Clément Méric, ni oubli ni pardon !


 

« Clément (…) a vu des gens arborant des symboles nazis, il n’a pas baissé les yeux. Et je dis que nous devrions être fiers de ce garçon qui n’a pas baissé les yeux ».

Ni oubli, ni pardon !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Procès des meurtriers de Clément


Le 5 juin 2013, à Paris, Clément Méric, syndicaliste et militant antifasciste, mourait sous les coups de skinheads néo-nazis.

Du 4 au 14 septembre aura lieu à la Cour d’Assises de Paris le procès des agresseurs de Clément et de ses camarades présents à ses côtés ce jour là.

Qu’en attendons-nous ? Essentiellement que la vérité soit dite publiquement sur les circonstances de la mort de Clément Méric, que l’on cesse de renvoyer dos à dos agresseurs et agressés et que la dimension politique de ce crime soit clairement mise en évidence.

Parce que nous n’oublions pas que cette mort est politique et que l’extrême droite tue, différents rassemblements sont organisés à Paris

– Mardi 11 septembre, 18h30 au pont du Carrousel pour évoquer les victimes de l’extrême droite

– Vendredi 14 septembre, 18h30 pour une manifestation qui partira de la place de la République.

Nous partageons un texte du comité pour Clément que l’on peut lire ici

Et aussi le tract de l’AFA Paris Banlieue que l’on peut lire en cliquant ici

Un autre article, publié sur la Horde, fait le lien avec d’autres affaires notamment celle de Lille que l’on peut lire en cliquant ici

L’extrême droite tue, faisons son procès !

Projection de « L’amour et la révolution »


Projection, rencontre et débat à Toulouse en présence de camarades libertaires et antifascistes venus d’Exarcheia qui ont participé au film L’Amour et la Révolution.

Synopsis du film:

Dix ans après les premières émeutes, les médias ne parlent plus de la crise grecque. Tout laisse croire que la cure d’austérité a réussi et que le calme est revenu. Ce film prouve le contraire. A Thessalonique, des jeunes empêchent les ventes aux enchères de maisons saisies. En Crète, des paysans s’opposent à la construction d’un nouvel aéroport. À Athènes, un groupe mystérieux inquiète le pouvoir en multipliant les sabotages. Dans le quartier d’Exarcheia, menacé d’évacuation, le cœur de la résistance accueille les réfugiés dans l’autogestion.

Plus d’information sur le film et la tournée en cliquant ici

RDV DIMANCHE 2 SEPTEMBRE 2018

HANGAR DE LA CEPIERE – 15H00

Adresse : 8 rue de Bagnolet 31100 Toulouse
Accès : métro Arènes.

Organisé par l’Union Antifasciste Toulouse et le groupe ELAFF du Tarn (écolos, libertaires, antifascistes et féministes), avec le soutien d’Alternative Libertaire Toulouse et de la CGA Toulouse (coordination des groupes anarchistes)

 

 

 

 

La solidarité est notre arme


DSC00182

Une première affiche pour notre futur local


local couleur

Vers un local unitaire, révolutionnaire et antifasciste à Toulouse !


Face aux attaques capitalistes et gouvernementales sans précédent que nous subissons actuellement, nous devons plus que jamais nous organiser de manière efficace. À Toulouse nous manquons cruellement d’un lieu de rassemblement antifasciste et libertaire. Sans un local, nous sommes souvent contraint de brider nos activités et notre visibilité locale.

C’est pour combler ce manque qu’Alternative libertaire, la Coordination des Groupes Anarchistes, la Confédération Nationale du Travail et l’Union Antifasciste Toulousaine ont décidé d’initier un projet de local commun. Nous voulons faire de ce local un outil au service des luttes, un espace ouvert de rencontre et de solidarité. Débats, soirées, projections, bibliothèques, permanences… en perspective. Bref, un lieu d’organisation pour la lutte sociale et la révolution.

Nous comptons ouvrir ce local pour la fin de l’année 2018. Nos finances n’étant pas celles des macronistes, nous avons besoin de votre participation financière pour rassembler la somme de départ nécessaire au lancement du projet. Nous lançons donc une campagne de financement participatif afin que les personnes qui luttent contre le fascisme, le capitalisme et toutes les oppressions puissent le soutenir et disposer d’un lieux pour se réunir, s’informer et s’organiser.

POUR QUE NOTRE UNION FASSE NOTRE FORCE, VIVEMENT UN LOCAL ROUGE, NOIR ET ANTIFASCISTE À TOULOUSE!

Vous trouverez ci-dessous le lien pour faire grossir la cagnotte :

http://www.lepotcommun.fr/pot/w9n5az5v

Il est préférable de faire le virement directement sur le compte bancaire suivant :
IBAN : FR66 3000 2040 3900 0011 7110 Z91
BIC : CRLYFRPP

Contact : toulouserevolution@riseup.net

Clément – 5 ans – Ni oubli, ni pardon


Rassemblement hommage Clément Méric


Il y a 5 ans, notre camarade antifasciste Clément Méric est mort sous les coups de l’extrême-droite à Paris. La cour d’appel de Paris, le 5 décembre, a rejeté le recours d’un des skinheads impliqué dans la rixe qui a coûté sa vie à notre camarade en 2013. Esteban Morillo et Samuel Dufour sont renvoyés aux assises.

Depuis 5 ans, leur procès tarde et la justice a laissé impuni ces meurtriers. Et depuis 5 ans nous devons combattre le discours inacceptable des médias et de la justice. Nous avons entendu les médias travestir la réalité en une « rencontre malheureuse » ou rabaisser notre lutte en « une simple bagarre qui a mal tourné ». Ne laissons ni les médias, ni la justice salir sa mémoire. Clément Méric est mort, tué froidement par des militants d’extrême-droite qui ont intentionnellement causé sa mort. Sa mort est politique, son meurtre est le résultat d’une idéologie à dominante raciste qui détruit nos vies et toute forme de solidarité que nous cherchons à construire.

Depuis le 5 juin 2013, chaque lutte nous rappelle avec force que nous devons faire vivre ses combats. Chaque jour, nous cherchons à faire vivre sa mémoire en construisant une société dont il serait fier. Nous serons là, dans la rue, pour le rappeler. Nous serons là pour rappeler les engagements de Clément. En développant la solidarité internationale avec les peuples qui luttent pour leur auto-détermination et contre le colonialisme, nous faisons reculer l’extrême-droite.

En combattant le sexisme, l’homophobie, l’islamophobie, l’antisémitisme et toutes les discriminations et système d’oppression, nous faisons reculer l’extrême-droite.

Nous vous invitons d’ailleurs, si vous le pouvez, à lui rendre hommage lors des 2 jours de commémoration qui auront lieu à Paris. Nos pensées vont aussi au comité pour Clément qui fait vivre sa mémoire depuis ce temps.

Une vie de lutte plutôt qu’une minute de silence
Clément, la rage au cœur, nous ne t’oublierons jamais
Ni oubli, ni pardon !

Rassemblement à Toulouse – Jean Jaures

Mardi 5 juin 2018 – 19h

Des royalistes à Toulouse


Logo_action_francaise

Depuis plusieurs mois vous avez peut être remarqué la présence d’une nouvelle organisation politique sur Toulouse. Elle distribue des tracts aux métros, colle des autocollants et a fait parler d’elle sur Côté Toulouse. Il s’agit de l’Action Française.

Son apparition peut sembler inoffensive : ses tracts sont contre l’Union Européenne, ses affiches appellent à consommer local et elle refuse l’idée d’appartenir à l’extrême droite. Mais il ne faut pas oublier qui est réellement ce groupe.

Tout d’abord l’Action Française est un groupe royaliste. Oui, vous avez bien lu, illes sont pour remettre en place un roi avec un système féodal. Il faut dire que c’est aussi le plus vieux groupe d’extrême-droite de France. Sa création remonte à 1898 dans une optique antidreyfusarde, donc fortement antisémite. C’est avec l’arrivée du théoricien Charles Mauras que se développe plus profondément l’idéologie de l’Action Française, que certains historiens voient comme une des origines du fascisme de Mussolini en Italie. Même l’Église finit par être choquée par les idéaux politiques du groupe et le condamne en 1926, entraînant le départ d’une bonne partie des catholiques. Malgré ce coup porté par l’Église, il est toujours suffisamment nuisible pour participer à la tentative de coup d’état orchestrée par les ligues nationalistes en 1934.

Certes, tout cela est daté. De nos jours, l’Action Française profite de la perte de vitesse des identitaires et d’autres groupes d’extrême-droite pour se présenter comme le nouveau lieu de convergence de toute la pensée xénophobe, anti-humaniste et réactionnaire.  Le résultat est que lorsqu’illes s’implantent dans une ville, illes permettent à l’extrême-droite de se retrouver et de reprendre confiance. À Toulouse, ville qui leur est traditionnellement hostile, cela serait une sacrée défaite. Si certaines personnes n’y voient qu’une bataille d’idée qu’il faut gagner à coups d’arguments, les actualités nous prouvent que leur impact est concret. L’extrême-droite représente un danger physique pour toutes les populations qui ne rentrent pas dans leur vision étriquée de la société. À Marseille, où l’Action Française possède un local, l’un des leurs a été interpellé par la section anti-terroriste car il se préparait à tuer des immigré.e.s. Dans le reste de la France, les multiples attaques de facs par l’extrême-droite nous rappelle aussi que ces gens sont un danger pour nos luttes au quotidien.

Alors ne laissons pas l’extrême droite répandre ses idées nauséabondes, confisquons lui ses tracts, arrachons ses autocollants et fermons les lieux où elle s’organise !

Tract 1er Mai 2018