Bilan du contre rassemblement contre le FN

Le samedi 7 mai 2016, le Front National a décidé de commémorer Jeanne d’Arc à Toulouse. Ce n’est pas une première, l’an dernier ucodel l’avait aussi tenté, et avant elle, l’action française. L’extrême droite essaye de s’imposer en ville grâce à l’organisation de ce genre de commémoration. Et rien n’est plus facile pour eux que d’utiliser la statue de Jeanne d’Arc, la pieuse vierge, qui a libéré Orléans le 8 mai 1429. En se rassemblant pour Jeanne, l’extrême droite dispose ainsi de sa propre contre-commémoration en s’échappant de l’image fâcheuse du 8 mai et de la libération contre le régime fasciste et nazi. L’Union Antifasciste Toulousaine a alors appelé à un contre rassemblement pour les empêcher de tenir ce rassemblement. Une quarantaine de personne ont répondu présent pour ne pas leur laisser la rue.

photo_1Mais, si les autres années nous avions pu empêcher leurs commémorations, cette fois ci c’est un véritable cloisonnement de la place qui a été organisé par les forces de l’ordre. Le FN est déjà présent, en tout une cinquantaine de personnes dont une dizaine d’identitaires. Bloqués par la police nous crions notre refus de laisser la rue à ces gens-là. Au bout d’une dizaine de minutes les CRS nous encerclent et annoncent leur volonté d’effectuer des contrôles d’identités systématiques. N’étant pas en position de refuser, nous obtempérons.

Pendant plus d’une demi-heure il nous est impossible de sortir du contre rassemblement. Quelques camarades n’ont pas leurs papiers et sont emmenés au commissariat pour des contrôles d’identités mais serons relâchés rapidement. On a assisté à un véritable acharnement des forces de l’ordre pour empêcher ce contre rassemblement. Encore une fois l’État républicain a couvert le Front National dans cette commémoration en empêchant toutes contestations de s’installer dans la rue. Malgré cela nos slogans ont portés et, la présence policière aidant, notre présence a été bien visibilisée.

Que cela soit dans le cadre de la mobilisation contre la loi sur le travail ou contre le Front National, nous ne laisserons pas impressionner par l’augmentation du dispositif policier qui encadre chaque événement.

Contre la répression des mouvements sociaux !
Ne laissons pas la rue à l’extrême droite !

Contre le FN ce samedi 7 mai

Ce samedi  7 mai à 11H30 le front national organise un rassemblement à la mémoire de jeanne d’arc

Pendant que nous luttons quotidiennement pour reprendre la rue et s’opposer à la fin du code du travail ils voudraient tenter une sortie. Leur prétexte : commémorer l’héroïne d’une guerre civile opposant les intérêts de plusieurs factions d’aristos est bien représentatif de leurs idées. Bloqué dans une lecture nationaliste de l’histoire oubliant que celle-ci s’est déroulée dans le  mépris  des classes dominées, ils voudraient se faire passer pour une opposition populaire à l’UMP et au PS. Pourtant tout dans leur programme n’est que destruction de nos droits  et exclusion.

Ne laissons pas d’autres ennemis se  développer pendant notre lutte contre le libéralisme.
Rappelons-leur que Toulouse déteste le racisme, la xénophobie et l’homophobie.
Toulouse est et restera une ville antifasciste.

NON au FN, ni a Toulouse ni ailleurs !

Rendez vous à  11h place Arnaud Bernard pour un contre rassemblement.

Le 1er mai est et restera antifasciste.

Vendredi premier mai, journée internationale des travailleuses et des travailleurs, l’Union Antifasciste Toulousaine et ses camarades étaient dans les rues de Toulouse.

       S’il est besoin de le rappeler, le fascisme et le capitalisme étant intimement liés, nous sommes anticapitalistes. Pour cette raison, nous avons défilé en solidarité avec tous les exploité-e-s, en France, et dans le reste du monde.

      Nous avons appris il y a quelques jours que l’extrême droite nationaliste avait prévu de se rassembler sous la statue de Jeanne d’Arc, à Toulouse. Nous ne pouvions pas accepter une seule seconde de fermer les yeux sur leur rassemblement pétainiste. Surtout 20 ans après le meurtre de Brahim Bouarram, jeté dans la Seine à proximité du rassemblement du FN à Paris.

      Suite au traditionnel défilé du premier mai, nous avons rejoint le lieu de la commémoration nationaliste, à une cinquantaine, sous la bruine et au milieu des fleuristes. Afin de ne pas laisser la place Jeanne d’Arc aux fascistes.

Ceux-ci étaient déjà en partie sur place, attendant au Clocher de Rodez, hotel-restaurant leur servant de base arrière.

( se référer à : http://fafwatchmp.noblogs.org/ces-lieux-qui-puent/le-clocher-de-rodez/ )

La police, encore une fois complaisante avec l’extrême droite, nous a alors demandé de partir car le rassemblement fasciste était déposé. Il semblerait que l’incitation à la haine raciale soit légale en France si elle est déclarée 3 jours ouvrables à l’avance.

Après avoir été repoussé, nous avons pris place de l’autre côté de la route afin d’expliquer aux passants ce qui était en train de se passer.

261728IMG20150501125640

 1h30 de patience plus tard, le rassemblement pour Jeanne d’Arc a finalement été annulé grâce à notre présence.

Qu’ils le sachent, nous ne laisserons jamais Toulouse aux nationalistes. Toulouse est, et restera antifasciste.

A la mémoire de tou-te-s les travailleurs-ses tué-e-s par le capitalisme

Ni nostalgique de Pétain, ni nostalgique de Jeanne d’Arc dans nos manifs !

Le 1er mai est un hommage à la lutte de travailleurs et des travailleuses. C’est pour commémorer la répression de la grève de Mai 1886 à Chicago que le mouvement ouvrier international défile au nom de la lutte des classes à cette date depuis 1890. Depuis, le 1er mai est le symbole d’un combat de millions de travailleurs et de travailleuses pour obtenir de meilleures conditions de vie et de travail et pour mettre à bas un système qui nous oppressent et nous tuent.essait

Mais l’extrême-droite, comme à son habitude, entend détourner un des événements les plus marquants et populaire de l’histoire de la lutte des classes pour en faire un symbole patriotique. Extrême-droite à l’histoire tellement honteuse et détestable qu’elle est prête à tout pour se redonner une virginité historique.

Ce rassemblement entend fusionner Jeanne d’Arc, la pieuse vierge, qui a libéré Orléans le 8 mai 1429 avec la propagande vichyste du 1er mai qui a consisté à considérer le travail comme une valeur supérieure aux valeurs d’égalité, de solidarité et de justice sociale que défendait le mouvement ouvrier.

En défilant le 1er mai pour Jeanne, l’extrême droite dispose ainsi de sa propre contre-commémoration face à la référence à la Seconde Guerre mondiale, pour elle si difficile à gérer. Alors, quitte à se chercher des références historiques, autant mélanger ça au 1er mai pour rendre cela un peu plus sympathique.

Ainsi à Toulouse les nationalistes essayeront de se rassembler place Jeanne d’arc à 14h.

Laisser l’extrême-droite se rassembler le 1er mai c’est les laisser salir la mémoire des travailleurs-ses mort-e-s pour l’émancipation et la justice sociale mais aussi continuer à laisser courir les idées de l’extrême droite dans nos rues et les laisser détourner notre histoire.

Rendez vous à 13h place Jeanne d’Arc

Ne laissons pas la rue à l’extrême droite !