Une rentrée antifasciste réussie !


L’Union Antifasciste Toulousaine se félicite du succès des évènements antifascistes de cette rentrée 2016.

Le jeudi 15 septembre, nous nous retrouvions comme à notre habitude printanière, dans les rues, en cortèges, pour tenter de faire reculer ce gouvernement contre la loi travail. L’heure est maintenant aux bilans et au redéploiement de nos forces révolutionnaires.

Le samedi 17 septembre, alors que dans un coin de nos têtes nous avions des pensées chaleureuses et solidaires pour les camarades antifascistes grec.que.s 3 ans après l’assassinat du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas, a eu lieu une journée autour de « Confusionnisme et théorie du complot ».

img_1558
Yannis Youlountas, anarchiste et antifasciste franco-grec, réalisateur de « Ne vivons plus comme des esclaves » et « Je lutte donc je suis » a animé deux temps de présentation : une formation militante et une conférence publique.

La formation à destination des militant.e.s antifascistes et révolutionnaires a rassemblé quelques dizaines de personnes l’après-midi pour permettre d’aborder le sujet et de soulever des interrogations au regard de nos expériences de lutte et d’alternatives. Pour l’UAT, l’idée était de participer à mettre en place des actions et un travail d’autoformation afin de se doter d’arguments, d’outils et de méthodes de lutte contre le confusionnisme.
img_1554
La conférence publique a, elle, réuni plus de 120 personnes, toujours à la Chapelle, lieu tout à fait adapté pour ce genre d’événements et ancré dans des pratiques autogestionnaires et collectives. Yannis a présenté le confusionnisme comme étant une méthode politique, utilisée par les réseaux traditionnels de l’extrême-droite mais pas seulement. Les théories du complot agissent elles comme des vecteurs de cette méthode, elles permettent de la distiller au sein de la population. Une bonne partie de la conférence (il manque malheureusement la fin) sera bientôt disponible sur notre site.

Nous avons agréablement fini la soirée autour des tables de presse et du bar, l’occasion de poursuivre ces moments d’échanges et de rencontres.

Le 25 septembre nous nous sommes retrouvés pour adresser notre solidarité et notre rage aux camarades finlandais après que Jimi Joonas Karttunen a été tabassé à mort par des militants d’extrême-droite ce 16 septembre 2016.


Au mois d’octobre, nous organisions la 5ème édition du festival antifasciste de Toulouse avec les copain.ine.s de Kartier libre.
Un before à l’Internazionale (le 8 octobre) pour se retrouver autour des platines de DJ Lad, du rap queer et féministe de Grace & Volupté Van Van puis des « +Guest », une bonne centaine de personnes dans la soirée. Bien cool !
Un peu de cinéma le jeudi, avec la projection de État de siège, un film du chouette réalisateur Costa Gavras, à la Chapelle. Quand les Tupamaros font face à leurs ennemis répressifs. Une trentaine de personnes.
Arrive le week end, concert du vendredi soir avec Zompa Family, Lard & Action et Les Cock’S où 120 personnes, dont beaucoup de nouvelles têtes, viendront danser et s’agiter. dsc_0036
Le samedi, une trentaine de personnes ont participé à la conférence « Extrême-droite et antifascisme » animée par la Horde. L’occasion, une fois encore, de prendre le temps du savoir : qu’est-ce que l’extrême-droite, comment est-elle organisée, quels sont ses pilliers, ses fondamentaux et quelles familles la composent, quelle est son histoire. Dans un second temps nous avons parlé de l’antifascisme, en distinguant l’antifascisme républicain de l’antifascisme autonome (ou radical) et de présenter une histoire récente de notre mouvement. Là aussi nous avons enregistré la conférence, que vous pourrez retrouver prochainement en écoute sur notre site.
Samedi soir soirée punk avec Punk Haine Roll, Arkada Social et Schlag : plus de 110 personnes.
Les fonds récoltés servent à l’autofinancement de la lutte antifasciste et l’activité de notre organisation.

On vous remercie d’ailleurs toutes et tous, ainsi que les groupes qui ont joué pour le festival et les orgas qui sont venues ! Belle expérience !

flou-dc


Et maintenant ? Et bien si nous en sommes « à l’heure où les monstres rôdent », il va falloir se battre pour empêcher leur machine autoritaire et raciste de s’imposer comme unique modèle idéologique. Autant vous dire qu’on se voit bientôt en manif !

On s’est d’ailleurs vu ce samedi 5 novembre : nous appelions à se rassembler contre le Front national et la mascarade électorale.
Une centaine de personnes ont répondu présent.e.s, sous la pluie. Niveau banderoles : « Toulouse métisse et populaire » et « Contre le Front National et le Capital : Résistances ».

p1020257Nous sommes partis en manifestation en direction de la salle Barcelone, salle municipale qui a accueilli le meeting départemental. Le meeting était bien protégé, pas par le DPS mais par la police nationale et nous avons fait face à un important cordon de la BAC et d’uniformes bleu marine.

flou-manif-3

Nous avons décidé de rebrousser chemin, cette fois, pour aller faire entendre nos voix et montrer que les rues sont nôtres et qu’à Toulouse, comme à Marseille où ailleurs, le Front national n’est pas le bienvenu, ni ses idées, ni le vieux monde qui le précède ! Prise de parole publique à Jeanne d’Arc, dispersion groupée, pas d’arrestations.

Toulouse métisse et populaire !

Contre le meeting départemental du Front National !


okokContre le Front National et la mascarade électorale !

Le Front National a évolué ces dernières années : il a raffiné son racisme, assagi son discours, professionnalisé son parti, développé un discours social et même purgé quant il le fallait pour éviter les scandales. Pour trop de personnes, il apparaît désormais comme un parti crédible, prêt à gouverner et en rupture face aux partis traditionnels (PS, LR) qui se partagent le pouvoir depuis des décennies.

Ne soyons pas dupes de cette façade médiatique, de cette image qu’il tente de se donner. Le FN ressemble désormais à ces partis qu’il prétend détester. Il les a d’ailleurs beaucoup inspirés, notamment quand ils gouvernaient. Le passé comme le présent nous rappelle aussi que ce parti d’extrême-droite, désormais solvable dans la république, est un danger social, raciste et autoritaire qui devient chaque jour plus perceptible.

Cette perspective ne nous laisse pas indifférent.e.s et s’il parvient à s’emparer du pouvoir politique, les difficultés sociales et économiques s’aggraveront pour tou.te.s et particulièrement pour celles et ceux exclu.e.s de leur programme de préférence nationale (quartiers pauvres,
non-blanc.he.s, musulman.e.s etc) ainsi que celles et ceux qui s’y opposeront.

Face à cela, le vote ne peut être une solution conséquente. Seul un antifascisme radical sera à même de lutter efficacement contre la menace
fasciste qui gagne déjà idéologiquement, culturellement et médiatiquement. Dans cette perspective, l’antifascisme ne se suffit pas à lui même : il est une composante d’une force révolutionnaire qui tarde à s’imposer comme alternative crédible.

Nous faisons partie de ce combat et invitons chacun.e.s selon ses moyensà rejoindre la lutte.

Ne laissons pas le FN s’imposer, ni ces élections guider nos vies !

Contre rassemblement samedi 5 novembre

17 H – Métro Compans Caffarelli

 

Marche d’hommage à Rémi Fraisse


En mémoire à Rémi, afin que l’espoir revive et que cessent les violences de l’État, des milices et l’impunité policière

Vous pourrez déposer au Monument aux Mort un texte, un dessin ou tout autre objet en hommage à Rémi, puis nous marcherons jusqu’au Capitole, sur les bases suivantes :

La lutte contre le projet de barrage à Sivens n’a pas été vaine : elle a révélé comment des décideurs détruisent l’environnement, les ressources naturelles et la biodiversité, favorisent une agriculture mortifère, bafouent la démocratie, gaspillent l’argent public, recourent à la violence d’État, et au final s’appuient sur des milices pour faire régner la terreur. Et le 30 juin 2016, une décision de justice rendue par le TA de Toulouse a donné entièrement raison aux opposants au barrage.

Depuis ce jugement, l’illégalité a clairement changé de camp : elle est désormais le fait de ce projet lui-même et non plus de ceux qui le combattent.14731153_325742977818114_6219826777201291944_n

Le 8 octobre 2014 nous dénoncions, jusque dans la cours même de la préfecture, le jet de grenades sur des manifestant-e-s occupant une caravane, geste criminel si il en est. 18 jours plus tard, c’est précisément ce geste qui a tué Rémi.

A l’automne 2014, une vaste mobilisation populaire, l’avis négatif de la Commission européenne, le rapport critique d’experts gouvernementaux et la mort d’un homme ont interrompu le chantier.

Pour réaffirmer la justesse de ce combat, pour exiger le respect de nos droits fondamentaux, pour rendre hommage à Rémi, pour dénoncer les crimes policiers impunis, pour nous opposer aux évacuations à Calais, à NDDL et ailleurs, parce que notre indignation sociale, même réprimée, est toujours bien là, participons à une grande manifestation unitaire, apaisée et résolue, le 26 octobre à Toulouse.

Parce que nous n’allons rien lâcher, parce que nous avons encore en tête la relaxe, 10 ans après, des 2 policiers responsables de la mort de Zyed et Bouna, parce que nous n’oublions pasnon plus les morts d’Adama Traoré, 24 ans (2016, Val d’Oise), Timothée Lake, 20 ans (2014, Toulouse), Wissam El Yamni, 30 ans (2012, Clermont Ferrand), Ali Ziri, 69 ans (2009, Argenteuil), Habib Ould Mohamed, 17 ans (1998, Toulouse), Malik Oussekine, 22 ans (1986, Paris), Vital Michalon, 31 ans(1977, Creys-Malville), et tant d’autres, tout-e-s victimes des « forces de l’ordre ».

Comme annoncé il y a un an : « Nous entendons pérenniser cette date anniversaire, pour la défense de l’environnement comme condition nécessaire à la survie de l’humanité, et contre l’individualisme, facteur d’inégalités. »

Premiers signataires :

ZAD31, Attac Toulouse, ATMP, CNT, collectif Testet, collectif Gardarem la Menude, PG31, NPA 31, Nuit Debout Toulouse, Solidaires Étudiant-e-s 31, UAT, …

RDV 18H30 AUX MONUMENTS AUX MORTS

Bilan de la 2e journée internationale de solidarité avec les prisonniers.ères antifascistes


Petit bilan de la 2e journée de solidarité internationale avec les prisonnièr.e.s antifascistes ! Atelier d’écriture et banderole sur le périph’ était au programme !

On pense à celles et ceux derrière les barreaux, ne lâchez rien, nous poursuivons nos luttes!

N’oublions pas que des camarades sont en prison et que le soutien est important pour celles et ceux qui se retrouvent entre 4 murs. Le soutien ne se résume pas à une journée et vous pouvez toujours leur écrire.

toulouse-25-07-625x469prisonnier

Compte rendu de la manifestation du jeudi 2 juin


Jeudi 2 juin s’est élancé la manifestation en hommage à Clément Méric et aux victimes du fascisme. C’est dans un climat particulier, celui de l’état d’urgence que nous avons rendu hommage à nos camarades assassinés par des fascistes. État, à la main du parti socialiste, qui abat quotidiennement ses cartes contre les militants qui se battent pour la justice sociale. Contrôles d’identités systématiques , fichages des militants, fouilles sont autant de provocations policières venues perturber notre commémoration. Sans parler de la sur représentation des effectifs policiers pour une manifestation qui se veut un hommage à tous ceux qui sont aussi tombés pour une société débarrassée de la violence policière et de la justice de classe. Justice qui, depuis trois ans, refuse de juger les coupables de ce crime politique. Mais c’est aussi dans le climat d’un mouvement social fort que nous avons défilé. Nous ne doutons pas que Clément aurait été de ce combat, celui contre la loi El Khomri qui casse et remet en cause l’ensemble de nos droits acquis par les luttes de travailleurs. En continuant à se battre contre la société capitaliste, nous continuons à faire vivre ses combats. C est ainsi que nous avons manifesté à plus de 200 de François Verdier à Arnaud Bernard pour faire vivre Clément et ses combats et pour démontrer que la rue appartiendra toujours aux antifascistes. Nous avons aussi tenu cette année à faire vivre la lutte antifasciste dans un espace de débat et de discussion. Ainsi dans le cadre de la projection du documentaire « une vie de lutte » nous avons pris le temps de discuter des perspectives de la lutte antifasciste. Plus que jamais, nous devons continuer à construire une riposte populaire d’ampleur pour combattre le fascisme.

Pour clément, ni oubli, ni pardon
Le meilleur hommage ? Continuer le combat !

DSC_0091 flou

DSC_0044 flou

Contre la manif pour tous


13138764_889389287838861_726952889088645272_nLe mardi 10 Mai, La Manif Pour Tous, groupe de catholiques intégristes homophobes et réactionnaires, organise un rassemblement sur la Place du salin à 19h30 contre la GPA. 
Une fois de plus les intégristes et leurs camarades d’extrême droite tentent de s’approprier l’espace public pour afficher leur haine des autres dans Toulouse ! 

Rendez vous 19h place du Salin pour occuper l’endroit
Ne laissons pas la rue aux homophobes et aux racistes !

PAS DE CONCERT POUR LES NAZIS


Alors que ce 1er avril 2016, à Marseille et dans 8 autres départements, le Blood&Honour Hexagone vient de subir un coup de filet et 3 de ses membres traînés en justice (pour « association de malfaiteurs, acquisition, détention et cession d’armes en bande organisée et participation à un groupe de combat. »), c’est en toute impunité que les néonazis toulousains semblent pouvoir s’organiser et se développer.

ucodel
Ni les tags racistes et les croix gammées, ni les agressions islamophobes ou antisémites, ni les prières homophobes ou les tentatives de manifestations nationalistes vécues à Toulouse ces derniers temps ne semblent alarmer le pouvoir en place. Et pour cause. Mais ceci est une autre histoire et ce qui nous préoccupe ici et maintenant c’est l’organisation d’un concert néonazi aux portes de notre ville, que nous voulons construire métisse et populaire, contrairement à ceux qui la veulent blanche et bourgeoise.

Les groupes programmés, le public attendu, les organisateurs de ce concert : tout est réuni pour une sacrée fête nazie ce soir là. Alors il est temps de leur gâcher la fête ! Ce dossier veut aussi informer et prévenir largement les habitant.e.s de Toulouse et alentours. Pas pour faire peur, en étant alarmiste, comme le font les socialistes et autres prétendants au trône, mais dans l’idée d’amener à la portée de tou.te.s les informations nécessaires. Afin d’organiser la résistance et de construire l’autodéfense et la solidarité que nécessite une telle situation.

Le lien vers ce dossier trés complet et intéressant se trouve ici ou directement sur ce site:  https://antiractolosa.noblogs.org/

Solidarité avec les réfugiés !


Le 6 Février, le général Piquemal ( ancien commandant parachutiste et de la Légion étrangère) participait à une manifestation de Pegida (Groupe fasciste « anti-islamisation » originaire d’Allemagne) avant d’être arrêté. Le 20 Février, des patriotes et nationalistes appellent à une manifestation en soutien à ce général et pour « reprendre le pays ». De telles manifestations de soutien aux racistes qui sévissent à Calais n’ont pas leur place à Toulouse ou dans d’autres villes.

Contre ce rassemblement fasciste et xénophobe rendez vous à 13h Place du capitole le 20 Février ! 

Contre les frontières, le racisme et le fascisme ! 

Solidarité avec les les migrants de Calais !

affiche refu

 

Face au fascisme et au capital: révolution sociale !


photo

Rassemblement contre le meeting de campagne du FN !


Les 6 et 13 décembre prochain auront lieu les élections régionales pour la nouvelle région Midi-Pyrénées/Languedoc-Roussillon. Louis Aliot, candidat du Front National, vient réaliser son meeting de campagne samedi 21 novembre 2015.

Louis Aliot est l’un des cadres du Front National. Viscéralement raciste et colonialiste, ce fils de pied-noir soutient et fait vivre la mémoire des membres de l’OAS et des défenseurs de l’Algérie Française dans la plupart de ses meetings. Cela donne le ton du meeting du 22 novembre. Mais en tant qu’homme politique opportuniste, il est aussi l’un des acteurs de la stratégie récente de « dédiabolisation » du Front National. Il cherche par tous les moyens à rendre le Front National plus présentable sur la forme, même si sur le fond il reste complètement raciste, sexiste, homophobe.

Défendre les patrons, attaquer les classes populaires !

Le FN fait semblant de défendre les conditions de travail et de vie de ceux qui subissent la crise, mais au final il défend depuis toujours les notables. affiche format legerIl n’est d’ailleurs pas surprenant de voir que Louis Aliot participe seulement à deux meetings à Toulouse, celui de la Manif pour tous, organisation homophobe, et celui des entrepreneurs de la région. Seul le petit patronat local l’intéresse. Mais le FN a compris que le combat contre la crise qui touche les travailleurs doit être la base de son discours s’il veut récolter plus de voix. C’est pour cela, notamment, qu’il investit les syndicats. Au final cette stratégie n’a pour but que de reprendre et de vider l’espace syndical de toute lutte radicale et anti capitaliste pour attaquer mièvrement le grand patronat et caresser à nouveau le petit patronat. Mais aucune de leurs propositions ne défend le droit des travailleurs, cassé depuis des années par les gouvernements successifs.

Populisme et électoralisme

Cette logique de voix, le Front National a une façon visible de la mettre en place: elle consiste à se démarquer des autres partis (le système UMPS) pour faire croire qu’il est différent. Mais le FN est aussi un parti opportuniste et électoraliste comme les autres. Il ne défend ni les travailleurs ni ne remet en cause les racines du mal: le capitalisme. Tout leur argumentaire se base sur le racisme et leur solution est la « priorité nationale ».

Le FN et son seul mot d’ordre: le racisme !

Malgré tous ses efforts pour se rendre éligible, le Front National n’a aucune solution à proposer si ce n’est un programme basé sur le racisme outrancier. Supprimer l’Aide Médical d’État (AME) (comme si cela comblerait les déficits de milliards d’euros de l’État), arrêter l’immigration de travail/ du regroupement familial, supprimer le droit du sol (et réimposer le droit de la suprématie blanche), supprimer la double nationalité (…sauf pour les cas de double nationalité avec un autre pays de l’Union européenne)…

Il propose notamment une réforme du droit d’asile pour le limiter à quelques centaines de cas par an et l’obligation de quitter le territoire pour les étrangers au chômage depuis plus d’un an. On ne peut définir cela que comme de la xénophobie ordinaire, il s’agit ici d’accuser les immigrés de tous les maux. Autant de postures politiques qui marquent leur obsession raciste infondée.

Samedi 21 Novembre à la salle Jean Mermoz est prévu un meeting de Marion Marechal Lepen et Louis Aliot. Ça sera la bonne occasion pour leur rappeler que Toulouse déteste le racisme, la xénophobie et l’homophobie. Toulouse est et restera une ville antifasciste

NON AU FN NI A TOULOUSE NI AILLEURS !
Rassemblement le 21 novembre 18h00
Métro Empalot