news.antifa.toulouse : se tenir informé.e


picto-mailL’Union Antifasciste Toulousaine a mis en place une newsletter pour informer sur nos activités et l’actualité locale nous concernant.

Pour être inscrit.e à notre lettre d’information, envoyez un email à : toulouse.antifa[at]riseup.net avec comme objet [INSCRIPTION NEWSLETTER]

Retrouvez-nous également sur Facebook.

Le 1er mai est et restera antifasciste.


Vendredi premier mai, journée internationale des travailleuses et des travailleurs, l’Union Antifasciste Toulousaine et ses camarades étaient dans les rues de Toulouse.

       S’il est besoin de le rappeler, le fascisme et le capitalisme étant intimement liés, nous sommes anticapitalistes. Pour cette raison, nous avons défilé en solidarité avec tous les exploité-e-s, en France, et dans le reste du monde.

      Nous avons appris il y a quelques jours que l’extrême droite nationaliste avait prévu de se rassembler sous la statue de Jeanne d’Arc, à Toulouse. Nous ne pouvions pas accepter une seule seconde de fermer les yeux sur leur rassemblement pétainiste. Surtout 20 ans après le meurtre de Brahim Bouarram, jeté dans la Seine à proximité du rassemblement du FN à Paris.

      Suite au traditionnel défilé du premier mai, nous avons rejoint le lieu de la commémoration nationaliste, à une cinquantaine, sous la bruine et au milieu des fleuristes. Afin de ne pas laisser la place Jeanne d’Arc aux fascistes.

Ceux-ci étaient déjà en partie sur place, attendant au Clocher de Rodez, hotel-restaurant leur servant de base arrière.

( se référer à : http://fafwatchmp.noblogs.org/ces-lieux-qui-puent/le-clocher-de-rodez/ )

La police, encore une fois complaisante avec l’extrême droite, nous a alors demandé de partir car le rassemblement fasciste était déposé. Il semblerait que l’incitation à la haine raciale soit légale en France si elle est déclarée 3 jours ouvrables à l’avance.

Après avoir été repoussé, nous avons pris place de l’autre côté de la route afin d’expliquer aux passants ce qui était en train de se passer.

261728IMG20150501125640

 1h30 de patience plus tard, le rassemblement pour Jeanne d’Arc a finalement été annulé grâce à notre présence.

Qu’ils le sachent, nous ne laisserons jamais Toulouse aux nationalistes. Toulouse est, et restera antifasciste.

La France valse avec la droite !


 Aux lendemains des municipales, sans rentrer dans quelque considération social-démocrate que ce soit, on ne peut que remarquer que les idées réactionnaires se montrent une fois de plus sous leurs beaux jours.

Photo prise lors de la venue de Marine Le Pen à Nantes

Tout d’abord, nous apportons tout notre soutien moral à nos camarades qui vivent dans des villes qui sont passées FN. Plus que jamais, il faut rappeler que le Front National n’est pas un parti comme les autres. Si tous les autres sont pourris, le partie de Marine est fétide.

Pour ce qui est de Toulouse, la mairie est depuis aujourd’hui aux mains de Jean-Luc Moudenc. Ce dernier s’est engagé à fermer les squats Toulousains et a soutenu l’abjecte « Manif pour tous ». Avec un tel personnage à la mairie, force est de constater que plus que jamais, nous devrons être mobilisés pour ne pas faire de Toulouse un paradis des bourgeois. Toulouse est et doit rester une ville métisse et populaire.

Au niveau national, le dernier remaniement du gouvernement Hollande (qui était déjà loin d’être un gouvernement de gauche), a laissé les rennes du gouvernement à Manuel Valls. L’ancien Ministre de l’Intérieur, qui n’a jamais caché sa haine des Rroms et des minorités en général promet un vrai gouvernement de droite. Nostalgiques du duo Sarkozy/Hortefeux ? Vous allez être servis…

Dès aujourd’hui, il nous faut montrer que les idées réactionnaires, racistes, fascistes n’ont pas leur place ici.

Ne nous laissons pas abattre, la lutte continue.

Face à l’oppression, riposte immédiate !

Qui sommes nous?


Nous sommes l’UAT, l’Union Antifasciste Toulousaine, groupement d’individu s’organisant collectivement afin de s’informer et d’informer sur l’extrême droite et organiser si besoin une riposte.

Partout en Europe, nous constatons un regain d’activité de l’extrême droite. Depuis une vingtaine d’année plusieurs partis d’extrême droite ont opéré une percée dans leur système politique national .

Le modèle capitaliste de nos sociétés engendre trop d’inégalités. Ces dernières sont un terreau fertile pour l’obscurantisme et la prolifération des idées nauséabondes. En phase avec les entrées tonitruantes au pouvoir des partis extrémistes, les groupuscules fascistes ont eux aussi assuré leur développement.

Plus le capitalisme va, plus leur activisme se débride dangereusement. Attention, il n’est pas question pour nous de voir des « fascistes »  partout ! Simplement nous affirmons que les temps sont propices au développement de l’extrême droite. Ne focalisons pas sur ces pantins du pouvoir mais  continuons à veiller pour ne pas un jour nous réveiller avec une désagréable surprise.

Ne minimisons pas le danger, ne l’exagérons pas ! L’ennemi reste le  capitalisme. C’est pour cela que les militants de l’UAT ne se focalisent pas sur l’antifascisme mais s’investissent aussi dans toutes les luttes progressistes et plus  généralement avec tous les opprimé-e-s pour plus d’égalité et de liberté !

L’UAT continue son travail d’information et de mobilisation face à l’extrême droite sous toutes ses  formes. N’hésitez pas à nous soutenir en diffusant le matériel que nous mettons à votre disposition, ou en  participant aux mobilisations.

L’UAT est morte, vive l’UAT


Pas d'autorisation? Pas de blog. Pas de blog? Pas de blog!!!

Suite à la censure de notre blog en juin 2010 (cf image), nous avons délaisser notre communication virtuel. Mais aujourd’hui nous revenons sur la toile avec ce modeste mais néamoins nouveau blog. Depuis notre disparition virtuel, nous n’avons malheureusement pas chomé. Pour rappel, le but premier de l’UAT n’est pas la création et l’entretien de blog mais bien la lutte antifasciste.

La « saucissonnade républicaine » tourne au vinaigre


Article de La Dépêche du Midi du 05/09/2010:

Officiellement ce devait être une saucissonnade « entre citoyens », un inoffensif apéritif Républicain, organisé par Gérard Couvert, le responsable Toulousain de la toute jeune association Résistance Républicaine. Mais Résistance Républicaine qui s’est donné entre autres missions de lutter « contre le retour du religieux dans la vie publique », et accessoirement de s’opposer à une « offensive islamique absolument nette, générale et mondiale » selon les termes de son représentant toulousain, n’est pas tout à fait une association de pêcheurs à la ligne. C’est d’ailleurs précédée d’importantes forces de police que la vingtaine de militants a planté ses trois drapeaux français sur la Prairie des Filtres, hier soir, peu avant 18 heures. Et c’est sans surprise, qu’avant même d’avoir eu le temps de sortir charcuteries et bouteilles, les candidats à l’apéro champêtre ont reçu la visite d’un cortège d’une quarantaine de jeunes gens officiellement venus à titre individuel leur crier en chœur de sonores : « Pétain revient t’as oublié tes chiens ». Retranchés derrière un cordon de CRS, les pique-niqueurs de Résistance Républicaine, tentent d’abord de riposter en entonnant une glorieuse Marseillaise. Puis, ils choisissent de casser la croûte à l’ombre des forces de l’ordre. Assise sur un pliant, une mamie en jean, casquette sudiste vissée sur la tête, distribue les verres en plastiques à ses amis, et les doigts d’honneur aux manifestants dont le nombre a rapidement doublé. Des CRS arrivent en renfort pour empêcher l’encerclement de l’apéro. « Ces gens-là n’ont pas à se rassembler, ils n’ont pas à alimenter le racisme et la haine », lâche une jeune militante. Dépassés, les « défenseurs de la République » finissent par lever le camp sous protection policière et sous les cris de « Fachos dehors » poussés par les manifestants qui finissent par écoper d’une cartouche de gaz lacrymogène discrètement lâchée par la police histoire de faire bonne mesure.

Appel à manifester à Bordeaux


Appel à manifester à Bordeaux le 29/05/2010
 
L’UAT (Union Antifasciste Toulousaine) appelle à participer à la manifestation de Bordeaux le Samedi 29 mai 2010 (RDV à 12h00, place de la comédie) pour défendre le droit à l’avortement et plus globalement le droit à disposer librement de son corps. Un défilé intégriste catholique est aussi prévu. Mobilisons nous contre les idées liberticides. Ils ne doivent pas marcher !

Pour Toulouse, nous proposons d’organiser un départ collectif et un co-voiturage. RDV à 8h30 (départ 30mn plus tard) au terminus du métro basso combo, sur le parking face au Quick. Nous ferons au mieux en fonction des places disponibles (Nous ne pouvons garantir tous les départs). Merci de votre ponctualité.

Le 25 Mai 2010 à Toulouse.

Manifestation anti-fasciste contre les intégristes à Bordeaux


L’année dernière à Bordeaux plus de 1500 intégristes, pro-vie, fachos de tout poil se sont rassemblés et ont « marché » contre l’avortement, contre la contraception, contre l’homosexualité, pour une « famille » hétéro-normée, en bref, contre le droit de chacun à disposer de lui-même comme il l’entend. Des marches identiques ont eu lieu à Paris, Madrid, Bruxelles…

Etaient présents à Bordeaux : Bernard Anthony président de l’AGRIF, président de Chrétienté-solidarité Jean Claude Martinez, ancien élu FN Jacques Colombier, élu FN Xavier Dor, fondateur et président de SOS tous petits, créateur des groupes d’action violente anti-avortement en France. Lionel Marcillaud, président de Oui à la vie Bordeaux et co-organisateur de la marche pour la vie

Cette marche est organisée par Oui à la vie, avec le soutien de SOS future mère, SOS tout petit et tout un ramassis de groupuscules pro-vie, vitrine bien pensante derrière laquelle se cache les relents les plus morbides du fascisme. Dans leur appel et dans la rue ils sont en effet rejoins et soutenus par les Identitaires, le Front National, le Parti de la France (Carl Lang). Ils défendent ce qu’ils appellent des valeurs, celles de l’identité et de la chrétienté française, leur discours est celui de la haine de l’autre, du replis sur soi-même, de la peur du changement.

Depuis quelques temps l’intégrisme religieux, soutenu par les organisations d’extrême droite de la région, s’implante dans la ville et diffuse ses idées nauséabondes. A bordeaux ce message est surtout relayé par quatre églises et trois librairies : Eglises Saint Eloi, Saint Bruno, Christ rédempteur (Talence), Saint Paul ; Librairies Saint James, la barque des apôtres, Aliénor. Ce ne sont évidemment pas les seuls endroits où entendre ces discours mais ceux où ils sont les plus diffusés. Chaque mois un rosaire « pour la vie » est organisé dans la cathédrale, chaque année une grande prière « pour la vie » rassemble tous les intégristes de la région sur son parvis.

Ils veulent propager leur pensée cléricale, réactionnaire et liberticide. Ils sont contre l’avortement, ils considèrent l’avortement comme un crime, les femmes qui ont recours à l’avortement comme des criminelles.

Cette année, le samedi 29 mai 2010, la seconde édition de cette marche de tous les intégrismes aura lieu.

Cette année, le samedi 29 mai 2010, ils ne doivent pas marcher, cette journée doit être celle de la défense du libre choix

C’est pour ça que l’on doit répondre présent, pour défendre le simple droit de disposer de son corps comme on l’entend, de vivre avec qui on souhaite, comme on le souhaite, avec ou sans enfant, marié ou pas, sous le même toit ou pas…

LA SOLIDARITE EST UNE ARME ANTISEXISME, ANTIFASCISME, ANTICAPITALISME

 
MANIFESTONS, SAMEDI 29 MAI 2010, A BORDEAUX

Des fascistes a Toulouse ? !


Partout en Europe, nous constatons un regain d’activité de l’extrême droite. En Russie et en Espagne des militants antifascistes ont été assassinés, en Italie, en Belgique ou en Autriche elle occupe des mairies ou des places au gouvernement. En France, l’échec de la stratégie électoraliste du FN a renvoyé dans la nature ses plus jeunes militants. En toute logique ces derniers tentent de renouer avec l’activisme à travers une nébuleuse de groupuscules. Jeunesse Identitaire et Renouveau Français étant les plus visibles.
Toulouse aussi est touchée : incendie de la Mosquée de Colomiers, inscription fasciste sur la Bourse du Travail, présences de quelques néo-nazis dans certains bars de la place St Pierre, agressions homophobes, racistes ou contre des militants antifascistes en centre ville. Sans oublier la nomination d’un membre de l’Opus Dei comme prêtre de l’église de la Dalbade. C’est la première fois qu’un membre de cette organisation catholique, crée pendant la guerre civile espagnole en soutien à Franco, est nommé en France.Il n’est pas question pour nous de déformer et d’exagérer la réalité. Même si le sécuritaire gangrène la société, les fascistes ne défilent pas encore dans les rues ! Simplement nous tenons dans un contexte de crise du capitalisme à rester en alerte, à suivre l’évolution de ces groupuscules et à s’y opposer dès que possible. Même si aujourd’hui, ils ne représentent rien ou pas grand chose, il se pourrait fort bien que le pouvoir en difficulté profitent de ces alliés naturels. L’histoire l’a montré à de nombreuses reprises et malgré l’image de « rebelle », « anti-système » que l’extrême droite essaye de se fabriquer pour attirer à elles toutes les victimes du capitalisme, ne doutons pas qu’elle connait bien ses maîtres : le pouvoir et le patronat.

L’exemple du bombage de la Bourse du travail « clandestins dehors » (signé par les Jeunesses Identitaires) juste en dessous d’une banderole de soutien aux sans-papiers le montre !. Leur activité est en accord avec la politique sécuritaire du gouvernement, qui est en réalité l’application de plusieurs projets de l’extrême droite.

Repétons-le ! Il n’est pas question pour nous de voir des « fascistes » partout ! Simplement nous croyons que si la crise du capitalisme dure [et elle durera malgré les milliards retrouvés miraculeusement et les déclarations apaisantes des technocrates de l’état], nous risquons de voir grossir ces différents groupuscules. Ne focalisons pas sur ces pantins du pouvoir mais continuons à veiller pour ne pas un jour nous réveiller avec une désagréable surprise…

Ne minimisons pas le danger, ne l’exagérons pas ! L’ennemi reste le capitalisme. C’est pour cela que les militants de l’UAT ne focalisent pas sur l’antifascisme mais s’investissent aussi pour la fermeture des centres de rétention, se battent pour le droit des étrangers et plus généralement avec tous les oppriméEs pour plus d’égalité et de liberté !

Concrètement nous appelons tous les anticapitalistes de Toulouse et des alentours à considérer ce danger potentiel. Il appartient à toutes et tous de se sentir concernés. L’UAT continuera son travail d’information et de mobilisation face à l’extrême droite sous toutes ses formes. N’hésitez pas à nous soutenir en diffusant le matériel que nous mettons à disposition, ou en participant aux mobilisations à venir.

Les fascisme c’est comme la gangrène, on l’élimine ou en crève !

Alerte Antifasciste


Jeudi soir 10 avril 2008, un militant antifasciste a de nouveau été victime d’une agression à Toulouse centre. Trois militants d’extrême droite clairement affirmés avaient visiblement choisi de suivre une figure militante « connue » avant de l’agresser à coup de chaine de moto. Résultat : 16 points de sutures et de belles plaies sur le visage. 
 
Une série d’agressions racistes et fascistes
 
Rappelons aussi que le 28 septembre 2007, une syndicaliste étudiante de l’AGET tombe sur plusieurs nazillons qui lui gravent au cutter une croix gammée sur le bras… Cet acte particulièrement lache et révoltant s’inscrit dans une série d’agressions racistes et fascistes passée relativement inaperçue depuis maintenant deux ans : 2006 : un autre syndicaliste de l’AGET est agressé au cutter. 2006 : des manifestants anti-EPR sont la cible d’un groupe néo-nazis embusqués. 2006 : des militants antifascistes sont attaqués en plein concert à Arnaud Bernard. 2007 : deux passants d’origine africaine sont tabassés dans le quartier St. Pierre par plusieurs néo-nazis pendant que d’autres imitent les cris de singe… 
Qui sont donc, ces « courageux » nazillons qui agissent principalement la nuit, à plusieurs, sur des cibles isolées ? Difficile de savoir car leurs actions ne sont évidemment pas revendiquées. Néanmoins, différents témoignages nous amènent à penser qu’une bande de jeunes a maintenant décidé de passer à l’action politique et violente. La récente campagne d’autocollants de Jeunesse identitaire et du Renouveau français sur Toulouse, nous laissent très peu de doute là-dessus.
 
Un climat général
 
Notons d’ailleurs, que cette résurgence des groupuscules néo-nazis en mal d’activisme n’est pas particulière à Toulouse. On peut aisément penser que le récent revers électoral du Front national va contribuer à pousser ses jeunes militantEs et sympathisantEs vers des terrains de luttes moins institutionnels et plus radicaux. 
C’est aussi la récupération et l’application des idées du Front national par les gouvernements successifs ( expulsion des sans papiers, répression et criminalisation des luttes sociales, casse des droits sociaux ) qui devrait donner de l’assurance à ces différents groupes et les radicaliser un peu plus. Plus largement, on constate aussi que c’est toute l’Europe qui subit une recrudescence des organisations et idéologies fascisantes : meurtres et agressions de militants en Russie, en Tchéquie, en Italie et en Espagne… 
 
Complaisance ou indolence ?
 
Toutes les plaintes déposées sont jusqu’à maintenant restées sans suite… Faut-il y voir de la négligeance policière ou alors une certaine bienveillance ? Mais il est vrai que le discours républicain de cette institution a généralement beaucoup de mal à trouver écho dans la réalité. 
Dès à présent, nous appelons tous les antifascistes toulousains à se mobiliser et à diffuser cet appel le plus largement possible dans les quartiers toulousains (et notamment St Pierre et ses bars qui semblent disposés à les accepter). Même très confidentiels, nous aurions tort de sous estimer ces jeunes néo-nazis. Si Toulouse a toujours été une ville antifasciste, c’est parce que d’autres militantEs avant nous ont su s’engager au-delà des mots. 
L’heure est donc à nouveau venue de leur faire comprendre très clairement que Jeunesse Identitaire et autres groupuscules fascisants n’ont pas leur place ici… ou ailleurs ! 
 
Pas de fasciste dans nos quartiers ! Pas de quartier pour les fascistes ! 
 
Pour toutes infos : Union Antifasciste Toulousaine : antifa.toulouse@gmail.com