ville de Crémona. L’attaque, constituée d’une cinquantaine de personnes armées de barres de fer et diverses armes blanches, a fait un blessé grave parmi les militants antifascistes défendant le centre.

Emilio, un activiste, a été frappé au visage avec un pied de biche. A l’heure actuelle, Emilio a été placé dans un coma artificiel après avoir subi une hémorragie cérébrale importante alors même que ses agresseurs ne sont nullement inquiétés par la police.

Nous, toulousain.e.s, condamnons fermement cette nouvelle agression et exprimons notre plus grand soutien à nos camarades italiens et à la famille et aux proches de Emilio.

Fascistes, vous le payerez et vous le payerais cher!

De Toulouse à Crémona la lutte ne s’arrête jamais !

Emilio Resisti ! Solidarité Antifaa poster

a poster 2

Le fascisme tue, tuons le fascisme


Le 30 novembre dernier le fascisme a encore tué. Francisco Javier Romero Taboada, supporter antifasciste du Deportivo la Coruña a été roué de coups et jeté dans le fleuve Mazanares par des ultras néo-nazis du Frente Atlético de l’Atlético de Madrid.

Les méthodes de la vermine fasciste ne changent pas. L’extrême droite tue, jour après jours. N’oublions pas, ne pardonnons pas. A nous de continuer de lutter au quotidien pour que ces tristes événements ne se reproduisent pas.

Toutes nos pensées vont aux camarades et à la famille de Francisco.

LOVE FOOTBALL, HATE FASCISM!

Manifestation contre les violences policiéres


22nov

Le samedi 22 novembre à 15H place esquirol est organisé une manifestation contre les violences policiéres, à l’appel de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.

Plus d’information sur la journée ici

Solidarité avec les inculpés

RDV SAMEDI 22 NOVEMBRE à 15H PLACE ESQUIROL

 

Face à la violence policiére, restons soudés !


Samedi 8 novembre à Toulouse a eu lieu une manifestation contre toutes les violences policières et pour l’abandon du projet de barrage à Sivens. Malgré l’interdiction au peuple de s’exprimer par la préfecture, plus de 1000 personnes ont manifesté leur rage dans la journée. Avant même que la manifestation commence les provocations de la part de l’État avaient déjà commencé : en plus de l’interdiction formelle de manifester et le matraquage médiatique sur les risques encourus, les manifestant-e-s ont été outrés par la présence policière disproportionnée et par les fouilles systématiques dans le centre de Toulouse pour chaque personne qui ne semblait pas rentrer dans une certaine « norme ».

sisiDans un premier temps les manifestant-e-s se sont rassemblés devant le métro Jean Jaurès. Très nombreux, ils ont pu partager des moments de discussions avec les passant-e-s intrigués par la grande quantité de flics mobilisés.

Plus tard, les forces de l’ordre annoncent que les manifestant-e-s ne pourront pas suivre le parcours qui avait été déposé en préfecture mais qu’ils peuvent rejoindre la médiathèque par les allées Jean Jaurès. Les manifestant-e-s partent et sont finalement complètement encerclés, deux nasses sont installées de part en part de l’allée et toutes les rues alentours sont bloquées par des CRS.

Un seul but, éloigner tout le monde du centre ville et pouvoir réprimer loin de la vue des passant-e-s, cacher l’injustice.

Tout était prévu, en témoigne une phrase prononcée par un Gendarme Mobile qui crie à des passant-e-s : « Ne montez pas, ça sert à rien, on envoie les lacrymos dans 5 minutes ».

sisi2Le gazage massif qui s’en est suivi n’était pas une réponse à quelque violence que ce soit, seulement une stratégie des forces de l’ordre pour mieux tenter de faire taire ceux qui osent lever la tête et exprimer leur rage justifiée. Il ne faut d’ailleurs pas oublier que lors des deux dernières manifestations ce sont les Gendarmes Mobiles qui étaient en première ligne. Ce corps de l’armée pourtant habituellement absent sur Toulouse est celui qui est responsable de la mort de Rémi. L’assassin de Rémi était probablement présent dans les rues de Toulouse ce samedi.

A ces provocations il ne faut pas s’étonner que certains manifestant-e-s aient répliqué avec rage.

Les flics n’ont pas hésité à réprimer à coups de matraque télescopique, de gaz irritant et de grenades assourdissantes sur les allées et dans toutes les rues voisines.

Les toulousain-e-s auront subi toute la journée la sournoiserie de l’État et de son représentant direct, la Préfecture. Les forces de l’ordre auront bouclé le centre ville inutilement. Les métros auront été fermé très longuement.

Pour assurer la sécurité ? Absolument pas, un seul but : criminaliser l’image des manifestant-e-s.

Encore une fois les médias n’auront traité que ce qui les intéresse, le spectaculaire et le futile sans accorder une seule seconde aux raisons qui nous mènent à braver les interdictions.

La déformation de la réalité aura été au rendez-vous : de nombreux médias on parlé d’une voiture incendiée au cocktail molotov alors qu’elle a semblerait il pris feu à cause d’une grenade lancée par les forces de l’ordre. Ceux que les médias appellent « casseurs » ne sont pas là pour attaquer le peuple, ils sont le peuple.

Bravo à tous ceux et celles qui ont manifesté.

Solidarité avec tou-t-e-s les interpellé-e-s.

Face aux violences policières restons soudé-e-s !

Police Nationale, milice du Capital !

Des nouvelles du testet


Un point sur les inculpés de la derniere manifestation :

On connaît le résultat de deux comparutions immédiates. Un clown est poursuivi par quatre policiers pour « violences agravées » (jets de pierre) et refus d’ADN. Le juge l’a condamné à 6 mois de prison dont 4 mois avec sursis, plus 100 euros d’amende pour chaque policier, sur la seule base des déclarations des policiers. L’autre est condamné à 4 mois de prison dont 2 mois avec sursis. Un autre, Thomas, a vu son procès reporté au 15 décembre, avec mandat de dépôt : enfermé. Pour les autres, le procés aura lieu en décembre. Affaire à suivre !

Pour rester en lien avec l’actualité du Testet, un blog à relayer  :

http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/ 

Il suffit de cliquer ici pour y accéder.

 

Une nouveau rassemblement est organisé:

 

Il aura lieu place Jean Jaurés Samedi 8 Novembre à 14 H

Le comité d’action juridique a réalisé un petit rappel de ses droits en cas d’arrestation à lire

ici

Et sinon, ci aprés l’appel à manifestation réalisé par le collectif Testet :

Appel du 8 novembre

 

Nous sommes déterminés à en finir avec toutes les violences de l’État !

Ni oubli, ni pardon !

 

4516609_6_521e_samedi-1-novembre-2014-mort-de-remi-fraisse_94a60d81bd4caf7ca971e24286b0d684

 

 


 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 72 autres abonnés