Impunité fasciste à Lyon : local de la CNT attaqué!


Dans la nuit du 30 au 31 mars dernier, le local de la Confédération Nationale du Travail de Lyon a été pris pour cible par un groupe de fachos du PNF. Ils ont brisé les vitres, tenté de forcer le rideau et ont voler du matériel militant. Pas de blessé du côté des camarades syndicalistes.

Il s’agit de la quatrième attaques qui vise les locaux militants en moins de 3 ans après celles de la Plume Noire (Librairie libertaire et local de la Coordination des Groupes Anarchistes), du local du Parti Communiste Français et de Radio Canut (radio libre et militante d’extrême gauche).

Mais le contexte local particulier de Lyon fait malheureusement écho à une montée en puissance des groupuscules fascistes partout en France comme peut en témoigner les attaques subies à Strasbourg, Paris, Lille et Montpellier.

On voit clairement que pour l’actuel ministre de l’intérieur et ancien maire de Lyon, Gérard Collomb, les fascistes ne posent aucuns problèmes vu la complaisance dont il fait preuve à l’égard de ces derniers.

Plus d’informations sur le site de la Horde en cliquant ici

Contre le fascisme et ses idées, organisons la solidarité avec les victimes et la riposte radicale !

 

Publicités

Solidarité avec les lyonnais !


1978014_770024626350073_285957968_oVoilà plus de deux semaines, deux jeunes lyonnais ont été poignardés dans le dos. Nous avons déjà communiqué dessus, leurs jours ne sont pas en danger mais ils garderont des séquelles à vie.

Nous tenons à leur réaffirmer notre soutien. A eux ainsi qu’à tous ceux qui luttent face à la répression, étatique ou fasciste.

Nous tenons aussi à remercier tous ceux qui étaient présents samedi dernier pour leur solidarité avec les camarades parisiens.

La lutte continue !

Agression à Lyon


Ce velyonndredi, en début de soirée, à Lyon, deux jeunes de 15 et 16 ans ont été blessés à coup de couteaux pour un groupe de fascistes. Ils sont actuellement en soin à l’hôpital et le pronostic vital n’est pas engagé.

Au milieu des braillements antisémites d’un « jour de colère », des vociférations homophobes de la « manif pour tous », des racistes de la « droite décomplexée » et de l’inutilité de la gauche socialistes et de ses antennes, la vraie nature de l’extrême droite s est encore exprimée.

Nous exprimons tout notre soutien aux deux jeunes agressés, ainsi qu’à tous les militants antifascistes de Lyon. L’ensemble des militants de l’union antifasciste toulousaine se joindront à leurs décisions quant à la suite des événements.

Plus d’infos sur :

http://rebellyon.info/Deux-personnes-poignardees-par-des

[Rue89] L’extrême droite en France


Nous vous renvoyons vers un article de rue89 sur l’extrême droite. L’article manque d’analyse comme bien souvent avec le traitement médiatique de l’extrême droite malheureusement… Pour autant voici un petit panorama de l’extrême droite radicale hexagonale qui vaut bien une citation sur notre blog. Au passage , nous nous interrogeons sur le titre qui sous-entendrait que le Front National n’est pas à l’extrême droite. Soit le FN a réussi sa dé-diabolisation auprès des auteurs de l’article soit on est paranoïaque…

L’extrême droite en France, toujours dans l’ombre du Front National

Depuis qu’elle en a pris la tête en janvier 2011, Marine Le Pen a procédé à des purges au sein du Front national pour dédiaboliser le Parti. Ces militants radicaux créent ou rejoignent depuis de multiples groupuscules. Pétainistes, identitaires ou nationalistes-révoluionnaires, ces mouvements, déployés dans toute la France, restent liés, de près ou de loin, au FN, terreau de l’extrême droite française.

  1. Paris, carrefour des droites extrêmes
  2. Lyon, le nouveau laboratoire
  3. Nice, patrie du Bloc identitaire
  4. Le Nord, bastion électoral du Front
  5. A l’Ouest, le réveil des Identitaires
  6. A l’Est, rien de nouveau
  7. Au Centre, des concerts néonazis

La suite ici

[Lyon] Les rues de Lyon n’appartiennent pas aux fascistes : 1500 personnes pour le rappeler


Manifestants antifascistes à Lyon le 14/01/2012

Alors qu’Alexandre Gabriac et sa clique des jeunes fascistes appelaient à manifester dans les rues de Lyon, près de 1 500 personnes ont répondu à l’appel antifasciste, dont un grand nombre de libertaire, pour rappeler que les rues de Lyon n’appartiendront jamais aux néo-nazi. 

La situa­tion est rela­ti­ve­ment tendue à Lyon en début d’après-midi. Alors que les anti­fas­cis­tes se ras­sem­blent par cen­tai­nes au cœur du quar­tier de la Guillotière (où Gabriac espé­rait ini­tia­le­ment faire abou­tir sa mani­fes­ta­tion) rien ne laisse pré­sa­ger l’ampleur de la mobi­li­sa­tion anti­fas­ciste, ni du nombre de fas­cis­tes qu’arri­ve­ront à ras­sem­bler, en face, les quel­ques nos­tal­gi­ques de Pétain ras­sem­blés pour l’occa­sion. On blague un peu en pen­sant à tout le mal qui pour­rait arri­ver au local des fas­cis­tes situé au cœur de la Guillotière et on lance les pre­miers slo­gans contre l’extrême droite…

Lire la suite ici