Stop à l’islamophobie et à la loi « séparatisme »

Dans le cadre de la loi contre un prétendu séparatisme devenue loi « confortant les principes républicains », le Sénat vient de voter l’interdiction du port du hijab pour les mères accompagnatrices, l’interdiction du burkini dans les piscines et espaces de baignade publics ainsi que l’interdiction de port de signes religieux pour les mineures dans l’espace public. Ce projet de loi aux relents nauséabonds et xénophobes cible la population musulmane ou supposée l’être.


L’heure est extrêmement grave !


Le gouvernement, l’Assemblée Nationale et le Sénat continuent d’accuser et d’instrumentaliser l’islam, en instaurant toujours plus de restrictions, de contraintes et d’obligations pour les personnes musulmanes – notamment pour les femmes – faisant d’elles des ennemies de l’intérieur.

Les conséquences de ce climat politique ne se font pas attendre et autorisent certains groupes d’extrême droite à agir en toute impunité :

• Des tags antimusulmans découverts dimanche 11 avril sur les murs du centre cultuel et culturel Avicenne de Rennes à deux jours du ramadan.

• A Nantes la porte d’une mosquée a été incendiée dans la nuits du 8 au 9 avril.

• Un homme de 24 ans se réclamant des idées néonazies a été mis en examen le 9 avril pour avoir menacé de s’en prendre à la mosquée du Mans.

En pleine surenchère liberticide, le projet de loi « séparatisme » entérine les menaces sur la liberté d’association, illustrées par la dissolution arbitraire du Collectif Contre l’Islamophobie en France, au mois de décembre, ou plus récemment, par la campagne pour la dissolution de l’UNEF, pour avoir organisé en son sein des réunions non mixtes.

Il faut réagir pour dire stop à l’islamophobie et exiger le retrait de la loi « séparatisme ». Et vite, avant que le point de non-retour ne soit atteint !

RASSEMBLEMENT
Samedi 24 avril – 15h Métro Capitole.

Premiers signataires : ATTAC31, BDS France Toulouse, Comité Local de Résistance et de Reconquête 31, CGT Educ’action 31, les Jeunes Ecologistes Toulouse, Palestine Vaincra!, Nouveau Parti Anticapitaliste 31, Parti Ouvrier Indépendant 31, Union Antifasciste Toulousaine, Union des Etudiant.e.s Toulouse…

Soirée de soutien samedi 3

Nous avons le plaisir de vous inviter Samedi 3 Octobre aux Merles Moqueurs pour une soirée antifasciste. Nous devrons, hélas, une fois de plus faire sans Cerna ni Outrage magistral, qui malgré toute leur détermination ne pourrons pas jouer ce soir là du fait des mesures sanitaires.

Au programme de la soirée : 17h30, projection de certains des courts métrages que l’on avait diffusé durant le confinement, suivit d’une discussion/débat sur l’état de l’extrême droite sur Toulouse, ainsi que sur les réponses à y apporter.
Plus tard, à partir de 19h30 l’on vous proposera de participer à un Blind test antifasciste avec de magnifiques lots à remporter !
Et nous resterons disponibles avec notre table d’information jusqu’à la fermeture, c’est à dire 22H…

Pour nous rencontrer, débattre, découvrir ce qu’est l’antifascisme, nous soutenir financièrement et plus encore venez nombreux et nombreuses !
Rendez-vous samedi 3 octobre à partir de 17h30 aux Merles Moqueurs.
Et, bien entendu, venez masqué.e.s.

Rassemblement hommage Clément Méric

Il y a 5 ans, notre camarade antifasciste Clément Méric est mort sous les coups de l’extrême-droite à Paris. La cour d’appel de Paris, le 5 décembre, a rejeté le recours d’un des skinheads impliqué dans la rixe qui a coûté sa vie à notre camarade en 2013. Esteban Morillo et Samuel Dufour sont renvoyés aux assises.

Depuis 5 ans, leur procès tarde et la justice a laissé impuni ces meurtriers. Et depuis 5 ans nous devons combattre le discours inacceptable des médias et de la justice. Nous avons entendu les médias travestir la réalité en une « rencontre malheureuse » ou rabaisser notre lutte en « une simple bagarre qui a mal tourné ». Ne laissons ni les médias, ni la justice salir sa mémoire. Clément Méric est mort, tué froidement par des militants d’extrême-droite qui ont intentionnellement causé sa mort. Sa mort est politique, son meurtre est le résultat d’une idéologie à dominante raciste qui détruit nos vies et toute forme de solidarité que nous cherchons à construire.

Depuis le 5 juin 2013, chaque lutte nous rappelle avec force que nous devons faire vivre ses combats. Chaque jour, nous cherchons à faire vivre sa mémoire en construisant une société dont il serait fier. Nous serons là, dans la rue, pour le rappeler. Nous serons là pour rappeler les engagements de Clément. En développant la solidarité internationale avec les peuples qui luttent pour leur auto-détermination et contre le colonialisme, nous faisons reculer l’extrême-droite.

En combattant le sexisme, l’homophobie, l’islamophobie, l’antisémitisme et toutes les discriminations et système d’oppression, nous faisons reculer l’extrême-droite.

Nous vous invitons d’ailleurs, si vous le pouvez, à lui rendre hommage lors des 2 jours de commémoration qui auront lieu à Paris. Nos pensées vont aussi au comité pour Clément qui fait vivre sa mémoire depuis ce temps.

Une vie de lutte plutôt qu’une minute de silence
Clément, la rage au cœur, nous ne t’oublierons jamais
Ni oubli, ni pardon !

Rassemblement à Toulouse – Jean Jaures

Mardi 5 juin 2018 – 19h

Contre les fachos et leurs alliés, solidarité avec Montpellier !

Dans la nuit du jeudi 22 au vendredi 23 mars, des étudiants et étudiantes réuni-e-s dans un amphithéâtre de la fac de droit de Montpellier ont été attaqué-e-s par un groupe de fascistes, se revendiquant du GUD, cagoulés et armés de bâtons et de tasers. Cette expédition punitive aurait été rendue possible avec l’aide du doyen de la fac de droit. Il les auraient laissé entrer sur le campus et les auraient protégé après leur attaque dans les locaux administratifs. Il affirme même ouvertement sa sympathie et son soutien aux fascistes durant une interview. Voilà encore une preuve, si cela était nécessaire, de la collusion et de la complaisance de l’État et de ses institutions envers les méthodes et groupes fascistes partout en France. Encore une fois l’extrême droite sert de briseuse de grève et défend les institutions.

N’attendons rien du pouvoir, organisons la risposte anti-fasciste dans la rue et dans les luttes.
Solidarité et soutien avec les victimes des fachos.
Flics, fascistes, hors de nos facs !

Suite a cette nouvelle, des toulousains et toulousaines ont appelé à un rassemblement de solidarité. Devant le succès de l’opération le rassemblement est parti en manifestation sauvage et a rassemblé environ 300 personnes. La manifestation a suivi le boulevard puis a tenté de rejoindre la gare pour montrer que l’attaque contre nos camarades de Montpellier est bien une attaque contre tout le mouvement social qui se met en place. Malheureusement, la gare ne fut pas atteinte mais la manifestation fut une belle réussite.

Le C-Star ou l’histoire de la débâcle la plus rapide de l’extrême-droite

En mai 2017, un petit groupe d’activistes identitaires se met en tête d’arrêter à lui seul la crise migratoire ! Comment ? En allant chercher les preuves d’une hypothétique collusion entre ONGs et passeurs. En réalité, l’objectif est simple : créer le buzz et se faire passer pour une expédition héroïque, sous les auspices de Charles Martel, en utilisant le fric de la bourgeoisie d’extrême-droite dont les membres de l’expédition sont issus. Leur moyen : un bateau, le C-Star, qui va connaître de nombreux problèmes. Leur cible? Le pavillon des ONGs SOS Méditerranée et Savethechildren qui viennent secourir des migrant.e.s échoué.e.s en mer.

Une mobilisation s’est alors organisée, sur les deux rives, pour contre-communiquer sur leurs agissements et, surtout, les empêcher de naviguer en toute tranquillité. De port en port, le C-Star n’est jamais le bienvenu. Alerte en Egypte, blocage à Chypre, action antifasciste en Crète où le C-Star va, pour la première fois, renoncer à faire escale le 31 juillet, avant de connaître le même sort en Tunisie le 6 août, grâce à la mobilisation des pêcheurs.euses du port de Zarzis, entre autres : « Nous, laisser entrer des racistes ici ? Jamais ».

La croisière des identitaires prend l’eau et se transforme progressivement en errance en mer, à la risée de tou.te.s, avec son projet inhumain et puant que presque personne ne soutient. Fin du voyage à Malte pour l’équipage identitaire, puis à Barcelone pour le bateau. L’opération Defend Europe est ridiculisée.

Suite à cette belle victoire des deux rives, nous vous proposons de venir débattre de la stratégie des identitaires et de la contre-campagne antifasciste internationale, avec quelques un.e.s de ses organisateurs.trices.

RDV le Mercredi 01 Novembre 2017 à la Chapelle à 15 h !