Clément Méric, ni oubli ni pardon !


 

« Clément (…) a vu des gens arborant des symboles nazis, il n’a pas baissé les yeux. Et je dis que nous devrions être fiers de ce garçon qui n’a pas baissé les yeux ».

Ni oubli, ni pardon !

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Procès des meurtriers de Clément


Le 5 juin 2013, à Paris, Clément Méric, syndicaliste et militant antifasciste, mourait sous les coups de skinheads néo-nazis.

Du 4 au 14 septembre aura lieu à la Cour d’Assises de Paris le procès des agresseurs de Clément et de ses camarades présents à ses côtés ce jour là.

Qu’en attendons-nous ? Essentiellement que la vérité soit dite publiquement sur les circonstances de la mort de Clément Méric, que l’on cesse de renvoyer dos à dos agresseurs et agressés et que la dimension politique de ce crime soit clairement mise en évidence.

Parce que nous n’oublions pas que cette mort est politique et que l’extrême droite tue, différents rassemblements sont organisés à Paris

– Mardi 11 septembre, 18h30 au pont du Carrousel pour évoquer les victimes de l’extrême droite

– Vendredi 14 septembre, 18h30 pour une manifestation qui partira de la place de la République.

Nous partageons un texte du comité pour Clément que l’on peut lire ici

Et aussi le tract de l’AFA Paris Banlieue que l’on peut lire en cliquant ici

Un autre article, publié sur la Horde, fait le lien avec d’autres affaires notamment celle de Lille que l’on peut lire en cliquant ici

L’extrême droite tue, faisons son procès !

Projection de « L’amour et la révolution »


Projection, rencontre et débat à Toulouse en présence de camarades libertaires et antifascistes venus d’Exarcheia qui ont participé au film L’Amour et la Révolution.

Synopsis du film:

Dix ans après les premières émeutes, les médias ne parlent plus de la crise grecque. Tout laisse croire que la cure d’austérité a réussi et que le calme est revenu. Ce film prouve le contraire. A Thessalonique, des jeunes empêchent les ventes aux enchères de maisons saisies. En Crète, des paysans s’opposent à la construction d’un nouvel aéroport. À Athènes, un groupe mystérieux inquiète le pouvoir en multipliant les sabotages. Dans le quartier d’Exarcheia, menacé d’évacuation, le cœur de la résistance accueille les réfugiés dans l’autogestion.

Plus d’information sur le film et la tournée en cliquant ici

RDV DIMANCHE 2 SEPTEMBRE 2018

HANGAR DE LA CEPIERE – 15H00

Adresse : 8 rue de Bagnolet 31100 Toulouse
Accès : métro Arènes.

Organisé par l’Union Antifasciste Toulouse et le groupe ELAFF du Tarn (écolos, libertaires, antifascistes et féministes), avec le soutien d’Alternative Libertaire Toulouse et de la CGA Toulouse (coordination des groupes anarchistes)

 

 

 

 

Une première affiche pour notre futur local


local couleur

Clément – 5 ans – Ni oubli, ni pardon


Rassemblement hommage Clément Méric


Il y a 5 ans, notre camarade antifasciste Clément Méric est mort sous les coups de l’extrême-droite à Paris. La cour d’appel de Paris, le 5 décembre, a rejeté le recours d’un des skinheads impliqué dans la rixe qui a coûté sa vie à notre camarade en 2013. Esteban Morillo et Samuel Dufour sont renvoyés aux assises.

Depuis 5 ans, leur procès tarde et la justice a laissé impuni ces meurtriers. Et depuis 5 ans nous devons combattre le discours inacceptable des médias et de la justice. Nous avons entendu les médias travestir la réalité en une « rencontre malheureuse » ou rabaisser notre lutte en « une simple bagarre qui a mal tourné ». Ne laissons ni les médias, ni la justice salir sa mémoire. Clément Méric est mort, tué froidement par des militants d’extrême-droite qui ont intentionnellement causé sa mort. Sa mort est politique, son meurtre est le résultat d’une idéologie à dominante raciste qui détruit nos vies et toute forme de solidarité que nous cherchons à construire.

Depuis le 5 juin 2013, chaque lutte nous rappelle avec force que nous devons faire vivre ses combats. Chaque jour, nous cherchons à faire vivre sa mémoire en construisant une société dont il serait fier. Nous serons là, dans la rue, pour le rappeler. Nous serons là pour rappeler les engagements de Clément. En développant la solidarité internationale avec les peuples qui luttent pour leur auto-détermination et contre le colonialisme, nous faisons reculer l’extrême-droite.

En combattant le sexisme, l’homophobie, l’islamophobie, l’antisémitisme et toutes les discriminations et système d’oppression, nous faisons reculer l’extrême-droite.

Nous vous invitons d’ailleurs, si vous le pouvez, à lui rendre hommage lors des 2 jours de commémoration qui auront lieu à Paris. Nos pensées vont aussi au comité pour Clément qui fait vivre sa mémoire depuis ce temps.

Une vie de lutte plutôt qu’une minute de silence
Clément, la rage au cœur, nous ne t’oublierons jamais
Ni oubli, ni pardon !

Rassemblement à Toulouse – Jean Jaures

Mardi 5 juin 2018 – 19h

Projection et rencontre


En partenariat avec Alternative Libertaire et le cinéma Le Cratère, nous organisons:

  • une rencontre avec Matt Gallandier et Sébastien Ibo autour du livre Temps obscurs.  Nationalisme et fascisme en France et en Europe, aux éditions Acratie.
  • la projection du film « The antifascists », de Patrick Oberg et Emil Ramos

Synopsis du livre:

L’objectif de cet ouvrage est de comprendre pourquoi l’extrême droite a fait ces dernières années un tonitruant retour au premier plan de la scène politique en Europe et particulièrement en France. Sa dynamique est-elle similaire au fascisme des années 1930 ?
Après avoir étudié le fascisme historique, nous proposons d’analyser son renouveau idéologique, ainsi que son rapport au localisme et à l’international. Dans une perspective de synthèse, avec un langage simple et clair, cet ouvrage entend offrir une analyse matérialiste pensant en termes de classes sociales le nationalisme et l’extrême droite.

Synopsis du film:

Une guerre de basse intensité est en train de se dérouler dans les rues d’Europe dont le but est le fascisme. Ce documentaire nous embarquent derrière les masques des groupes militants dits antifascistes. En 2013 un groupe armé de nazis attaquent une manifestation pacifique à Stockholm et plusieurs personnes sont blessées. En Grèce le parti néo-nazi Aube Dorée est devenu le 3e parti aux élections et à Malmö l’activiste Showan Shattak et ses ami.e.s sont attaqués au couteau par un groupe de nazis, il finit dans le coma.

Dans ce portrait des antifascistes de Grèce et de Suède nous présentons des personnages-clés qui expliquent leur avis sur leur politique radical, mais aussi pour questionner le niveau de leur propre violence et militantisme.

Le lien de la Horde en cliquant juste ici

Contre les fachos et leurs alliés, solidarité avec Montpellier !


Dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 mars, des étudiants et étudiantes réuni-e-s dans un amphithéâtre de la fac de droit de Montpellier ont été attaqué-e-s par un groupe de fascistes, se revendiquant du GUD, cagoulés et armés de bâtons et de tasers. Cette expédition punitive aurait été rendue possible avec l’aide du doyen de la fac de droit. Il les auraient laissé entrer sur le campus et les auraient protégé après leur attaque dans les locaux administratifs. Il affirme même ouvertement sa sympathie et son soutien aux fascistes durant une interview. Voilà encore une preuve, si cela était nécessaire, de la collusion et de la complaisance de l’État et de ses institutions envers les méthodes et groupes fascistes partout en France. Encore une fois l’extrême droite sert de briseuse de grève et défend les institutions.

N’attendons rien du pouvoir, organisons la risposte anti-fasciste dans la rue et dans les luttes.
Solidarité et soutien avec les victimes des fachos.
Flics, fascistes, hors de nos facs !

Suite a cette nouvelle, des toulousains et toulousaines ont appelé à un rassemblement de solidarité. Devant le succès de l’opération le rassemblement est parti en manifestation sauvage et a rassemblé environ 300 personnes. La manifestation a suivi le boulevard puis a tenté de rejoindre la gare pour montrer que l’attaque contre nos camarades de Montpellier est bien une attaque contre tout le mouvement social qui se met en place. Malheureusement, la gare ne fut pas atteinte mais la manifestation fut une belle réussite.

Marche des solidarités


Marche pour le retrait du projet de loi Macron-Collomb sur l’immigration, contre les violences policières et la chasse au migrant.e.s.

Sous l’effet des migrations, chaque année, la France n’ajoute sur son sol qu’un être humain pour 1000 habitant.es. Pourtant, chaque année l’Europe dépense toujours plus pour ériger des murs aux frontières, mettant en danger de mort des milliers de personnes.

Stoppons la machine à fabriquer des sans-papiers et des précaires Pour la liberté de circulation et d’installation

Le projet de loi asile-immigration va encore aggraver la situation. Son 1er acte, la circulaire Collomb, invitant les préfets à faire le tri dans les centres d’hébergement entre titulaires d’un titre de séjour et les autres, en donnait un avant-goût.

Son objectif est clair : compliquer l’accès pour les demandes d’asile en raccourcissant les délais de traitement des dossiers et les procédures d’appel, rallonger les possibilités d’enfermement dans les centres de rétention, accélérer les reconduites des « dublinés », intervenir auprès des pays d’origine pour favoriser les retours… En bref, une atteinte sans précédent au droit d’asile et une quasi-suppression du droit de circulation.

Nous refusons le piège que tend Macron en distinguant sans-papiers et migrant.e.s, entre migration politique et économique. Celles et ceux qui risquent leur vie sur les routes de l’exil ont de puissantes raisons de le faire. Et les mêmes qui pillent les richesses, provoquent les guerres et les catastrophes écologiques là-bas, refusent les droits aux migrant.e.s ici et les maintiennent dans l’irrégularité et l’exploitation.

Les papiers c’est la clé de toute vie sociale : vivre en famille, se loger, se soigner, travailler, circuler librement. Sans papiers on est la proie des réseaux des marchands de sommeil et de la surexploitation au travail. On est sous la pression permanente de la police, des contrôles de rue, sous l’angoisse de l’expulsion.

Les sans-papiers subissent de plein fouet la violence et le racisme de l’État et de sa police. Bien sûr, ce ne sont pas les seuls visés : dans les quartiers populaires aussi la Police impose sa violence aux classes populaires en toute impunité, principalement aux non-blancs, allant jusqu’à assassiner. Rafles, destruction de campement, traques jusque dans les foyers, violences et intimidations, contrôles au faciès… Souvent même, la simple présence policière est source de peur pour les mineur.e.s et les étranger.e.s malades…

Voilà le traitement réservé aux sans-papiers dans notre pays !

Contre la chasse aux sans-papiers, contre les violences policières, exigeons :

  • La non-application des accords de Dublin obligeant les migrant.e.s à déposer leur demande d’asile dans le premier pays d’enregistrement
  • La régularisation de tous les sans-papiers
  • Des conditions d’accueil et d’hébergement dignes. La garantie de l’accès aux soins et à la formation
  • La suppression des Centres de Rétention Administrative (CRA)
  • La fin des rafles et éloignements forcés
  • L’accueil inconditionnel et bienveillant des mineur.e.s isolé.e.s
  • Le droit inconditionnel au séjour pour les étranger.e.s malades, leur expulsion signifierait la mort !
  • La fin des poursuites pour délit de solidarité
  • L’arrêt des pratiques de harcèlement et d’humiliation, des contrôles au faciès
  • La fin de l’impunité de la police : de réelles enquêtes indépendantes, pas de présomption de légitime-défense pour les policier.e.s, des sanctions et condamnations effectives…

Soyons nombreuses et nombreux le 17 mars partout en France à dénoncer cette politique indigne.
Le 17 mars est une étape dans le combat solidaire pour la justice et la dignité.

SAMEDI 17 MARS – 14H30 – A. BERNARD

Plus de détails dans le tract à télécharger ici: tract17mars-toulouse.

Dieudonné à Toulouse, piqure de rappel pour le Zénith et Toulouse


Le dimanche 26 novembre Dieudonné va jouer son nouveau spectacle au Zénith de Toulouse. Tandis qu il vient d’être expulsé de la main d’or, sa salle parisienne, la municipalité de Toulouse quant à elle décide de lui ouvre encore les portes et de laisser vociférer sa haine antisémite.

D’autres villes ont refusé son spectacle. En septembre, le maire de Grenoble, a signé un arrêté interdisant son spectacle. A Marseille, le maire a lui aussi interdit sa représentation en le justifiant par le fait qu’une « ville multiculturelle comme Marseille ne peut pas accepter un spectacle qui, au prétexte d’humour, divise, fracture et oppose ».

A l’inverse, la ville de Toulouse lui ouvre grand les bras avec la salle du Zénith.

Sans refaire la liste de tous ses actes et paroles antisémites, sans disséquer la lente transformation de ses spectacles en véritables meetings politiques, nous n’oublions pas qui il est :
– un proche politique d’Alain Soral et Chatillon, de la mouvance d’extrême droite Egalité et Réconciliation
– un proche politique de Faurisson, un historien négationniste qui l’a fait monter sur scène
– un participant à des conférences complotiste

Quelques liens supplémentaires :
http://lahorde.samizdat.net/2014/01/09/dieudonne-un-parcours-politique-coherent/

http://lahorde.samizdat.net/2014/01/03/dieudonne-nest-pas-lami-du-peuple-palestinien/

https://quartierslibres.wordpress.com/2016/09/23/apres-la-quenelle-la-carotte/

Empechons les prochaines venues de Dieudonné à Toulouse !