Procès des meurtriers de Clément


Le 5 juin 2013, à Paris, Clément Méric, syndicaliste et militant antifasciste, mourait sous les coups de skinheads néo-nazis.

Du 4 au 14 septembre aura lieu à la Cour d’Assises de Paris le procès des agresseurs de Clément et de ses camarades présents à ses côtés ce jour là.

Qu’en attendons-nous ? Essentiellement que la vérité soit dite publiquement sur les circonstances de la mort de Clément Méric, que l’on cesse de renvoyer dos à dos agresseurs et agressés et que la dimension politique de ce crime soit clairement mise en évidence.

Parce que nous n’oublions pas que cette mort est politique et que l’extrême droite tue, différents rassemblements sont organisés à Paris

– Mardi 11 septembre, 18h30 au pont du Carrousel pour évoquer les victimes de l’extrême droite

– Vendredi 14 septembre, 18h30 pour une manifestation qui partira de la place de la République.

Nous partageons un texte du comité pour Clément que l’on peut lire ici

Et aussi le tract de l’AFA Paris Banlieue que l’on peut lire en cliquant ici

Un autre article, publié sur la Horde, fait le lien avec d’autres affaires notamment celle de Lille que l’on peut lire en cliquant ici

L’extrême droite tue, faisons son procès !

Publicités

Manifestation en hommage aux victimes du fascisme


Le 5 juin 2013, des fascistes ont tué notre camarade Clément Méric.

Deux années ont passé et nous ne pouvons que constater que l’extreme droite continue de déverser sa haine, sa violence et son racisme partout en Europe. Nous n’oublions pas les coups de couteau reçus par Carlos Palomino en Espagne en 2007, l’assassinat de Pavlos Fyssas en 2013, et tous les autres tombés à cause des idées fascistes. Ces actions vont de pair avec la banalisation des discours racistes et xénophobes tant dans les medias que dans la politique institutionnelle.

La crise du capitalisme que nous traversons laisse place en Europe au développement de partis ouvertement fascistes et néonazis comme Aube Dorée en Grèce et les groupes nationalistes dans l’Est de l’Europe. Mais les partis traditionnels n’échappent pas à la résurgence des idées réactionnaires.

Il suffit de voir la politique menée par le Parti Socialiste depuis son arrivée au pouvoir : Les violences policières sont en augmentation et les libertés individuelles sont de plus en plus remises en cause au nom de l’ordre et de la sécurité.Le racisme notamment celui envers les Rroms et l’islamophobie, gagne du terrain.

Clément était un militant qui croyait fermement en l’égalité, la justice sociale et la lutte.clem 3 Il détestait le racisme, l’homophobie et la violence d’Etat ; c’est un camarade qui avait décidés de lutter contre le fascisme, sur le terrain des idées comme dans la rue.
Et nous savons qu’il avait bien raison, la solution est dans la lutte et l’organisation collective à tous les niveaux : idéologique et culturel au quotidien.

On ne doit pas laisser la possibilité à l’extrême droite de s’implanter. Il n’y a pas de “liberté d’expression”, de “liberté de parole”… pour ceux qui nient toutes ces libertés.

Pour cela Clément et tous nos camarades victimes du fascisme doivent vivre dans nos luttes, pour l’égalité, pour la justice sociale.

Pour Clément et pour les autres victimes du fascisme il n’y aura ni oubli ni pardon, rien ne restera impuni!

Seule la lutte paie.

RDV le 04 Juin à 18h30 place Arnaud Bernard

Et à Paris le 06 Juin à 14h a Bastille

Signataires

concert proj

Clément: ni oubli, ni pardon


cle         Dimanche 23, des militants de l’Union Antifasciste Toulousaine ont été à la manifestation parisienne en mémoire de Clément Meric. Nous avons fait le choix de relayer cet appel national à manifestation en allant directement soutenir nos camarades Parisiens.

L UAT a participé au cortège de l’action antifasciste Paris Banlieue à coté d’antifascistes venus de nombreuses villes: de Rennes à Lille en passant par Milan, Cologne … Nous étions nombreux à avoir partagé l’idée de cette venue pour assurer notre solidarité sans faille aux camarades Parisiens. Au delà, cette manifestation unitaire a rassemblé aussi des collectifs de sans papiers, de nombreuses associations, des partis politiques et des syndicats….

A noter la triste exception de la CGT, arguant que sa « priorité » est au social. Même s’il est évident que la lutte sociale est capitale, il n’est pas défendable de rester dans l’immobilisme face à l’ assassinat d’un militant antifasciste. Refuser un attachement à l’antifascisme est une posture d’autant plus dangereuse que l’extrême droite tente de récupérer la plupart des revendications sociales de la CGT pour y amalgamer sa haine de l’autre.
Malgré cette prise de position décevante de la CGT, cette manifestation a été offensive et combattive. Après la tristesse des ces derniers jours, s est succédé la volonté de construire un mouvement antifasciste fort. Il est temps pour nous de dépasser la simple riposte et la posture défensive pour faire de l’antifascisme une réalité sociale et politique.
Et lors de cette manifestation, nous avons pu défiler en rappelant notre vision de l’antifascisme. A la cle2fois une lutte solidaire et internationale qui doit se construire sur la base de l’unité entre les militants et les peuples, qui subissent tous, sous différentes formes, le fascisme, mais aussi une lutte anticapitaliste, car derrière le fascisme se cache bel et bien le capital.

Et si certains nous reprochent d’avoir laissé trop de liberté aux membres du cortége, les laissant s’attaquer aux banques, panneaux publicitaires, agences d’interim et autre symbole de  la société capitaliste, nous rejoignons les raisons de leurs colères. Le fascisme et le capital sont intimement liée et la soumission imposée au capital obligent à en venir à l’action radicale.

Nous sommes solidaires de l’ensemble des militants arbitrairement arrêtés à la fin de la manifestation pour punir de ses actes.

Osons nous organiser, osons lutter, osons vaincre.

Solidarité avec les camarades de Paris


flouJeudi soir, un rassemblement spontané a été organisé à la mémoire de Clément par ses camarades, amis et tous ceux et celles qui combattent le fascisme. Nous étions prés de 800 toulousains à manifester, avec émotion, dans la rue pour rappeler que la lutte antifasciste doit être un combat quotidien et affirmer notre solidarité. Notre tristesse ne nous arrêtera pas.

Et ci après un très bon article de carrée d’info: juste ici

Ci dessous notre communiqué :

Nous, l’Union Antifasciste Toulousaine, avons appris le décès d’un camarade antifasciste mercredi soir. Nos mains sont restés liées par la tristesse mais nous nous devions de communiquer pour que nos idées et notre combat ne soit pas oublié. Ce mercredi 5 juin 2013 l extrême droite a montré son vrai visage.
De la manifestation pour tous au front national, l’extrême droite et la droite sont coupable de cet assassinat. Et la plupart, par leurs inactions et en laissant l’extrême droite en toute impunité, en sont aussi responsable. Depuis des années, nous voyons notre combat minimisé et isolé par des organisations de droite comme de gauche. Guerre des extrêmes, indifférence ou « lutte secondaire » les raisons sont multiples. Mais depuis hier certaines organisations en profitent de façon sordide. Notre tristesse ne nous fera pas courir les médias. Notre tristesse décuplera notre colère et notre rage. Et elle fera de notre manifestation de samedi une journée de commémoration et de lutte en la mémoire de notre camarade.
Enfin nos pensées vont à sa famille et à ses camarades parisiens. Qu’ils soient assurés que sa mémoire rendra notre lutte encore plus belle et plus forte. Il sera le symbole d’une génération sacrifiée par un capitalisme outrancier qui sert les intérêts de l extrême droite depuis toujours. Il n’y aura pas de vains mots, ni oubli, ni pardon. La solidarité sera notre meilleure arme et nous espérons que les antifascistes inculpés de paris banlieue trouveront les fonds nécessaires pour continuer leurs luttes!

Ni oubli, ni pardon !
Dans la rue, dans l’action, les antifascistes seront toujours là !


Solidarité avec l’Action antifasciste paris banlieue !

tract clement image

[Rue89] L’extrême droite en France


Nous vous renvoyons vers un article de rue89 sur l’extrême droite. L’article manque d’analyse comme bien souvent avec le traitement médiatique de l’extrême droite malheureusement… Pour autant voici un petit panorama de l’extrême droite radicale hexagonale qui vaut bien une citation sur notre blog. Au passage , nous nous interrogeons sur le titre qui sous-entendrait que le Front National n’est pas à l’extrême droite. Soit le FN a réussi sa dé-diabolisation auprès des auteurs de l’article soit on est paranoïaque…

L’extrême droite en France, toujours dans l’ombre du Front National

Depuis qu’elle en a pris la tête en janvier 2011, Marine Le Pen a procédé à des purges au sein du Front national pour dédiaboliser le Parti. Ces militants radicaux créent ou rejoignent depuis de multiples groupuscules. Pétainistes, identitaires ou nationalistes-révoluionnaires, ces mouvements, déployés dans toute la France, restent liés, de près ou de loin, au FN, terreau de l’extrême droite française.

  1. Paris, carrefour des droites extrêmes
  2. Lyon, le nouveau laboratoire
  3. Nice, patrie du Bloc identitaire
  4. Le Nord, bastion électoral du Front
  5. A l’Ouest, le réveil des Identitaires
  6. A l’Est, rien de nouveau
  7. Au Centre, des concerts néonazis

La suite ici

Hack en série contre les fachos


Nom de code: Opération Blitzkrieg pour la série de hack en France et en Allemagne des Anonymous

Depuis plusieurs semaines, de nombreux sites internet de l’extrême droite ont été la cible de hackers. Sites internet mis hors service, révélation d’échange mail ou divulgation d’information personnelle de militant extrémiste, autant de coups durs pour les autoproclamés maîtres d’internet. En effet, depuis plusieurs années la toile offre une tribune bien complaisante pour l’extrême droite. Pensant être bien caché derrière leurs écrans d’ordinateurs, le fachos se dévergondent et se lâchent. On peut citer en exemple les commentaires de la plupart des articles sur les sites des médias français comme notre bonne veille Dépêche du Midi. Au passage, nous tenons à féliciter le journal toulousain pour son pitoyable travail de modération et par moment son manque d’investigation [1]. On note aussi la présence d’un florilège de sites, de blogs, de forums uniquement consacré à la haine de l’étranger et de tout ce qui n’est pas assez français, nationaliste, royaliste, hétéro, chrétien ou trop « de gauche »…

Tout à commencé avec de lourdes attaques contre un des sites internet les plus visité de France, le blog Fdesouche. Un ramassis de tristes fait-divers extrait de leurs contextes et manipulés pour rendu qui attise allègrement le facho de base. Le blog est depuis plusieurs mois en travaux, il est plus ou moins disponible et ça dure et ça dure…

Fafwatch, site internet antifasciste aux articles incisifs mais non sans humour s’est remis de sa censure (merci à l’hébergeur WordPress) et s’est amusé à divulguer les récents bulletins d’information interne de 3ème Voie [2]. Ils sont consultables ici.

Le célèbre groupe des Anonymous n’est pas en reste et a revendiqué une série d’attaques sur divers sites allemands. Les attaques ont été effectuées dans le cadre de l’Opération Blitzkrieg. Ils ont surtout ciblé le NPD et livré en téléchargement libre plusieurs bases de données sur les militants du NPD. Anonymous révèle aussi une liste d’activiste du Blood&Honour [3] ainsi plusieurs autres fichiers. L’ensemble des fichiers sont consultables ici et c’est garantit sans virus. On notera la présence de pas mal de français. Peut être y trouverez-vous une connaissance ou pire votre voisin!!!

Les Anonymous ont encore frappés ce week-end, à Lyon cette fois-ci. Plusieurs sites internet proches de l’Oeuvre Française [4] ont été piratés. Là encore, des données sur les militants d’extrême droite ont été récupérées. L’Opération Lyon Propre serait une continuité de l’Opération Blitzkrieg. Cette fois, les fichiers sont en français et c’est sans appel. Les échanges mail sont parfois très explicites: « Bonjour, je suis un Français de 36 ans, nationaliste, je souhaiterais me préparer à la lutte armée clandestine… ». On a le droit d’en rire ou d’en pleurer mais pas de l’ignorer. L’ensemble des fichiers sont consultables ici.

[1] On pense au remarquable travail sur l’affaire de Castanet Tolosan où le maire, M. Lafon a imposé le repas unique dans les cantines scolaires. Il ne fallait pas chercher bien loin pour comprendre que le « comité de soutien au maire » n’était qu’une vitrine des Jeunesses Identitaires toulousaines et de Riposte Laïque, deux organisations d’extrême droite.

[2] Groupuscule de Serge Ayoub dit « batskin », il reprend le nom d’un mouvement auquel il a appartenu dans les années 1980 surParis. Ayoub tente de fédérer ainsi d’anciens boneheads (skinheads d’extrême droite) et de jeunes nationalistes tentés par le radicalisme et le rejet du parlementarisme.

[3] La plus grosse organisation de skinhead néo-nazis ayant des succursales plus ou moins officielles dans quasiment tous les pays occidentaux.

[4] Un des plus vieux mouvement nationaliste français encore en activités et l’un des derniers à revendiquer l’héritage de la France de Vichy. Bon nombre de ses militants sont au Front National malgré les « purges » de Marine Le Pen pour gagner en respectabilité.