Appel internationale de solidarité avec les prisonnier.e.s antifascistes

Samedi 25 juillet nous, avec le Secours Rouge Toulouse, vous donnons rendez vous à partir de 14h au local du Chat noir (33 rue puget) pour un atelier écriture aux camarades emprisonné.e.s.

Le choix de la date n’est pas un hasard, il s’agit de s’inscrire dans la Journée internationale de solidarité avec les prisonnier.e.s antifascistes. Celle çi a été lancée en 2014 en tant que Journée de solidarité avec Jock Palfreeman, un Australien qui purge une peine de 20 ans en Bulgarie pour avoir défendu deux Roms contre une attaque de hooligans fascistes. Heureusement, Palfreeman a obtenu une libération conditionnelle après avoir purgé 11 ans de sa peine, mais il y a encore des centaines d’autres personnes qui restent emprisonnées pour s’être opposées au fascisme et à la haine.

Entre 4 murs le courier est toujours un plaisir, une échappé, et montrer aux camarades emprisonné.e.s que l’on comprend leur révolte et qu’on la soutient est primordiale.

Toyer la Cagoule

Dimanche dernier des militant.e.s antifascistes de l’Action Antifasciste de Pau, l’Union antifasciste Toulousaine et un groupe de militant.e.s antifascistes bigourdan.e.s se sont rejoint.es pour recouvrir les fresques de « la Cagoule » à Tarbes.

1

Mais qui est la Cagoule ?

Il s’agit d’un groupe de graffeurs qui, bien qu’ils se disent nationalistes, sont bel et bien néo-nazis, comme le prouvent les croix gammées et autres symboles d’extrême-droite violente qui ornent leurs spots. Leur blase « la Cagoule » vient, de leur propre aveu, du surnom donné à l’Organisation Secrète d’Action Révolutionnaire Nationale (OSARN), une organisation fasciste clandestine fondée par Eugène Deloncle dans les années 1930.

Pourquoi ce nom ?

L’OSARN a joué un rôle décisif dans la création des structures fascistes et collaborationnistes du régime de Pétain. Ainsi, en septembre 1940, Eugène Deloncle et Eugène Schuelle (fondateur de la société L’Oréal, financeur principal de la Cagoule [1]) se lancent dans la constitution d’une organisation fasciste pro-hitlérienne : le Mouvement social révolutionnaire « avec le soutien de l’ambassadeur du Reich, Otto Abetz, et l’approbation personnelle du chef de la Gestapo, Reinhardt Heydrich ». Ils créeront aussi la Légion des Volontaires français (dont tous les membres prêtent serment d’allégeance au Führer) qui part combattre sur le front de l’Est. [2]

Avec un tel blaz, qui pourrait douter de leurs intentions ?

La cagoule, les Zouaves et Mes Os

zvp
Photo issu de l’article de Street Press

« La Cagoule » est proche du groupe des  « Zouaves » Paris (ex-GUD Paris) et aura d’ailleurs réalisé la fresque devant laquelle posent ces derniers. On vous recommande la lecture des articles suivants pour en apprendre plus sur ces groupes :

Ces hooligans néonazis qui squattent les tribunes des stades de foot par Street Press

Gilets jaunes : quand les nationalistes font les Zouaves… par La Horde

Les «Zouaves», nouveaux petits soldats de l’extrême droite radicale par Libération

Un groupe héritier du GUD multiplie les attaques en plein Paris par Médiapart

Que retrouve-t-on dans leurs graffitis ?

– La panoplie complète des symboles et imageries fascistes :

  • les classiques croix gammées et S stylisés (symbole de la SS allemande), ou autres 88 ou 18 (pour Heil Hitler ou Adolf Hitler)

  • des fleurs de lys et autres renvois à la monarchie

  • des croix celtes, symboles nationalistes

  • les têtes de mort, symbole de la 3e Panzerdivision SS Totenkopf

  • des runes germaniques type runes d’Odal ou runes d’Yggdrasil

  • des symboles renvoyant à d’autres groupes fascistes, comme le rat du GUD ou l’emblème de la Phalange, groupe franquiste nostalgique,

(Pour y voir plus clair, le guide des symboles fascistes fait par l’UAT dispo ici et des points plus précis sur certains d’entre eux par la Horde à ce lien)

– des références suprémacistes blanches : le fameux « white lives matter » un slogan issu des groupes suprémacistes blancs aux USA en opposition au mouvement « Black Lives Matter », mais aussi des slogans nazis renvoyant directement à l’holocauste,

– des références à des événements historiques militaires, à la gloire des bidasses français, souvent en lien avec les guerres coloniales ou les 1ère et 2nde guerres mondiales. Globalement, l’univers militaire est très présent dans leurs graffitis,

– beaucoup de peintures sur la fierté française, l’Europe, ses frontières et la « nécessité » de la défendre,

– et enfin quelques fresques antisémites, homophobes ou encore anticommunistes.

Où est ce spot de graff ?

Ce spot de la Cagoule se trouve dans le parc Erraçaret (anciennement parc de l’Echez) dans la ville de Tarbes sur un bâtiment désaffecté, appelé « Tarbes Zenith » où le graffiti est autorisé par la mairie. Une bonne partie des fresques se trouve sur les toits du bâtiment.

Ouvrez l’œil si vous passez en Bigorre, ce n’est pas leur seul spot.

On vous laisse avec une galerie de photos des avant / après à la fin de l’article.

Salutations Antifascistes !

afa pau

Action Antifasciste Pau Facebook

sticker_pixel

Union Antifasciste Toulousaine Site Web, Facebook, Mail

Des militant.e.s antifascistes bigourdan.e.s

Sources :

[1] Le patronat français, allié de la Cagoule, organisation fasciste et terroriste http://www.gauchemip.org/spip.php?article5856

[2] La CAGOULE, organisation fasciste française http://www.gauchemip.org/spip.php?article1337

Galerie d’avant / après

 

Hommage à Clément Méric

Il y a 7ans, le 5 juin 2013, était assassiné Clément Meric. Tué par des fascistes car il refusait que l’extrême droite se pavane dans la rue.

Cette année, du fait des obligations sanitaires, nous n’avons pas pu lui rendre d’hommage public. A la place nous nous sommes retrouvé.e.s avec des camarades de différentes organisations pour lire le communiqué du comité pour Clément. Après nous avons  croisé les camarades du collectif Union 82 Antifasciste qui nous ont fait parvenir des photos de leur hommage. Nous avons aussi préparé de grandes affiches qui fleurirons ces prochains jours dans Toulouse.

Mais le meilleur hommage reste de continuer de lutter. On vous appelle donc à rejoindre le rassemblement organisé par le Comité Vérité & Justice 31 ce mercredi 10 juin à 18h au metro Capitole. Car le racisme et le fascisme, avec ou sans uniforme, tue toujours.

« Mardis de la colère » : Toutes et tous mobilisé.e.s vers le 16 juin !

Le drame sanitaire, social, politique et écologique que nous traversons n’a pas seulement comme origine une pandémie mondiale… Mais bien la destruction de notre système de Santé, de Sécurité Sociale et d’Action Sociale.

Le gouvernement n’a pas écouté la grande mobilisation du monde de la Santé, des EHPAD, du secteur médico-social et de la Psychiatrie antérieure à la pandémie de COVID-19 et doit payer ses innombrables manquements.

La liste est trop longue des mensonges, des coups de com’, des « ségurs », des tentatives de division par des primes, des manipulations d’un Président qui fuit ses responsabilités en permanence.

La liste est trop longue des manquements aux obligations du gouvernement à garantir un système de Sécurité Sociale qui assure que chacun.e cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins, comme l’indique la loi. 

La liste est trop longue des actes politiques de marchandisation du secteur de la Santé au profit des assureurs, des banques et des laboratoires privés, … De tous ceux qui veulent faire de la santé un business.

La liste est trop longue des alertes des hospitalier.e.s, des grèves, des manifestations, des actions, des démissions, des suicides, des coups de gueules désespérés de professionnel.le.s ou précaires toujours humilié.e.s ou réprimé.e.s.

La liste est trop longue des soignant.e.s et patient.e.s morts du COVID-19, à l’Hôpital, chez eux ou en EHPAD, des contaminé.e.s, des épuisé.e.s, des travailleuses sous-protégés, des premier.e.s de corvées en première ligne, majoritairement des femmes, qui ont tenu.e.s le pays malgré le mépris.

La liste est très longue des solidarités, des citoyen.ne.s et travailleur.se.s auto-organisé.e.s palliant en permanence aux manquements de nos dirigeants.

La liste est très longue de ceux et celles que l’on veut voir condamnés ou dégagés car ils sont responsables des dégâts avant, pendant la crise COVID et même maintenant en voulant accélérer la marchandisation généralisées, notamment en changeant le statut public de l’hôpital et remettant en cause les 35 heures.

La liste est très longue des citoyen.ne.s et travailleur.se.s qui veulent s’engager à tout changer.

Nous devons reprendre notre destin en main. Le Conseil National de la Résistance a mis en place le système de Sécurité Sociale pour bâtir les « Jours Heureux », dans un contexte d’après la guerre pire qu’aujourd’hui. Le désastre économique

actuel induit par la crise sanitaire nous impose la protection universelle et de recréer des solidarités.

Tout cela implique que nous avons une occasion historique pour que se joignent les mouvements des personnel de Santé et d’Action Sociale organisées, et celles et ceux qui ont applaudi les « premières lignes » tous les soirs à 20h. L’objectif est de gagner un système de Sécurité Sociale, de Santé et d’Action Sociale entièrement sorti de la logique marchande et gérés démocratiquement comme à leur origine.

Nous proposons de concrétiser cette jonction pour commencer  par des actions tous les « mardi de la colère », comme partout en France. Ces actions devront respecter les gestes barrières et peuvent être remises en cause en cas de seconde vague épidémique et de confinement.

Le 26 mai 2020 14h Hommage aux décédés et contaminées par le COVID-19 sur tous les sites du CHU de Toulouse (Purpan, Rangueil, Hotel dieu La Grave, Salies du Salat, IUCT).

Le 2 juin 14h Action à l’Agence Régionale de Santé Midi-Pyrénée

Le 9 juin 14h Action devant la Caisse Primaire d’Assurance Maladie, 

Le 16 Juin 14h : Manifestation monstre de la Santé avec tous les autres secteurs.

Premiers Signataires : 

Syndicats : La CGT et SUD du CHU de Toulouse,  UD CNT 31, Solidaires 31, PG 31, UET,

Partis politiques :  LFI, Groupe UCL Toulouse et alentours, NPA31, GDS 31, 

Associations : Le Collectif Inter Urgences, Le Collectif Inter-blocs,  DAL 31, Toutes en Grève, UAT, ATTAC, 

S’organiser – podcast vidéo #5

S’organiser peut sembler être la partie la plus contraignante du militantisme, mais c’est pourtant à la base même de nos actions et de nos décisions. Il y a plusieurs façons de s’organiser, et pour différents buts.

A l’U.A.T on considère l’antifascisme comme une lutte sur le long terme, et l’ouverture du local Au Chat Noir nous a permis de nous ancrer dans la ville de Toulouse plus durablement.

Mise à jour du podcast : concernant le local, à l’époque, l’A.L et la C.G.A ne s’étaient pas encore unifiées en l’U.C.L. La B.A.F nous a rejoint peu après, puis la F.A.

Les précédents épisodes sont disponibles sur Yiny.org. Il s’agit d’une instance peertube dédiée à la culture punk et libertaire. Merci au collectif de nous accueillir et n’hésitez pas à aller faire un tour dessus car il y à pleins de trucs cool à voir ! 🙂