Les réacs s’invitent à la fac

Nous relayons ici un communiqué d’act up  :

Pas de conférences LGBTphobes et sexistes dans nos facs !

Le lundi 4 mai aura lieu à la Faculté de Pharmacie de Toulouse une conférence intitulée « PMA GPA, droits de l’enfance », organisée par le « café bioéthique étudiant » avec comme unique intervenante, Aude Mirkovic, fondatrice des Juristes pour l’Enfance.

Au regard des divergences récentes provoquées par le sujet, du « cv » de l’intervenante et des organisateurs de cette conférence (le café bioéthique étudiant) il est important de faire « tomber les masques » quant au véritable contenu de cette rencontre.

Qu’est ce que le café bioéthique étudiant ?

Organisation satellite de la pastorale étudiante toulousaine, celle-ci organise de nombreux événements autour des questions bioéthiques et de la religion. Ses séminaires visent essentiellement à former des jeunes à étayer leur discours anti-avortement, anti-euthanasie, anti-égalité des droits.

La Pastorale étudiante membre du diocèse de Toulouse, est depuis bien longtemps un lieu de rendez-vous et de recrutement de la droite réactionnaire, de l’extrême-droite toulousaine, de La Manif Pour Tous 31 et des groupes anti-avortements ( appui stratégique de la pastorale étudiante, et plus largement du diocèse de Toulouse: organisation de bus pour les Manifs dites « pour tous » parisiennes, organisations de débats, hébergement de réunions, appui financier …)

Qui est Aude Mirkovic ?

Professeur en droit privé, spécialiste du droit de la famille et seule intervenante de cette initiative, Aude Mirkovic s’est particulièrement illustrée à travers des conférences et des interviews en tentant de démontrer les contradictions juridiques du Mariage pour Tous et en dénonçant sans relâche dans des médias réactionnaires l’adoption par les couples de même genre.
Le blog de l’association Juristes pour l’Enfance, dont elle est une des fondatrices, regorge d’articles tous plus homophobes, lesbophobes, transphobes et sexistes les uns que les autres. Ils sont d’ailleurs repris par de nombreux sites de l’extrême-droite radicale (Egalité et Réconciliation, Kontre Kulture).

Act up Sud-ouest dénonce avec force la tenue d’une conférence LGBTphobe et sexiste au sein d’une université laïque et publique et appelle à une extrême vigilance car les forces réactionnaires continuent leur travail anti-égalité des droits à Toulouse et partout en France.

Act Up Sud-ouest exige que le doyen de la faculté de Pharmacie, Monsieur Christophe Pasquier, annule cette conférence.

Publicités

Solidarité contre l’ordre moral !

Comme un relent  de Franquisme

L’Espagne n’a, finalement, jamais réellement quitté le franquisme à en lire les dernières réformes qu’elle subit. Face à la crise qui augmente en intensité et les mouvements de contestations qui se multiplient, les élites prennent peur face à ces attaques mettant en cause les structures conventionnelles et le système marchand et hiérarchique.

Ainsi, pour survivre à la contestation, le nouveau gouvernement enchaine de nombreuse lois répressives : 30 000€ d’amende pour participation à une manifestation non déclarée, interdiction de manifester à proximité de bâtiments publics, amende encore pour le « mépris des institutions et des symboles étatiques ».  Et au delà il cherche surtout à recréer une identité réactionnaire. Ainsi le ministre de la justice, M. Ruiz Gallardon déclare clairement vouloir « en finir avec le mythe de la supériorité morale de la gauche ».

En effet, avant l’accession au pouvoir du parti populaire (la droite espagnole),  le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) a instauré des réformes faisant  progresser les droits des femmes et des homosexuels, énervant le pouvoir religieux. Mariage pour tous et loi de dépénalisation de l’IVG adoptée en 2010 en sont les deux pro-avortementsymboles.

Et le nouveau gouvernement entend bien remettre en cause l’ensemble de ces acquis. Ainsi Le 27 décembre dernier le gouvernement sous les ordres du Parti Populaire Espagnol veut ré-interdire l’avortement.  Pour résumer, il ne sera dorénavant possible d’avorter qu’en cas : de danger pour la santé de la mère ou de viol attesté par le dépôt d’une plainte. Autant dire que l’avortement devient impossible. En effet le dépôt de plainte doit être réalisé au commissariat dans les deux semaines qui suivent l’agression. Un délai intenable. Quant à la condition de menace sur la santé de la mère, elle doit être alléguée par deux médecins différents. Là aussi une procédure longue et difficile d’accès. Enfin, pour les mineures, le choix sera entre les mains des parents.

Cette atteinte aux droits des femmes à disposer de leurs corps est le résultat d’une idéologie réactionnaire et fasciste qui n’a jamais disparu. En effet, les femmes, en tant de crise, sont le plus souvent les premières attaquées par l’ordre moral. Mais le droit des femmes à disposer de leurs corps ne se monnaye pas en temps de crise. Et si le pouvoir patriarcal veut reprendre de la vigueur pour mettre fin aux droits sociaux récemment acquis, il doit être combattu avec force.

L’Espagne est le symbole même que ce droit reste encore un combat qui doit être mené. La multiplication de la fermeture des centres d’IVG, le déremboursement des soins et, plus largement, l’offensive culpabilisatrice des associations anti avortement, comme les actions des associations comme SOS TOUT PETITS, sont autant d’attaques qui amènent au même but: détruire l’émancipation et la liberté des femmes.

Solidarité avec tout-e-s ceux/celles qui luttent

Avortement libre et gratuite pour toutes les femmes

Rassemblement 8 janvier à 12h devant le consulat d’Espagne !

Mettons un coup d’arret à l’homophobie !

 L’Union Antifasciste Toulousaine participe au contre rassemblement contre la « manifestation pour tous », organisation homophobe, qui regroupe de multiples militants d’extreme droite.

Ci dessous vous trouverez l’appel élaboré par Act Up Sud Ouest, Alternative Libertaire, CNT, La Licorne Déviante, Nouveau Parti Anticapitaliste, OCML Voie Prolétarienne et l’Union Antifasciste Toulousaine.

Contre rassemblement dimanche 5 mai à 15H30 au  métro Esquirol !

Voilà des mois que nous dénolesbophobençons l’action de groupes réactionnaires contre le projet du mariage pour tous (La Manif pour tous, CIVITAS, les mouvements d’extrême droite et le récent “Printemps Français” entre autres) encouragée par des responsables de partis politiques (UMP, FN, Démocratie Chrétienne). Force est de constater que les agressions et les insultes homophobes, lesbophobes, biphobes et transphobes se multiplient établissant un climat de peur et de haine que chacun-e d’entre nous ressent et subit q…uotidiennement. Contre les intimidations et les agressions, ne nous laissons pas faire !De plus, les hésitations et certains silences du gouvernement en place contribuent à légitimiser ces actes de violences. C’est désormais à chacun-e d’entre nous de se mobiliser. Et se mobiliser ensemble. Nous refusons clairement l’ordre moral hétérosexiste caractérisé notamment par le maintien de la “famille traditionnelle” et patriarcale, et la revendication assumée de positions et agressions homophobes aussi inacceptables que révoltantes.Nous, organisations et individu-es de Haute-Garonne, réaffirmons que l’égalité des droits n’est pas discutable. Quoi que nous pensions de l’institution du mariage, elle ne doit pas dépendre de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre des individu-e-s. L’égalité des droits ne règlera pas du jour au lendemain la question de l’oppression des Lesbiennes-Gays-Bi-Trans, soumis quotidiennement à des violences physiques et morales, mais la suppression des discriminations institutionnelles est un début. En tant qu’organisations luttant contre toutes les formes d’oppressions, nous ne tolérons pas l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie ambiantes.ParcE quE l’égalité dEs droits Pour toutEs Et tous n’Est Pas négociablE, il est intolérable que des responsables politiques appellent à la violence et que des mouvements d’extrême droite défilent tranquillement dans la rue pour exprimer leur haine et leur dégoût des trans, pédés, bi-e-s, gouines. Nous ne laisserons plus les opposant-e-s au mariage pour tous, porter atteinte à nos libertés, nos corps, nos vies, nos désirs, nos identités, nos amours, sans opposition radicale, sans manifester notre colère, sans riposter tant qu’il le faudra.

Contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie, la transphobie, riposte radicale !

Rassemblement contre l’homophobie !

Rendez vous le 17 Novembre à 14H Place Esquirol pour un rassemblement unitaire contre Alliance Vita et ses allié-e-s qui organise une nouvelle manifestation contre le droit au mariage et à l’adoption des couples homosexuels ! On vous appelle à venir toutes et tous nombreux et nombreuses aux Rassemblement du 17 Novembre.

CONTRE L ORDRE MORAL, EGALITE !

Mardi 23 octobre, place du Capitole, comme dans 75 autres villes de France, l’alliance VITA a organisé un rassemblement « pour la défense des droits des enfants et contre le mariage et l’adoption par les couples homosexuels ».

Alliance VITA et d’autres d’organisations réactionnaires réitèrent leurs attaques homophobes avec un nouveau rassemblement le samedi 17 Novembre, à Toulouse à 14h30 place Esquirol, comme dans d’autres villes de France. L’Alliance VITA, anciennement Alliance pour les droits de la vie, est une association fondée en 1993 par Christine Boutin et constitue le principal lobby anti-avortement français. Comme toutes organisations d’extrême droite, elle se cache derrière « le droit à la vie » et « le bien être des enfants » pour banaliser un discours radicalement haineux et discriminatoire, remettant de plus en plus en cause le droit à l’avortement mais aussi l’ensemble des progrès sociaux sur la question du genre et de la sexualité. Prônant une éducation patriarcale et machiste, elles défendent un modèle familial unique, sexiste et homophobe où la femme n’est relayée qu’au à un simple rôle de reproduction.

Ce type de rassemblement n’est que le début de l’offensive des intégristes contre le mariage et l’adoption pour les couples LGBT. Alliance Vita n’est pas la seule organisation à se mobiliser contre le mariage et l’adoption des couples homosexuels: le dimanche 18 Novembre à Paris, l’institut Civitas (groupe catholique intégriste) organise une marche pour « le droit à la vie ». C’est bel et bien le début d’une campagne de l’extrême droite pour nous faire renoncer à l’obtention de nouveaux droits. Et c’est face à cet élan que nous devons rappeler que l’homophobie est une réalité quotidienne et que nous devons combattre, au delà de leur rassemblements, tous les discours qui légitiment, cautionnent (par choix ou indif­fé­rence) et rendent possibles agressions, violences et discriminations envers les homosexuels.

Plus que jamais, nous devons, dés maintenant nous organiser et refuser la venue et la mascarade théâtrale d’Alliance Vita et de ses acolytes à Toulouse. Organisation homophobe lesbophobe transphobe réactionnaire et xénophobe, leurs rassemblements n’ont pas leurs places à Toulouse ou ailleurs !

Luttons toutes et tous contre les discriminations notamment à l’École et dans le monde du travail !

Combattons l’homophobie, réalisons l’égalité !

Et dans la foulée, nous irons toutes et tous à la manifestation contre toutes les expulsions, organisée par le CREA , qui a lieu (départ métro Saint Cyprien): http://toulouse.demosphere.eu/node/648

Fafwatch fait les présentations

Fafwatch est un blog d’information antifasciste satirique qui appuie là où ça fait mal [1]. Cette fois-ci Fafwatch s’en prend sauvagement aux identitaires toulousains qui n’en demandaient pas tant…

 

Il y a quelques semaines, nous avons eu vent de la situation toulousaine en matière d’agitation chez les fascistes.

Un article de l’Union Antifasciste Toulousaine a fait des révélations sur les méfaits des jeunesses identitaires Toulousaine.

L’UAT a publié notamment une « photo de famille » des identitaires exhibant la devanture d’un local syndicale qu’ils venaient de vandaliser.
L’article y révèle les identités des protagonistes aisément reconnaissables sur le cliché mais sans aller plus loin.

Fafwatch comble ce manque et fait les présentations […]

La suite ici

[1] Fafwatch s’est fait une spécialité de révéler des informations (photos, échange mail, activité…) très compromettantes sur différentes personnalités, partis ou groupuscules d’extrême droite.