Les homophobes sont de sortie !

Manifestation contre le mariage homosexuel et l’adoption : fachos cathos intégristes homophobes hors de nos villes !

Mardi 23 octobre, place du Capitole, comme dans 75 autres villes de France, l’alliance VITA a organisé un rassemblement « pour la défense des droits des enfants et contre le mariage et l’adoption par les couples homosexuels ».

L’Alliance VITA, anciennement Alliance pour les droits de la vie, est une association française se présentant comme aconfessionnelle et non rattachée à une organisation politique. Fondée en 1993 par Christine Boutin, elle constitue le principal lobby pro-vie français . Elle a comme objectif de «promouvoir la protection de la vie humaine et le respect de la dignité de toute personne » c est a dire de se cacher derrière le respect et la dignité pour banaliser un discours radicalement haineux et discriminatoire.
Organisation ouvertement homophobe lesbophobe transphobe réactionnaire et xénophobe, elle regroupe des sympathisants gravitant autour de plusieurs groupuscules fascistes aperçu aujourd’hui place du Capitole : Jeunesses Nationalistes, Bloc Identitaire, Riposte Laique , Front National…
Ces organisations fascistes prônent haut et fort leur haine à travers des propos racistes, xénophobes, sexistes, homophobes voir des  violences physiques, passages à tabac …
La lutte antifasciste passe aussi par la lutte contre l’homophobie et contre tous discours qui légitiment ces agressions, les cautionnent (par choix ou indif­fé­rence)et qui les rendent possible.

L’UAT reste et restera vigilante et prête à se mobiliser contre l’homophobie le sexisme,deux des piliers du fascisme !

Et pour information, vous trouverez les articles de la Dépeche et de Carré d’info sur le rassemblement du 23 !

Publicités

Procés d’Houria Bouteldja

Mercredi 14 décembre 2011 à Toulouse s’est tenu le procès d’Houria Bouteldja, militante progressiste qui dénonce depuis des années l’abject racisme institutionnalisé de l’État et celui des groupuscules d’extrême droite.

C’est ce combat contre les discriminations racistes qui lui a valu d’être poursuivi en justice pour injure raciale contre « les français-e-s » par l’AGRIF. Cette organisation pilotée par Bernard Anthony, anciennement membre de l’OAS et député européen du front national, n’en est pas à son premier coup d’essai. Se cachant régulièrement derrière la justice pour faire valoir leurs haines des immigré-e-s et la défense de la suprématie chrétienne, l’AGRIF avait déjà demandé l’interdiction de GOLGOTA PICNIC.

Dans ces conditions, l’Union antifasciste toulousaine ne pouvait qu’apporter son soutien et son aide face aux manœuvres de l’extrême droite pour la faire taire. Le collectif de soutien, auquel l’UAT s’est joint, a alors appelé à un rassemblement devant le tribunal de justice de Toulouse pour contrer l’appel national du Bloc identitaire, de Riposte laïque et de l’AGRIF. Ayant appelé à grand coup de trompette à une grande mobilisation nationale depuis des mois, la troupe des cranes rasés et autres chrétiens fondamentalistes s’est finalement réduit à… 60 personnes agitant frénétiquement drapeaux français et banderoles pitoyablement provocatrices. Fidèle a son incapacité de mobilisation, le Bloc identitaire s’est juste cantonné a une simple opération de communication avec une mise de scène du plus mauvais goût pour prôner sa nouvelle théorie du « racisme anti blanc » et victimiser ainsi les « véritables francais-e-s » face à ceux de l’immigration. Une nouvelle fois stigmatisé et victime de l’entreprise coloniale, les enfants d’immigré-e-s restent plus que jamais dans la ligne de mire de l’extrême droite et nous devons continuer à leur opposer avec force une solidarité de classes sans faille. Aux slogans « on est chez nous » s’est ajouté sa succession de saluts nazis qui n’a pas choqué le fier dispositif policier présent. Police qui a laissé carte blanche aux identitaires pour s’installer devant le tribunal alors que le rassemblement en soutien a Houria était prévu au même endroit. Le bref discours de Fabrice Robert, président du bloc identitaire et de son acolyte de Riposte laïque n’ayant même pas convaincue leurs propres publics, leur petit groupe s’est dispersé sans même demander leurs restes pour retourner dans leurs villes. L’Union antifasciste toulousaine continuera son combat contre toutes les discriminations et restera sans compromission face aux discours de l’extrême droite.

Résolument anticapitaliste, anti-impérialiste et fièrement anti français de souche, l’UAT continuera a soutenir les militant-e-s progressistes menacées par la gangrène fasciste et rappelle son soutien franc à tous ces militant-e-s.

communiqué ici

L’extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre !

La Section Carrément Anti-Le Pen de Paris (SCALP REFLEX) avec la participation du site d’informations antifascistes REFLEXes ont produit une brochure décrivant l’extrême droite francaise sévissant actuellement. Elle se compose d’un rapide historique depuis les années 80, d’un schéma présentant les différents groupes nationalistes ainsi que leurs relations. Un encart est bien entendu réservé à la présentation de la lutte antifasciste.

Extrait
Extrait du schéma de présentation de l’extrême droite française. Cliquez sur l’image pour agrandir.

Vous pouvez dés à présent consulter le texte de la brochure ainsi que le schéma ICI.

L’UAT mettra bientôt à disposition cette brochure en version papier sur Toulouse. La version numérique est disponible dans l’onglet Outils de notre blog.

Ce qu’est vraiment Riposte Laïque

Un excellent article du blog Droite(s) Extrême(s) pour mieux comprendre qui se cache derrière le site Riposte Laïque :

Ils se disent « de gauche », mais s’affichent avec des mouvements d’extrême droite. Ils s’affirment « laïques » et entendent « combattre le projet politico-religieux de l’islam ».

Les animateurs de Riposte laïque devaient organiser, à l’appel d’une association satellite, Résistance Républicaine, samedi 4 septembre, à Paris et dans plusieurs villes de province (dont Bordeaux, Lyon, Strasbourg et Toulouse) un « grand apéritif républicain de défense de la République laïque contrer l’offensive islamiste ». Ils en entendent aussi commémorer les 140 ans de la naissance de la IIIe République.

A Paris, le rassemblement a fait un flop et n’a réuni qu’une grosse centaine de personnes, encadrées par un important dispositf policier. Parmi la foule, on pouvait reconnaître des militants de l’extrême droite parisienne appartenant au GUD, au FN ou encore aux identitaires.

« On a passé une nuit ensemble, c’était très agréable et on remettra ça »

Créée en 2007, Riposte laïque est un journal, qui paraît sur le Net, et qui regroupe une quinzaine de rédacteurs et, selon les responsables, « 500 contributeurs »…

La suite sur le blog Droite(s) Extrême(s)

La « saucissonnade républicaine » tourne au vinaigre

Article de La Dépêche du Midi du 05/09/2010:

Officiellement ce devait être une saucissonnade « entre citoyens », un inoffensif apéritif Républicain, organisé par Gérard Couvert, le responsable Toulousain de la toute jeune association Résistance Républicaine. Mais Résistance Républicaine qui s’est donné entre autres missions de lutter « contre le retour du religieux dans la vie publique », et accessoirement de s’opposer à une « offensive islamique absolument nette, générale et mondiale » selon les termes de son représentant toulousain, n’est pas tout à fait une association de pêcheurs à la ligne. C’est d’ailleurs précédée d’importantes forces de police que la vingtaine de militants a planté ses trois drapeaux français sur la Prairie des Filtres, hier soir, peu avant 18 heures. Et c’est sans surprise, qu’avant même d’avoir eu le temps de sortir charcuteries et bouteilles, les candidats à l’apéro champêtre ont reçu la visite d’un cortège d’une quarantaine de jeunes gens officiellement venus à titre individuel leur crier en chœur de sonores : « Pétain revient t’as oublié tes chiens ». Retranchés derrière un cordon de CRS, les pique-niqueurs de Résistance Républicaine, tentent d’abord de riposter en entonnant une glorieuse Marseillaise. Puis, ils choisissent de casser la croûte à l’ombre des forces de l’ordre. Assise sur un pliant, une mamie en jean, casquette sudiste vissée sur la tête, distribue les verres en plastiques à ses amis, et les doigts d’honneur aux manifestants dont le nombre a rapidement doublé. Des CRS arrivent en renfort pour empêcher l’encerclement de l’apéro. « Ces gens-là n’ont pas à se rassembler, ils n’ont pas à alimenter le racisme et la haine », lâche une jeune militante. Dépassés, les « défenseurs de la République » finissent par lever le camp sous protection policière et sous les cris de « Fachos dehors » poussés par les manifestants qui finissent par écoper d’une cartouche de gaz lacrymogène discrètement lâchée par la police histoire de faire bonne mesure.