Communiqué du collectif d’habitant.e.s de la tour Grenfell


Le 14 juin 2017, un incendie se déclenche dans la tour Grenfell, un immeuble de logements sociaux de 24 étages situé dans une zone aisée de l’ouest de Londres. Le bilan est terrible pour les habitant.es : 79 d’entre eux.elles meurent et 74 sont blessé.es.

« Mais lorsque la société met des centaines de prolétaires dans une situation telle qu’ils sont nécessairement exposés à une mort prématurée et anormale, à une mort aussi violente que la mort par l’épée ou par balle; lorsqu’elle ôte à des milliers d’êtres les moyens d’existence indispensables, leur imposant d’autres conditions de vie, telles qu’il leur est impossible de subsister, lorsqu’elle les contraint par le bras puissant de la loi, à demeurer dans cette situation jusqu’à ce que mort s’ensuive, ce qui en est la conséquence inévitable; lorsqu’elle sait, lorsqu’elle ne sait que trop, que ces milliers d’êtres seront victimes de ces conditions d’existence, et que cependant elle les laisse subsister, alors c’est bien un meurtre, tout pareil à celui commis par un individu, si ce n’est qu’il est ici plus dissimulé, plus perfide. » Extrait de l’ouvrage de Friedrich Engels « La situation de la classe laborieuse en Angleterre » publié en 1844 (1)

Environ 170 ans plus tard, l’Angleterre reste un pays qui tue ses pauvres. Lorsque 4 gouvernements différents sont avertis que Grenfell et d’autres grandes tours ont de sérieux risques d’incendie, alors un enfer n’est pas malheureux. Il est inévitable. Ce qu’il s’est passé n’est pas une « terrible tragédie » ou une autre banalité, c’était un meurtre social.

Nous vous proposons un article issu du blog d’un groupe d’action d’habitant.e.s de la tour Grenfell et traduit par nos soins :

https://grenfellactiongroup.wordpress.com/

https://grenfellactiongroup.wordpress.com/2017/06/19/grenfell-tower-the-kctmoculture-of-negligence/

Ceux.celles qui ont perdu leur vie dans cette catastrophe étaient nos amis, nos voisins. Nous avons essayé de parler pour eux quand ils.elles vivaient et nous continueront à parler pour eux maintenant. Nous partageons la souffrance des sans logement, des blessé.es, des endeuillé.es à qui nous offrons nos sincères sympathies, condoléances et solidarités. Nous partageons aussi le sentiment de rage et d’injustice qui a touché cette communauté depuis des années. C’est pourquoi nous avons commencé ce blog et c’est pourquoi nous continuerons comme nous avons commencé, en disant la vérité au pouvoir, qu’il choisisse de nous écouter ou non.

Même les chiens dans la rue savent que le revêtement extérieur inflammable de la tour de Grenfell a joué un rôle majeur dans la propagation et l’accélération de ce qui a commencé comme un incendie dans une seule habitation et qui est devenu, en moins d’une heure, un véritable enfer : l’intégralité de l’intérieur de cet immeuble de 24 étages a brûlé. Il nous incombe aussi d’affirmer fermement que le revêtement en question n’a pas été utilisé pour le bien-être des résidents de la tour Grenfell mais parce que les Conseils de Kensington et Chelsea ont redéveloppé les alentours en construisant une autre de leurs « prestigieuses » écoles d’excellence juste à côté de la Tour Grenfell et un nouveau centre sportif et de loisir. Le revêtement de la tour Grenfell a été fait pour enjoliver, pour ne pas gâcher l’image de la gentrification rampante que le conseil a l’intention de créer, ici et partout dans le reste du nord de Kensington.
Selon un article publié le 14 Juin dans le Guardian, des ministres du gouvernement ont été prévenus à de nombreuses reprises que les violations des normes de sécurité incendie sont fréquentes au Royaume-Uni et que l’utilisation de revêtement dans les tours HLM est dangereux. Le gouvernement a ignoré le conseil de ces experts en incendie. Dans les années 90, le Home Office (https://en.wikipedia.org/wiki/Home_Office) a reçu un rapport accablant de l’architecte Sam Webb suite à son enquête réalisée sur des centaines de grands immeubles résidentiels. L’étude a montré que la moitié des bâtiments inspectés ne respectait pas les règles de base en matière de sécurité incendie. Webb a décrit l’état des tours britanniques comme « un désastre en attente ».
https://www.theguardian.com/uk-news/2017/jun/14/disaster-waiting-to-happen-fire-expert-slams-uk-towerblocks
Le feu de la Lakanal House à Southwark en 2009 (NDT : à Londres) a par la suite prouvé qu’il avait raison. Six personnes, dont 3 enfants sont mort.es quand un incendie dans la tour dans laquelle ils.elles vivaient s’est propagé du 9ème étage au 10ème et au 11ème étage de l’immeuble via le revêtement inflammable qui avait été fixé à l’extérieur du bâtiment. Le conseil de Southwark a part la suite plaidé coupable pour 4 infractions à la réglementation sur les incendies. Le député travailliste Harriet Harman, dont la circonscription comprend Lakanal House, a affirmé que ceux.celles qui avaient survécu étaient ceux.celles qui avaient ignoré les instructions des pompiers de « ne pas bouger » et qui ont fui l’immeuble par l’escalier de secours. Ceux.celles qui sont mort.es sont ceux.celles qui ont obéi aux instructions de rester dans leur maison. Le conseil de « ne pas bouger » aurait été correct s’il n’y avait pas eu cette obsession récente pour le revêtement des grandes tours et en particulier l’utilisation de revêtement peu cher et inflammable qui rend superflu le conseil standard de sécurité incendie et qui est responsable de la propagation rapide et incontrôlable du feu, d’étage en étage, lors des incendies à Lakanal House et à la tour Grenfell.
L’enquête de Lakanal est parvenu à de nombreuses conclusions et recommandations dont celles-ci :
• « L’enquête a révélé que les locataires manquaient de connaissance sur les procédures en cas d’incendie dans une tour. La juge Frances Kirkham recommande aux propriétaires d’améliorer la sensibilisation des locataires à la sécurité incendie et les encourage à rénover les extincteurs automatiques à eau. Elle recommande aussi au gouvernement de publier des conseils pour clarifier quand il devait être dit aux locataires de partir de l’immeuble et quand on devait leur dire de rester.
• Une partie de la raison pour laquelle l’incendie à Lakanal House s’est répandu rapidement était à cause d’une faille dans les mesures de sécurité incendie à l’intérieur des appartements. L’expert David Walker a suggéré aux propriétaires de voir un échantillon de 10 % des appartements à l’intérieur d’un immeuble lorsqu’ils effectuent des évaluations de risque d’incendie.
• Les panneaux extérieurs de Lakanal House, mis en place lors d’une rénovation en 2006-2007, n’étaient pas résistants au feu et ont permis à l’incendie de se propager en moins de 5 minutes de l’appartemement où l’incendie a commencé à l’appartement supérieur, où Catherine Hickman est morte.
Le jury a conclu que le Conseil de Southwark, ses prestataires et sous-traitants sont coupables de « graves manquements» à cause de ces panneaux car s’ils avaient été résistants au feu, ils auraient empêché l’incendie de se répandre si rapidement. » Il y a eu depuis de nombreux incendies de grande ampleur dans des tours dans lesquels la présence de revêtement a joué un rôle clef, notamment à Dubai en février 2015 où un incendie a eu lieu dans le gratte-ciel « Torch » de 79 étages, un des plus haut immeubles résidentiels du monde, et à l’« Address Hotel », une tour de 63 étages où il y a eu un incendie similaire pendant le réveillon du Nouvel An. Dans les 2 cas, le revêtement extérieur était impliqué dans la propagation extrêmement rapide du feu à l’extérieur des 2 bâtiments. Il y a eu 1 mort et 14 blessé.es dans l’incendie « Address » et aucune victime dans le gratte-ciel « Torch ». Il semble que les riches de Dubai sont bien plus sécurisés dans leur gratte-ciel luxueux que les pauvres de Kensington dans la tour Grenfell de 28 étages.
Les risques d’incendie des revêtements pour les tours résidentielles étaient connus depuis des années. Le Gouvernement a traîné des pieds après l’incendie de Lakanal, malgré les recommandations du juge présidant l’enquête et malgré un rapport que le Gouvernement a demandé en 2013 qui recommandaient un examen urgent des politiques de sécurité incendie pour les grands immeubles. Nous pensons que les dangers du revêtement devaient être connus du Conseil et de l’équipe technique du TMO (2) impliqué dans la planification des « travaux d’amélioration » de la tour Grenfell, de l’entrepreneur Rydon et des sous-traitants qui ont effectué les travaux et semblent avoir opté pour un revêtement peu cher et hautement inflammable.
Inutile de préciser qu’aucune de ces informations à propos des risques d’incendie connus associés à l’utilisation du revêtement n’a été communiqué aux habitants de la Tour Grenfell. Evidemment il y a bien plus dans cette polémique que ce que les médias ont présenté pour l’instant et nous avons des preuves que nous allons vous présenter ici qui renforcent fortement la conviction largement répandue localement qu’il y a une culture de complaisance, d’indifférence et de négligence depuis des années au KCTMO (3) et avec laquelle le RBKC (4) est complice et aussi négligent.
NDT : L’historique complet des problèmes de la tour et du conflit locataires / bailleurs est à retrouver sur l’article orginial :                                                              https://grenfellactiongroup.wordpress.com/2017/06/19/grenfell-tower-the-kctmo-culture-ofnegligence/

Quand nous avons commencé à écrire cet article, nous avions espéré garder le rythme des dépêches d’actualité c’était un effort futile comme l’histoire s’est répandue et développée à un tel rythme que nous ne pouvions pas suivre. Néanmoins l’opinion que nous avons exprimé si fortement à propos du rôle du revêtement tient toujours et nous sommes confiant que cela restera une partie cruciale du compte rendu final de la catastrophe de la Tour de Grenfell. Nous avions un autre objectif en tête en écrivant cet article. C’était de chroniquer l’histoire de complaisance, de négligence et d’incompétence qui a défini le RBKC et le KCTMO aussi loin que l’on puisse se souvenir. Nous avions assez de preuves en notre possession pour nourrir cet argumentaire et nous pensons qu’il était d’une importance vitale de commencer à les écrire dans l’espoir que ceux.celles chargé.es d’enquêter sur les causes de l’incendie de la Tour Grenfell seraient forcé.es d’enquêter sur cette histoire et seraient incapables de l’ignorer ou de l’enterrer.
Le court article de blog que nous avons posté la nuit de l’incendie, à notre énorme surprise, a été cité et utilisé comme source par un grand nombre de journalistes. Nous comptons désormais sur ces mêmes journalistes pour qu’ils.elles publient les années de négligence du TMO et du RBKC que vous avons écrits aujourd’hui. Nous sommes convaincus qu’il y a encore beaucoup plus de preuves de ce genre qui attendent d’être découvertes.

(1) https://www.marxists.org/francais/engels/works/1845/03/fe_18450315_5.htm
(2) « Tenant Management Organisation », organisation de gestion des locataires,
https://en.wikipedia.org/wiki/Tenant_management_organisation
(3) Kensington and Chelsea Tenant Management Organisation, principale TMO du Royaume-Uni, gère des bâtiments couvrant 10 000 logements
(4) Royal Borough of Kensington and Chelsea, autorité local gérant ce district

Publicités

Le 19 mars, une Marche pour la Justice et la Dignité


Un par mois. C’est, en moyenne, le nombre de pères, de frères, de fils que nous perdons à cause de la brutalité des forces de l’ordre. Une brutalité qui prend plusieurs formes : des techniques de pliage qui conduisent à l’asphyxie des victimes aux coups de poings, de balles ou de Taser qui, dans les pires des cas, s’avèrent mortels.

Régulièrement depuis plus de 40 ans, les nôtres sont ainsi tués par l’État Français, aux mains de ceux que l’on appelle ironiquement les « gardiens de la paix ». Régulièrement depuis plus de 40 ans, c’est l’impunité la plus abjecte et les campagnes de criminalisation qui répondent aux mobilisations de celles et ceux qui réclament vérité et justice pour leurs morts. L’acharnement policier, judiciaire et politique contre la famille Traoré, à qui nous exprimons toute notre solidarité, en est la preuve. À chaque fois, c’est la même histoire.

La répression qui nous vise, nous familles de victimes, s’est accentuée sous le régime de l’état d’urgence. Tous les abus sont devenus possibles, avec leurs lots de conséquences tragiques. Ce n’est plus la police qui s’adapte à la loi, c’est la loi qui s’adapte à la police… Et nous sommes loin d’être les seuls à avoir été visés par le renforcement des dispositifs sécuritaires et des violences d’État. En 2015, le gouvernement a déclaré une véritable guerre intérieure : il a traqué les migrants et ceux qui les défendent, poursuivi la traditionnelle répression des « Noirs », des « Arabes », des « Rroms » et plus généralement des quartiers populaires, ciblé les « Musulmans » notamment via des perquisitions, des assignations à résidence et des fermetures de mosquées totalement arbitraires… À cela s’ajoute la guerre sociale qu’ont menée Valls et consors, notamment dans le cadre de la mobilisation contre la loi travail. Face aux résistances des quartiers populaires et du mouvement social, on a vu les violences se déchainer en touchant des catégories jusqu’ici protégées.

Les attentas terribles que nous avons connus en 2015 et en 2016 sont venus renforcer l’arsenal sécuritaire alors qu’ils sont la conséquence directe de la politique guerrière que la France et ses alliés mènent à l’étranger. L’État Français, qui pèse toujours de tout son poids sur les peuples qu’il domine comme en Afrique, prolonge cette politique au Proche-Orient tout comme il entérine l’occupation de la Palestine. Sa « lutte contre le terrorisme » ressemble surtout à une agression permanente contre des peuples innocents. C’est, entre autres, ce qui nourrit la crise humanitaire des réfugiés, traités cyniquement comme une menace potentiellement « terroriste ». C’est le serpent qui se mord la queue : le climat de guerre intérieure permet de justifier le contrôle toujours plus brutal de la population et délivre un permis de violence aux forces de l’ordre qui répriment toutes les gueules qui ne lui reviennent pas et tous ceux qui, des familles de victimes aux manifestants contre la loi travail en passant par les militants des quartiers populaires à la ZAD, osent s’organiser contre l’État, réclamer justice et affirmer leur Dignité.

Nous sommes tous concernés !

La campagne présidentielle ne va rien arranger. Au contraire. Presque chaque nouvelle déclaration est une insulte faite à nos combats, à nos préoccupations et à nos urgences.

Parce que nous ne nous soumettrons pas à l’arbitraire du pouvoir,
Parce que les mots « justice » et « dignité » ont encore un sens pour nous,
Parce que nous pensons qu’il est primordial de nous organiser, ensemble, pour lutter contre la guerre faite aux pauvres, aux migrants, aux descendants de colonisés,

Nous appelons tout-e-s celles et ceux qui se sentent concernés par ces sujets à nous rejoindre dans toutes les initiatives à venir (voir calendrier au bas de la page) et à participer très largement à la Marche pour la Justice et la Dignité qui aura lieu le dimanche 19 mars 2017 à Paris. Contre la hogra, contre l’humiliation, contre le racisme et les violences policières, contre les guerres lâches faites en notre nom contre des peuples qui ne nous ont rien fait.

Retrouvons espoir, force et unité pour faire bloc ensemble au nom de la Justice et de la Dignité.

Des nouvelles du testet


Un point sur les inculpés de la derniere manifestation :

On connaît le résultat de deux comparutions immédiates. Un clown est poursuivi par quatre policiers pour « violences agravées » (jets de pierre) et refus d’ADN. Le juge l’a condamné à 6 mois de prison dont 4 mois avec sursis, plus 100 euros d’amende pour chaque policier, sur la seule base des déclarations des policiers. L’autre est condamné à 4 mois de prison dont 2 mois avec sursis. Un autre, Thomas, a vu son procès reporté au 15 décembre, avec mandat de dépôt : enfermé. Pour les autres, le procés aura lieu en décembre. Affaire à suivre !

Pour rester en lien avec l’actualité du Testet, un blog à relayer  :

http://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/ 

Il suffit de cliquer ici pour y accéder.

 

Une nouveau rassemblement est organisé:

 

Il aura lieu place Jean Jaurés Samedi 8 Novembre à 14 H

Le comité d’action juridique a réalisé un petit rappel de ses droits en cas d’arrestation à lire

ici

Et sinon, ci aprés l’appel à manifestation réalisé par le collectif Testet :

Appel du 8 novembre

 

Nous sommes déterminés à en finir avec toutes les violences de l’État !

Ni oubli, ni pardon !

 

4516609_6_521e_samedi-1-novembre-2014-mort-de-remi-fraisse_94a60d81bd4caf7ca971e24286b0d684