Marine Le Pen a-t-elle peur de Toulouse ?


Communiqué du 11 Avril 2017 concernant l’annulation du meeting de Marine Le Pen à Toulouse

MARINE LE PEN A-T-ELLE PEUR DE TOULOUSE ?

Marine Le Pen a annulé, dans la discrétion, son meeting prévu le 15 Avril au Zénith de Toulouse.

Ce meeting, comme elle en fait dans toutes les grandes villes (Lyon, Nantes, Lille, Bordeaux, Toulouse, Marseille, Paris), devait avoir lieu une semaine avant le 1er tour des élections présidentielles et avait donc une importance particulière pour sa campagne.

Cette annulation relève pour elle d’une décision stratégique, tout comme celle de ne pas la justifier : un aveu d’échec. La peur d’une importante contre-manifestation médiatisée, de ne pas remplir le zénith de la 4ème plus grande ville de france, de ne pas parvenir à passer pour la candidate normale qu’elle aimerait être mais de révéler sa vraie nature : une candidate d’extrême-droite qui mobilise davantage contre elle que pour elle.

Cette annulation nous rappelle à toutes et tous que seule une opposition antifasciste déterminée et organisée face au Front National sera à même de lutter efficacement contre ce parti d’extrême-droite et ses idées qui pourrissent déjà ce pays.

PARCE QUE LA LUTTE CONTRE CE PARTI NE SE LIMITE PAS À CE CIRQUE ÉLECTORAL QUI N’EN FINIT PLUS, LA MANIFESTATION CONTRE LE FRONT NATIONAL ET LA MASCARADE ÉLECTORALE EST MAINTENUE ET AURA LIEU LE SAMEDI 15 AVRIL, 15H À ST-SERNIN (TOULOUSE).

CONTRE L’EXTRÊME DROITE ET LA MASCARADE ÉLECTORALE : RIPOSTE POPULAIRE !

Assemblée et mobilisation contre le meeting du Front national à Toulouse


Comme à chaque période électorale, le Front National ressort ses têtes d’affiches médiatiques à l’occasion d’un grand meeting qui se veut le point d’orgue de leur cirque électoral. Utilisant les médias, les élections et la peur de la crise économique pour faire grossir leur parti identitaire, vide d’alternatives et de projet, le FN reste toujours un parti qui doit être férocement combattu. Fleurtant avec les élites politiques, il n’en reste pas moins un parti populiste qui détruit nos vies et nous divisent.

Pourquoi lutter contre le FN ?

Car c’est un parti raciste, homophobe, sexiste, et fascisant qui appuie et sert une logique de division et de peur. Le choix de laisser Marion Maréchal Le Pen défendre la fin de l’avortement ou Florian Philippot sous-entendre qu’ils ne sont pas homophobes n’est qu’un écran de fumée sur l’ordre moral catholique du FN.

Car c’est un parti ultra-autoritaire, populiste, qui ne défend finalement que les riches et les patrons français. C’est la défense des intérêts du grand patronat et des élites financières contre l’intérêt des classes populaires. Le FN veut un capitalisme fort et prospère : qui nourrit la misère et les guerres.

Car c’est un parti qui banalise des notions absurdes et dangereuses comme la préférence nationale, l’insécurité et le tout répressif, etc, afin d’imprégner le débat politique de sa haine d’une société métissée et populaire. Cette banalisation, dans laquelle les autres partis s’engouffrent, doit être combattue.

Car c’est un parti électoraliste, comme les autres, dans une démocratie où se laisser représenter c’est avant tout se faire déposséder des moyens politiques, des moyens d’action et d’organisation de nos vies.

Comment lutter contre le FN ?

En rompant avec ce spectacle peu divertissant, cette mascarade électorale, et en s’organisant pour créer une réelle alternative à nos vies et notre société. Il ne faut pas se leurrer, le FN ne changera pas cette société. Les travailleurs et travailleuses exploité.e.s le seront d’autant plus mais sous prétexte de sauver la nation. Notre quotidien sera encore plus soumis aux lois des patrons.

C’est en se dotant d’outils pour lutter contre les dominations qui structurent nos sociétés que nous créerons nous même les conditions d’une véritable révolution sociale. Nous appelons donc à une assemblée publique afin de se rencontrer sur des bases politiques communes, de poser des perspectives et d’organiser une mobilisation d’ampleur le 15 avril 2017, jour du meeting du FN à Toulouse.

SAMEDI 18 MARS 2017 : ASSEMBLÉE PUBLIQUE à 15h à La Chapelle (36 rue Danielle Casanova – métro Compans Caffarelli)

SAMEDI 15 AVRIL 2017 : GRANDE MOBILISATION CONTRE LE MEETING DU FRONT NATIONAL

L’appel en .pdf

news.antifa.toulouse : se tenir informé.e


picto-mailL’Union Antifasciste Toulousaine a mis en place une newsletter pour informer sur nos activités et l’actualité locale nous concernant.

Pour être inscrit.e à notre lettre d’information, envoyez un email à : toulouse.antifa[at]riseup.net avec comme objet [INSCRIPTION NEWSLETTER]

Retrouvez-nous également sur Facebook.

MANIFESTATION ANTIFASCISTE


 

Sans titre5 JUIN 2013,

3 ans que notre camarade Clément est décédé sous les coups des fascistes.

5 JUIN 2013,

3 ans que la justice refuse de juger les coupables de ce crime politique et continue de juger les syndicalistes, les militant-e-s de classe et les militant-e-s qui se battent pour une autre société. 3 ans encore que l’État et sa police ne cessent de harceler et d’assassiner les habitant-e-s des quartiers populaires (Zyed et Bouna, Lamine Dieng, Amine Bentousi et tant d’autres encore), toujours en acquittant les responsables des crimes. Syndicalistes de GoodYear, manifestant.e.s arrêté.e.s lors des manifestations pour Rémi Fraisse, ou plus récemment contre la loi travail, condamné.e.s à de la prison ferme quand les meurtriers de Clément courent toujours impunément. Et quand les fascistes bénéficient d’une impunité judiciaire lorsqu’ils tabassent, poignardent et intimident nos camarades, ce sont les syndicalistes de la CNT qui se font violemment attaquer leurs locaux par la police à Lille.

clement5 JUIN 2013,

une date pour se rappeler que chaque jour des antifascistes tombent encore pour une société sans classe. Carlos Palomino, Carlo Giulani, Kostja Lunkin, Killah P., etc, chaque pays compte ses mort-e-s et leurs combats continuent à vivre dans nos luttes. Une date aussi pour se rappeler que le combat antifasciste amène nos camarades révolutionnaires à croupir dans les geôles des régimes bourgeois à travers le monde (Alexander Kolchenko, Oleg Sentsov, Georges Abdallah ou encore les militants de Lutte Révolutionnaire).

5 JUIN 2016,

3 ans après, la montée des idées du Front National et la banalisation des discours racistes, islamophobes, misogynes, homophobes, sexistes et de domination de genre, continuent de servir la crise du capitalisme que nous vivons au quotidien. L’extrême droite, du FN aux identitaires, s’affirme toujours plus dans son discours anti ouvrier, anti syndicaliste, contre le progrès social mais pour la préservation des privilèges racistes ou de classe. Stigmatisant les immigré.e.s, les femmes voilées, les sans-papiers et en général toutes les personnes subissant le racisme, les États font la part belle à la progression des nationalismes de droite comme de gauche en prétextant l’union nationale face à des supposés ennemis de l’intérieur.

5 JUIN 2016,

3 ans après, on ne peut que constater que le fascisme et différents courants réactionnaires se renforcent en Europe. Guerre civile en Ukraine où s’affrontent les néo-nazis de Pravy Sektor et de Svoboda à l’impérialisme russe, montée du parti néo nazi en Hongrie face au déjà très autoritaire et raciste Viktor Orban, le parti d’extrême droite FPÖ en Autriche en tête des élections nationales, construction d’une frontière imperméable aux réfugié-e-s et migrant-e-s aux portes de l’Europe fuyant les conflits que les États impérialistes provoquent un peu partout sur la planète. Il faut également constater que cette situation ne se limite pas à l’Europe. ModifiéAux États Unis, Donald Trump reprend à son compte les thèses de l’extrême droite locale comme internationale. L’État Turc, allié de l’Union Européenne, continue toujours sa guerre vis à vis des populations kurdes, alévis, arméniennes ou tout autres minorités opprimés et renforce toujours plus son autoritarisme. Que l’État Français encore soutien les régimes réactionnaires d’Iran, des monarchies du Golfe, du Maroc ou de Tunisie, tandis que sur place, les forces progressistes se font assassiner et réduire au silence.

5 JUIN 2016,

3 ans après, les militant-e-s fascistes continue de courir dans les rues. Les agressions racistes, sexistes et homophobes se multiplient, que ce soit dans la rue ou à l’encontre d’espace militant. Nous nous devons de continuer à mener, dans toutes nos luttes, sur nos lieux de travail et de vie, la lutte antifasciste et révolutionnaire, en ne laissant aucun espace de visibilité ou d’action aux organisations d’extrême droite et à toutes leurs nébuleuses conspirationniste qu’elle traîne dans leurs girons. Plus que jamais, nous devons construire une riposte populaire et affirmer que la lutte antifasciste ne peut être que solidaire de tous-tes les exploité-e-s, ici comme ailleurs.

le tract définitif avec les signataires est disponible ici

MANIFESTATION – JEUDI 02 JUIN – 19H – FRANÇOIS VERDIER

Rassemblement Antifasciste le 18 Juillet


Le samedi 18 Juillet, des fascistes toulousains organisent une manifestation islamophobe a 14h place du capitole.

Officiellement « contre le terrorisme islamique et l’islam », ce rassemblement raciste est autorisé par la préfecture et la mairie de Toulouse.
Ces derniers ne voient aucun problème à laisser se dérouler un nouveau Jour de Colère bis à Toulouse, malgré leurs déclarations de l’époque.
Tout en sachant que serons présent des cadres fascistes comme Ivan Benedetti, président de l’œuvre francaise, organisation dissoute suite à l’assassinat de Clément Méric. On ne peut que constater le rapprochement entre l’Etat et l’extrême droite, surtout lorsqu’il s’agit de stigmatiser les musulmans.

L’amalgame entre violences religieuses et Islam est une stratégie classique pour les fachos. Elle vise a faire croire a un « ennemi intérieur » (les musulmans) pour instaurer une politique nationaliste, raciste et sécuritaire. Elle a également pour but de diviser les opprimés et d’éviter toute remise en cause du système.
Tout ça dans l’intérêt de la classe dominante.

Ce ne sont pas les quelques mort (ultra-médiatisés) dans des attentats qui nous ferons oublier les centaines de mort de la répressions policière et du fascisme. Le danger actuel en France et en Europe réside dans la montée des idées racistes et réactionnaires dans la rue comme dans les urnes. Certainement pas dans la montée d’un prétendu islam radical qui est marginal mais qui focalise pourtant l’attention de tous les médias.

Face a cela il est plus qu’urgent de s’unir, s’organiser et lutter contre le racisme et l’extrême droite. Ensemble faisons comprendre a ces fachos que Toulouse est une ville métisse et populaire où l’islamophobie n’a pas sa place.

Ne laissons pas l’extrême droite s’imposer a Toulouse.

Fascistes hors de nos vies!

 RDV à 13h place du Capitole

 

image-7

5/12/13: Clément, tu vis dans nos luttes


Cela fait maintenant 6 mois que notre camarade Clément a été assassiné par des fascistes. Nous avons voulu lui rendre hommage en rappelant qu’à Toulouse la lutte antifasciste continue.

Manifestation le 8 Juin !


Manifestation des jeunesses nationalistes samedi et dimanche à Toulouse, le lien juste ici

Nous devons encore leur prouver que Toulouse est et restera antifasciste !

Manifestation antifasciste Samedi 8 juin 14h Arnaud Bernard !

AfficheAntifa

Un peu partout l’extrême droite revient en force avec un allié de taille: la crise du capitalisme. Au même rythme que sous le gouvernement Sarkozy s’accumulent les expulsions, les lois et mesures discriminatoires et sécuritaires. Et les classes populaires font face à une offensive sécuritaire et raciste de grande ampleur qui menace leurs droits, libertés et acquis sociaux.

Le droit de vote des étrangers est repoussé, la chasse aux sans papiers continuent et les militants homophobes défilent paisiblement dans les rues sans être inquiété par une police toujours aussi complaisante.

C’est dans ce contexte que la plupart des organisations réactionnaires continuent à vociférer leurs haines. Et pour le Bloc Identitaire, groupuscule d’extrême droite, de continuer de vouloir installer son discours raciste et nationaliste. A Toulouse, même impliqué dans plusieurs agressions dont celle ultra violente d’un étudiant place Arnaud Bernard, il tente à nouveau d’organiser la marche de la « fierté toulousaine » du 8/9 juin. Cette date, censée commémorer une bataille en 721 contre « l’envahisseur arabe » est pour eux, une référence à la soit disant islamisation de la France ainsi qu’à la reconquête du pays par les « français ».

Nous ne devons pas les laisser s’approprier cette date ! Nous réaffirmons qu’il n’y a aucun avenir dans le racisme et le chauvinisme ! Nous devons continuer à combattre l’extrême droite et tous ceux qui tentent de s’imposer à Toulouse ou ailleurs.

Nous devons faire vivre un antiracisme/antifascisme fort qui sera à même de construire l’unité entre tous pour enfin se débarrasser des véritables problèmes : le chômage, l’exploitation, les politiques racistes et sécuritaires. Nous appelons tous les antiracistes et antifascistes de Toulouse et d’ailleurs à participer à la manif du samedi 8 juin dès 14h place Arnaud Bernard pour crier haut et fort « Contre le racisme, offensive métisse et populaire ! »

Dax vive


Le samedi 16 mars 2013 s’est tenu un concert de soutien organisé par l’Union Antifasciste Toulousaine à la Dernière Chance, place Arnaud Bernard. Cette soirée se plaçait dans le cadre de la journée internationale de soutien et d’hommage à Dax et à ses camarades, victimes du fascisme et de la répression d’Etat.

60390_539806446041303_1372907403_n

Une belle photo du rassemblement à Dax en Italie

En effet, le 16 mars 2003, Dax, militant antifasciste milanais, a été lâchement poignardé par des nazillons. Et lors de l’arrivée de ses camarades à l’hôpital, la police les a violemment attaqué et matraqué et les a rendu responsable de l’ensemble des dégradations commises à l’hôpital. Encore aujourd’hui ils sont condamnés à payer avec 1/5éme de leurs salaires. Et c’est pour ne jamais oublier, que les camarades de Milan ont décidé d’appeler à une journée d’évènements antifascistes et anticapitalistes dans le monde entier. A Milan c’est une manifestation nationale de 5000 personnes qui a défilé. Pendant la semaine qui précédait le 16 mars, d’autres évènements (débats, projections etc etc) ont eu lieu à Naples, à Rome, Turin. Et d’autres événements sont à prévoir avec notamment un concert à Londres le 13 avril..

L’Union Antifasciste Toulousaine a, quant à elle, décidé d’organiser un concert de soutien pour rappeler à Toulouse que les victimes du fascisme restent avant tout les victimes de la violence capitaliste et que nous devons continuer à lutter de toute nos forces pour éradiquer le fascisme et le système qui le génère.

Ce concert de soutien a été un large succès ! D’une part, grâce à l’argent récolté, nous pouvons reverser le bénéfice financier aux camarades Milanais pour payer leurs amendes. D’autres part ce concert nous a permis de renforcer nos liens avec nos camarades de Limoges et de Paris, que nous avons été très fier de compter dans le public du concert.

Nous tenions aussi à remercier la Dernière Chance, le Communard ainsi que les artistes présents dans la réussite  de ce concert. C’est grâce à leur existence que Toulouse, et la scène alternative, peuvent continuer à se battre pour une culture offensive populaire et métissée. Ce concert n’aurait jamais été un franc succès sans des groupes comme Mélange Toxik de Toulouse, 1ére ligne de Paris et Sang mêlé de Limoges. Des rues aux salles de concert, chaque parcelle d’expression doit être prise pour combattre le fascisme !


Ni oubli, ni pardon !
Solidarité avec Dax et les victimes du fascisme !
Pour une culture métissée et populaire !

Et pour les absents une excellente vidéo réalisée par les camarades de Paris:

http://www.youtube.com/DAX VIVE

Devoir d’insolence


L Union Antifasciste Toulousaine a participé à la réunion de lancement du collectif « devoir d’insolence » en soutien au rappeur Saïdou, du groupe ZEP (Zone d’Expression PoSans titrepulaire), et au sociologue et militant associatif Saïd Bouamama. Tous deux ont été mis en examen, en octobre, pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » sur plainte de l’Alliance générale contre le racisme et pour le respect de l’identité française (Agrif).

Très récemment elle avait mis en procès Houria Bouteldja pour racisme anti blanc. Malgré la relaxe d’Houria, par la cour d’appel de Toulouse le 19 novembre dernier, l’AGRIF veut continuer à faire parler d’elle et à poursuivre les militants, artistes et individus anti-impérialistes et anti-racistes qui se battent contre la France haineuse de l’extrême droite.

L’Union Antifasciste Toulousaine soutiendra les initiatives de ce collectif de soutien qui combat le fascisme et le racisme. On joint ci après l’appel de ce collectif ainsi que la pétition à signer : http://devoirdinsolence.fr/

Le Fachoscope toulousain est arrivé


Suite à de nombreuses sollicitations pour en savoir plus sur les « fachos toulousains », l’UAT met à disposition une modeste carte de l’extrême droite toulousaine.

La carte présente les principaux groupes ou organisations d’extrême droite sévissant à Toulouse et dans ses environs.
La carte n’est pas une géolocalisation précise de ces groupes. L’impasse est faite sur de nombreux autres groupes à cause de leur manque d’activité, de leur disparition ou du fait de leur structure trop nébuleuse (ex: Ligue de Défense Juive, Action Française, Oeuvre Française, islamistes radicaux…).

Un certains nombre de lieux toulousains y sont signalés pour leur rapport direct avec l’extrême droite.

La carte est une première version qui ne manquera pas d’être mise à jour. Vos remarques sont aussi les bienvenues pour améliorer l’outil. Ce dernier sera constamment disponible dans la barre de menu du blog du l’UAT.