Les réacs s’invitent à la fac


Nous relayons ici un communiqué d’act up  :

Pas de conférences LGBTphobes et sexistes dans nos facs !

Le lundi 4 mai aura lieu à la Faculté de Pharmacie de Toulouse une conférence intitulée « PMA GPA, droits de l’enfance », organisée par le « café bioéthique étudiant » avec comme unique intervenante, Aude Mirkovic, fondatrice des Juristes pour l’Enfance.

Au regard des divergences récentes provoquées par le sujet, du « cv » de l’intervenante et des organisateurs de cette conférence (le café bioéthique étudiant) il est important de faire « tomber les masques » quant au véritable contenu de cette rencontre.

Qu’est ce que le café bioéthique étudiant ?

Organisation satellite de la pastorale étudiante toulousaine, celle-ci organise de nombreux événements autour des questions bioéthiques et de la religion. Ses séminaires visent essentiellement à former des jeunes à étayer leur discours anti-avortement, anti-euthanasie, anti-égalité des droits.

La Pastorale étudiante membre du diocèse de Toulouse, est depuis bien longtemps un lieu de rendez-vous et de recrutement de la droite réactionnaire, de l’extrême-droite toulousaine, de La Manif Pour Tous 31 et des groupes anti-avortements ( appui stratégique de la pastorale étudiante, et plus largement du diocèse de Toulouse: organisation de bus pour les Manifs dites « pour tous » parisiennes, organisations de débats, hébergement de réunions, appui financier …)

Qui est Aude Mirkovic ?

Professeur en droit privé, spécialiste du droit de la famille et seule intervenante de cette initiative, Aude Mirkovic s’est particulièrement illustrée à travers des conférences et des interviews en tentant de démontrer les contradictions juridiques du Mariage pour Tous et en dénonçant sans relâche dans des médias réactionnaires l’adoption par les couples de même genre.
Le blog de l’association Juristes pour l’Enfance, dont elle est une des fondatrices, regorge d’articles tous plus homophobes, lesbophobes, transphobes et sexistes les uns que les autres. Ils sont d’ailleurs repris par de nombreux sites de l’extrême-droite radicale (Egalité et Réconciliation, Kontre Kulture).

Act up Sud-ouest dénonce avec force la tenue d’une conférence LGBTphobe et sexiste au sein d’une université laïque et publique et appelle à une extrême vigilance car les forces réactionnaires continuent leur travail anti-égalité des droits à Toulouse et partout en France.

Act Up Sud-ouest exige que le doyen de la faculté de Pharmacie, Monsieur Christophe Pasquier, annule cette conférence.

Solidarité contre l’ordre moral !


Comme un relent  de Franquisme

L’Espagne n’a, finalement, jamais réellement quitté le franquisme à en lire les dernières réformes qu’elle subit. Face à la crise qui augmente en intensité et les mouvements de contestations qui se multiplient, les élites prennent peur face à ces attaques mettant en cause les structures conventionnelles et le système marchand et hiérarchique.

Ainsi, pour survivre à la contestation, le nouveau gouvernement enchaine de nombreuse lois répressives : 30 000€ d’amende pour participation à une manifestation non déclarée, interdiction de manifester à proximité de bâtiments publics, amende encore pour le « mépris des institutions et des symboles étatiques ».  Et au delà il cherche surtout à recréer une identité réactionnaire. Ainsi le ministre de la justice, M. Ruiz Gallardon déclare clairement vouloir « en finir avec le mythe de la supériorité morale de la gauche ».

En effet, avant l’accession au pouvoir du parti populaire (la droite espagnole),  le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) a instauré des réformes faisant  progresser les droits des femmes et des homosexuels, énervant le pouvoir religieux. Mariage pour tous et loi de dépénalisation de l’IVG adoptée en 2010 en sont les deux pro-avortementsymboles.

Et le nouveau gouvernement entend bien remettre en cause l’ensemble de ces acquis. Ainsi Le 27 décembre dernier le gouvernement sous les ordres du Parti Populaire Espagnol veut ré-interdire l’avortement.  Pour résumer, il ne sera dorénavant possible d’avorter qu’en cas : de danger pour la santé de la mère ou de viol attesté par le dépôt d’une plainte. Autant dire que l’avortement devient impossible. En effet le dépôt de plainte doit être réalisé au commissariat dans les deux semaines qui suivent l’agression. Un délai intenable. Quant à la condition de menace sur la santé de la mère, elle doit être alléguée par deux médecins différents. Là aussi une procédure longue et difficile d’accès. Enfin, pour les mineures, le choix sera entre les mains des parents.

Cette atteinte aux droits des femmes à disposer de leurs corps est le résultat d’une idéologie réactionnaire et fasciste qui n’a jamais disparu. En effet, les femmes, en tant de crise, sont le plus souvent les premières attaquées par l’ordre moral. Mais le droit des femmes à disposer de leurs corps ne se monnaye pas en temps de crise. Et si le pouvoir patriarcal veut reprendre de la vigueur pour mettre fin aux droits sociaux récemment acquis, il doit être combattu avec force.

L’Espagne est le symbole même que ce droit reste encore un combat qui doit être mené. La multiplication de la fermeture des centres d’IVG, le déremboursement des soins et, plus largement, l’offensive culpabilisatrice des associations anti avortement, comme les actions des associations comme SOS TOUT PETITS, sont autant d’attaques qui amènent au même but: détruire l’émancipation et la liberté des femmes.

Solidarité avec tout-e-s ceux/celles qui luttent

Avortement libre et gratuite pour toutes les femmes

Rassemblement 8 janvier à 12h devant le consulat d’Espagne !

Mettons un coup d’arret à l’homophobie !


 L’Union Antifasciste Toulousaine participe au contre rassemblement contre la « manifestation pour tous », organisation homophobe, qui regroupe de multiples militants d’extreme droite.

Ci dessous vous trouverez l’appel élaboré par Act Up Sud Ouest, Alternative Libertaire, CNT, La Licorne Déviante, Nouveau Parti Anticapitaliste, OCML Voie Prolétarienne et l’Union Antifasciste Toulousaine.

Contre rassemblement dimanche 5 mai à 15H30 au  métro Esquirol !

Voilà des mois que nous dénolesbophobençons l’action de groupes réactionnaires contre le projet du mariage pour tous (La Manif pour tous, CIVITAS, les mouvements d’extrême droite et le récent “Printemps Français” entre autres) encouragée par des responsables de partis politiques (UMP, FN, Démocratie Chrétienne). Force est de constater que les agressions et les insultes homophobes, lesbophobes, biphobes et transphobes se multiplient établissant un climat de peur et de haine que chacun-e d’entre nous ressent et subit q…uotidiennement. Contre les intimidations et les agressions, ne nous laissons pas faire !De plus, les hésitations et certains silences du gouvernement en place contribuent à légitimiser ces actes de violences. C’est désormais à chacun-e d’entre nous de se mobiliser. Et se mobiliser ensemble. Nous refusons clairement l’ordre moral hétérosexiste caractérisé notamment par le maintien de la “famille traditionnelle” et patriarcale, et la revendication assumée de positions et agressions homophobes aussi inacceptables que révoltantes.Nous, organisations et individu-es de Haute-Garonne, réaffirmons que l’égalité des droits n’est pas discutable. Quoi que nous pensions de l’institution du mariage, elle ne doit pas dépendre de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre des individu-e-s. L’égalité des droits ne règlera pas du jour au lendemain la question de l’oppression des Lesbiennes-Gays-Bi-Trans, soumis quotidiennement à des violences physiques et morales, mais la suppression des discriminations institutionnelles est un début. En tant qu’organisations luttant contre toutes les formes d’oppressions, nous ne tolérons pas l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie ambiantes.ParcE quE l’égalité dEs droits Pour toutEs Et tous n’Est Pas négociablE, il est intolérable que des responsables politiques appellent à la violence et que des mouvements d’extrême droite défilent tranquillement dans la rue pour exprimer leur haine et leur dégoût des trans, pédés, bi-e-s, gouines. Nous ne laisserons plus les opposant-e-s au mariage pour tous, porter atteinte à nos libertés, nos corps, nos vies, nos désirs, nos identités, nos amours, sans opposition radicale, sans manifester notre colère, sans riposter tant qu’il le faudra.

Contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie, la transphobie, riposte radicale !

Rassemblement contre l’homophobie !


Rendez vous le 17 Novembre à 14H Place Esquirol pour un rassemblement unitaire contre Alliance Vita et ses allié-e-s qui organise une nouvelle manifestation contre le droit au mariage et à l’adoption des couples homosexuels ! On vous appelle à venir toutes et tous nombreux et nombreuses aux Rassemblement du 17 Novembre.

CONTRE L ORDRE MORAL, EGALITE !

Mardi 23 octobre, place du Capitole, comme dans 75 autres villes de France, l’alliance VITA a organisé un rassemblement « pour la défense des droits des enfants et contre le mariage et l’adoption par les couples homosexuels ».

Alliance VITA et d’autres d’organisations réactionnaires réitèrent leurs attaques homophobes avec un nouveau rassemblement le samedi 17 Novembre, à Toulouse à 14h30 place Esquirol, comme dans d’autres villes de France. L’Alliance VITA, anciennement Alliance pour les droits de la vie, est une association fondée en 1993 par Christine Boutin et constitue le principal lobby anti-avortement français. Comme toutes organisations d’extrême droite, elle se cache derrière « le droit à la vie » et « le bien être des enfants » pour banaliser un discours radicalement haineux et discriminatoire, remettant de plus en plus en cause le droit à l’avortement mais aussi l’ensemble des progrès sociaux sur la question du genre et de la sexualité. Prônant une éducation patriarcale et machiste, elles défendent un modèle familial unique, sexiste et homophobe où la femme n’est relayée qu’au à un simple rôle de reproduction.

Ce type de rassemblement n’est que le début de l’offensive des intégristes contre le mariage et l’adoption pour les couples LGBT. Alliance Vita n’est pas la seule organisation à se mobiliser contre le mariage et l’adoption des couples homosexuels: le dimanche 18 Novembre à Paris, l’institut Civitas (groupe catholique intégriste) organise une marche pour « le droit à la vie ». C’est bel et bien le début d’une campagne de l’extrême droite pour nous faire renoncer à l’obtention de nouveaux droits. Et c’est face à cet élan que nous devons rappeler que l’homophobie est une réalité quotidienne et que nous devons combattre, au delà de leur rassemblements, tous les discours qui légitiment, cautionnent (par choix ou indif­fé­rence) et rendent possibles agressions, violences et discriminations envers les homosexuels.

Plus que jamais, nous devons, dés maintenant nous organiser et refuser la venue et la mascarade théâtrale d’Alliance Vita et de ses acolytes à Toulouse. Organisation homophobe lesbophobe transphobe réactionnaire et xénophobe, leurs rassemblements n’ont pas leurs places à Toulouse ou ailleurs !

Luttons toutes et tous contre les discriminations notamment à l’École et dans le monde du travail !

Combattons l’homophobie, réalisons l’égalité !

Et dans la foulée, nous irons toutes et tous à la manifestation contre toutes les expulsions, organisée par le CREA , qui a lieu (départ métro Saint Cyprien): http://toulouse.demosphere.eu/node/648

Le Fachoscope toulousain est arrivé


Suite à de nombreuses sollicitations pour en savoir plus sur les « fachos toulousains », l’UAT met à disposition une modeste carte de l’extrême droite toulousaine.

La carte présente les principaux groupes ou organisations d’extrême droite sévissant à Toulouse et dans ses environs.
La carte n’est pas une géolocalisation précise de ces groupes. L’impasse est faite sur de nombreux autres groupes à cause de leur manque d’activité, de leur disparition ou du fait de leur structure trop nébuleuse (ex: Ligue de Défense Juive, Action Française, Oeuvre Française, islamistes radicaux…).

Un certains nombre de lieux toulousains y sont signalés pour leur rapport direct avec l’extrême droite.

La carte est une première version qui ne manquera pas d’être mise à jour. Vos remarques sont aussi les bienvenues pour améliorer l’outil. Ce dernier sera constamment disponible dans la barre de menu du blog du l’UAT.

Fafwatch fait les présentations


Fafwatch est un blog d’information antifasciste satirique qui appuie là où ça fait mal [1]. Cette fois-ci Fafwatch s’en prend sauvagement aux identitaires toulousains qui n’en demandaient pas tant…

 

Il y a quelques semaines, nous avons eu vent de la situation toulousaine en matière d’agitation chez les fascistes.

Un article de l’Union Antifasciste Toulousaine a fait des révélations sur les méfaits des jeunesses identitaires Toulousaine.

L’UAT a publié notamment une « photo de famille » des identitaires exhibant la devanture d’un local syndicale qu’ils venaient de vandaliser.
L’article y révèle les identités des protagonistes aisément reconnaissables sur le cliché mais sans aller plus loin.

Fafwatch comble ce manque et fait les présentations […]

La suite ici

[1] Fafwatch s’est fait une spécialité de révéler des informations (photos, échange mail, activité…) très compromettantes sur différentes personnalités, partis ou groupuscules d’extrême droite.

Pas de locaux pour les fachos!!!


L’Union Antifasciste Toulousaine tient à dénoncer l’ouverture d’un « local identitaire ». Son nom, « l’Oustal » fait passer le lieu pour une belle maison promouvant la culture occitane alors que c’est le Bloc Identitaire et les Jeunesses Identitaires qui essayent encore de se cacher pour mieux brouiller les pistes en instrumentalisant la culture occitane.

Pour Rappel

Le Bloc Identitaire se veut depuis 10 ans (déjà !) la nouvelle organisation politique qui voudrait rompre avec le folklore et le romantisme qui caractérise l’extrême droite radicale, incarné par le bonehead, le skinhead d’extrême droite. Le Bloc essaie de se donner une image moderne, jeune, dynamique et surtout sans tatouages (visible), sans crânes rasés, sans rangers et sans dérapages (public). Une image sans cesse écornée au fil des années par leurs nombreuses apparitions publiques qui s’accompagnent souvent de débordements violents et racistes. Pas si étonnant lorsqu’on connaît le pédigrée des chefs et l’origine du mouvement. Le Bloc a été fondé par des anciens d’Unité Radicale, une organisation dissoute par les autorités suite à la tentative d’assassinat ratée de Jacques Chirac, le « terroriste » faisait activement partie d’Unité Radicale.

Un local pour et par les fachos

Le 11 février 2012 se tenait l’inauguration privée de « l’Oustal » situé au 36 des allées de Barcelone. Une trentaine de personnes y assistaient, un public majoritairement masculin. Étaient présent Richard et Olivier Roudier [1] mais aussi quelques boneheads toulousains [2]. Tout ce beau monde a pu pendant plusieurs heures satisfaire l’égo surdimensionné de Matthieu Clique [3], véritable instigateur de cette triste initiative. Une première soirée et déjà des débordements : plusieurs convives ont passé la nuit au commissariat et seront convoqués prochainement devant la justice… On pouvait aussi compter sur Actutoulouse avec l’étudiante journaliste Céline Lemaire qui multiplie les reportages amicaux et convenus avec les identitaires toulousains [4].

Hold-up sur la culture occitane et le reste

On note qu’ils reprennent ouvertement le nom du siège des associations occitanes situé lui aussi à Toulouse : l’Ostal d’Occitania. On attend avec impatience la réaction des véritables associations occitanes sur cette honteuse récupération. On reste dubitatif quand on sait que le chef des Identitaires Toulousains, qui s’autoproclame grand défenseur de l’occitanie, est grenoblois et étudie à Toulouse depuis moins de 3 ans ; ca manque de légitimité pour un rôle aussi important… On doute aussi que les militants identitaires puissent aligner une phrase en occitan. On doute que leur local ne comporte la moindre promotion de la culture occitane ou alors en quantité et qualité minimale pour en mettre plein la vue aux visiteurs non avertis ou à Céline Lemaire [5]… Le militant identitaire se fout de la culture, il est là pour s’implanter coûte que coûte en manipulant les identités, le terroir, la culture locale pour mieux semer le trouble dans les esprits et se forger une légitimité de terrain afin de mieux vomir sa haine de l’étranger. Avant d’être une maison occitane, ce lieu sera avant tout le local politique du Bloc Identitaire et des Jeunesses Identitaires. Un lieu pour faire des réunions, pour inviter des intellectuels d’extrême droite, pour s’entrainer à la boxe, pour boire de la Kronenbourg et aller ratonner en ville.

Triste lendemain

On ne peut que s’inquiéter de l’implantation de ce local. L’expérience des autres villes où ce type de lieu a vu le jour est édifiante. Ce lieu est voué a devenir le point de rencontre de l’extrême droite locale qui sera redynamisée par cette victoire (implantation concrète) [6]. C’est ce qui manquait à Toulouse, un lieu pour réunir les divers fachos, boneheads et autres hooligans du TFC. L’Union Antifasciste Toulousaine s’insurge ouvertement contre ce nouvel épisode marquant la triste histoire de l’extrême droite toulousaine. L’Union Antifasciste Toulousaine demande la fermeture du local situé au 36 allées de Barcelone. L’Union Antifasciste Toulousaine appelle dès à présent les associations, les structures, les organisations progressistes et toutes les bonnes volontés à se mobiliser ensemble pour établir un front commun et laver la réputation d’une ville :

Toulouse est et restera une ville antifasciste !!!

[1] Un livre ne suffirait pas pour évoquer les condamnations des nazillons : plusieurs affaires suivies ou non de condamnations pour violences, port d’arme et le tout, toujours accompagné d’actes racistes.

[2] Nous avons bien entendu, les preuves de tout ce que nous affirmons.

[3] Étudiant catholique intégriste issu d’une famille bourgeoise. Il est très tôt membre de SOS Tout Petit Grenoble (ville d’origine). Il débarque à Toulouse il y a 3 ans et y réactive la cellule anti-avortement toulousaine avant d’intégrer et devenir chef des Jeunesses Identitaires Toulousaines. En pleine crise d’adolescence tardive, il est plus satisfaisant de jouer au jeune guerrier rebelle que de fréquenter les grenouilles de bénitier « non pas avant le mariage ».

[4] On se demande encore si Céline est ingénue ou si elle milite au Bloc Identitaire ? Plus sérieusement, oui à la liberté de la presse et à l’investigation, non à la publicité partisane.

[5] On imagine aussi qu’avec ces quelques lignes critiques, les fachos vont s’empresser de se mettre à jour pour mieux paraître occitan. On prédit l’explosion des ventes de bérets et de dicos occitans dans les semaines à venir.

[6] On pensait avoir fait le tour avec les fachos toulousains qui multiplient les exactions fascistes et racistes depuis plus d’un an maintenant : dégradation de locaux syndicaux, agressions physiques, attaques de bars, attaques de concerts…

communiqué ici

Mobilisation contre les catholiques intégristes


Samedi 19 novembre 2011, le lobby catholique intégriste qui n’a jamais caché ses liens avec l’extrême droite compte parader à Toulouse. L’Union Antifasciste Toulousaine ainsi que de nombreuses organisations politiques, syndicales et du monde associatif appellent à contrer les initiatives réactionnaires. Dés le début de l’après-midi, SOS Tout Petits organise ses 20 ans sur la place Saint Etienne. Pour rappel SOS Tout Petits est une organisation catholique anti-IVG avec un penchant affirmé pour les actions radicales (ici et ici). En fin d’après-midi, c’est Civitas qui organise une manifestation contre la « christianophobie ». Civitas est une organisation catholique intégriste proche des royalistes de l’Action Française. Ne nous y trompons pas les arguments de leurs mobilisations sont abjects et ne sont que des prétextes pour exister et recruter. Mais qu’importe nous ne pouvons laisser l’extrême droite sous toutes ses formes se pavaner dans les rues de Toulouse sans riposte. l’UAT appelle donc à deux rassemblements:

  • Rendez-vous ce samedi 19 novembre 2011 à 14h

Devant la cathédrale Saint Etienne

(ponctualité exigée)

  • Rendez-vous ce samedi 19 novembre 2011 à 18h

Devant le Théatre Garonne

(ponctualité exigée)

L’extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre !


La Section Carrément Anti-Le Pen de Paris (SCALP REFLEX) avec la participation du site d’informations antifascistes REFLEXes ont produit une brochure décrivant l’extrême droite francaise sévissant actuellement. Elle se compose d’un rapide historique depuis les années 80, d’un schéma présentant les différents groupes nationalistes ainsi que leurs relations. Un encart est bien entendu réservé à la présentation de la lutte antifasciste.

Extrait

Extrait du schéma de présentation de l’extrême droite française. Cliquez sur l’image pour agrandir.

Vous pouvez dés à présent consulter le texte de la brochure ainsi que le schéma ICI.

L’UAT mettra bientôt à disposition cette brochure en version papier sur Toulouse. La version numérique est disponible dans l’onglet Outils de notre blog.

Appel à manifester à Bordeaux


Appel à manifester à Bordeaux le 29/05/2010
 
L’UAT (Union Antifasciste Toulousaine) appelle à participer à la manifestation de Bordeaux le Samedi 29 mai 2010 (RDV à 12h00, place de la comédie) pour défendre le droit à l’avortement et plus globalement le droit à disposer librement de son corps. Un défilé intégriste catholique est aussi prévu. Mobilisons nous contre les idées liberticides. Ils ne doivent pas marcher !

Pour Toulouse, nous proposons d’organiser un départ collectif et un co-voiturage. RDV à 8h30 (départ 30mn plus tard) au terminus du métro basso combo, sur le parking face au Quick. Nous ferons au mieux en fonction des places disponibles (Nous ne pouvons garantir tous les départs). Merci de votre ponctualité.

Le 25 Mai 2010 à Toulouse.