Solidarité avec les réfugiés !


Le 6 Février, le général Piquemal ( ancien commandant parachutiste et de la Légion étrangère) participait à une manifestation de Pegida (Groupe fasciste « anti-islamisation » originaire d’Allemagne) avant d’être arrêté. Le 20 Février, des patriotes et nationalistes appellent à une manifestation en soutien à ce général et pour « reprendre le pays ». De telles manifestations de soutien aux racistes qui sévissent à Calais n’ont pas leur place à Toulouse ou dans d’autres villes.

Contre ce rassemblement fasciste et xénophobe rendez vous à 13h Place du capitole le 20 Février ! 

Contre les frontières, le racisme et le fascisme ! 

Solidarité avec les les migrants de Calais !

affiche refu

 

Publicités

Communiqué concernant les attentats de Paris


      À Paris, ce 13 novembre, ceux qui veulent un « choc des civilisations » ont accéléré la machine. Leurs cibles sont des civils, la masse massacrée au hasard dans les rues. La cible est bien le peuple, sans aucune distinction. Ces islamistes sont bien des fascistes, comme au temps de piazza Fontana * en Italie. Leur objectif est bien la stratégie de la tension.

      En prenant du recul, on peut voir la corrélation entre islamisme et extrême droite. La haine de l’un nourrissant celle de l’autre, sous le regard bienveillant de l’État qui imagine déjà une armée intérieure pour renforcer son pouvoir tendant au totalitarisme. Et pour ceux qui parlent déjà d’un complot du gouvernement, on rappelle qu’un intérêt commun n’est pas synonyme d’alliance. Si les islamistes se félicitent du durcissement du racisme d’État, car ces conséquences assurent une augmentation de leurs effectifs, ils n’en restent pas moins l’un de ses ennemis.

      Pour que ces terroristes ne gagnent pas, il faut stopper cet engrenage et réaffirmer l’unité des peuples contre les dominants, religieux, économiques et politiques (qui sont souvent les mêmes). Nous devons être solidaires avec celles et ceux que l’extrême droite désigne comme coupables en raison de leurs religions ou de leurs origines. Plus leurs représailles seront violentes, plus cette réalité s’affirmera, délaissant la lutte des classes pour une « guerre de races ».

       Pour nous, groupes progressistes, il est important de produire une critique et une pratique contre l’islamisme : nous ne pourrons combattre l’islamophobie sans dénoncer les agissements des islamistes radicaux. Nous devons aussi braver l’État d’urgence pour ne pas laisser s’installer la guerre. L’unité nationale conduit toujours à de grands désastres pour les peuples, nous ne nous allierons pas à ceux qui profitent de cette haine pour développer la leur. Déjà les contradictions se multiplient : d’un côté il ne faut pas modifier le « calendrier démocratique » et maintenir la Cop21 mais de l’autre, il faut accepter un renforcement des politiques sécuritaires. En clair, il ne faut rien changer au mode de fonctionnement des élites mais il faut accroître la politique sécuritaire visant le peuple. Puisque c’est notre société d’exploitation qui produit ces catastrophes, la solution ne pourra pas venir de celle-ci. Comme au Kurdistan turc et syrien la lutte est à la fois contre l’État et les fascismes.

Nous sommes solidaires avec toutes les victimes des attentats de Paris et leurs familles, sans oublier toutes les autres, celles d’Ankara et celles de Beyrouth où des attentats ont eu lieu ces derniers jours.

 

* https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentat_de_la_piazza_Fontana

Rassemblement Antifasciste le 18 Juillet


Le samedi 18 Juillet, des fascistes toulousains organisent une manifestation islamophobe a 14h place du capitole.

Officiellement « contre le terrorisme islamique et l’islam », ce rassemblement raciste est autorisé par la préfecture et la mairie de Toulouse.
Ces derniers ne voient aucun problème à laisser se dérouler un nouveau Jour de Colère bis à Toulouse, malgré leurs déclarations de l’époque.
Tout en sachant que serons présent des cadres fascistes comme Ivan Benedetti, président de l’œuvre francaise, organisation dissoute suite à l’assassinat de Clément Méric. On ne peut que constater le rapprochement entre l’Etat et l’extrême droite, surtout lorsqu’il s’agit de stigmatiser les musulmans.

L’amalgame entre violences religieuses et Islam est une stratégie classique pour les fachos. Elle vise a faire croire a un « ennemi intérieur » (les musulmans) pour instaurer une politique nationaliste, raciste et sécuritaire. Elle a également pour but de diviser les opprimés et d’éviter toute remise en cause du système.
Tout ça dans l’intérêt de la classe dominante.

Ce ne sont pas les quelques mort (ultra-médiatisés) dans des attentats qui nous ferons oublier les centaines de mort de la répressions policière et du fascisme. Le danger actuel en France et en Europe réside dans la montée des idées racistes et réactionnaires dans la rue comme dans les urnes. Certainement pas dans la montée d’un prétendu islam radical qui est marginal mais qui focalise pourtant l’attention de tous les médias.

Face a cela il est plus qu’urgent de s’unir, s’organiser et lutter contre le racisme et l’extrême droite. Ensemble faisons comprendre a ces fachos que Toulouse est une ville métisse et populaire où l’islamophobie n’a pas sa place.

Ne laissons pas l’extrême droite s’imposer a Toulouse.

Fascistes hors de nos vies!

 RDV à 13h place du Capitole

 

image-7

MANIFESTATION 21 MARS 14H


Le 21 mars prochain nous appelons à manifester pour la journée mondiale contre le racisme

Cela prendra place dans un contexte marqué par l’attaque de Charlie Hebdo suivi de l’attentat antisémite de la porte de Vincennes. Nous condamnons ces meurtres et nous refusons que cela soit utilisé pour banaliser l’islamophobie et renforcer les politiques d’État racistes et liberticides.

Nous refusons que cela soit utilisé pour légitimer les théories d’un « choc des civilisations » qui dressent des populations les unes contre les autres en raison de leur religion réelle ou supposée.ob_205e27_antiracisme-21-mars

Nous condamnons l’islamophobie et l’antisémitisme et toutes les formes de racisme comme nous condamnons les stigmatisations contre les quartiers populaires.

Nous refusons les actes négrophobes.

Nous refusons la chasse aux migrantEs et aux Rroms et les limitations à la liberté de circuler.

Nous refusons toute restriction à nos capacités de résister aux politiques antisociales au nom d’une « union nationale ».

Nous refusons de nous résigner à la montée de l’extrême-droite qu’elle prenne la forme du Front national, des groupes ouvertement fascistes et agressivement islamophobes ou/et antisémites.

Nous dénonçons les gouvernements qui ont renforcé la chasse aux sans-papiers, le quadrillage des quartiers populaires et qui contribuent pleinement à la montée du racisme et des idées réactionnaires, notamment homophobes et sexistes.

À cela nous opposons notre volonté de vivre ensemble et notre exigence d’égalité des droits et de justice sociale.

C’est pourquoi le 21 mars nous manifesterons ensemble en France et dans tous les pays du monde contre le racisme et contre le fascisme. Pas de discours, l’égalité ou rien !

Nous exigeons :
– la fin des contrôles au faciès,
– l’arrêt des démantèlements de camps de Rroms,
– le retrait des lois racistes dirigées contre les MusulmanEs,
– le retrait des lois liberticides et sécuritaires,
– la régularisation de touTEs les sans-papiers avec une carte de séjour de 10 ans,
– la fermeture de Frontex, des centres de rétention et la liberté de circulation et d’installation,
– le droit de vote des étrangers.

Parce que notre indignation n’est pas sélective, nous n’oublions pas, aux côtés des victimes des attaques de Charlie Hebdo et de l’Hyper-Cacher, les milliers de migrantEs disparuEs en Méditerranée et ailleurs, les victimes des violences policières dans nos quartiers ainsi que Rémi Fraisse, manifestant tué par la police. Nous n’oublions pas les mortEs de Gaza, de Homs, du Nigéria ou de Kobané et toutes les victimes de la guerre comme nous n’oublions pas les victimes de la violence d’extrême-droite.
C’est en leur mémoire que nous appelons à descendre massivement dans la rue le 21 mars prochain.

MANIFESTATION SAMEDI 21 MARS

14H METRO EMPALOT

Contre l’islamophobie et l’antisémitisme !


ob_6f94d3_affiche-antiracismeCes dernières semaines ont été caractérisées par une montée des actes racistes, notamment islamophobes et antisémites qu’il est urgent de condamner et de combattre. Cette situation n’est pas nouvelle, ses racines sont à chercher dans le racisme d’Etat et les politiques xénophobes mises en place depuis des décennies.

Récemment, l’omniprésence médiatique de discours islamophobes n’ont fait qu’accentuer le besoin de résistance !

Dans un contexte de récupération politique de l’émotion suscitée par les crimes injustifiables de Charlie Hebdo et de l’épicerie casher, il est nécessaire de reprendre l’offensive. Nous condamnons l’appel à “l’unité nationale” qui nous est posé comme “solution” par les dirigeants qui contrôlent, répriment, tuent et qui ont pour seule stratégie la division des classes populaires pour mieux appliquer les politiques réactionnaires et sécuritaires. Ces mêmes dirigeants qui poursuivent ou appuient la politique impérialiste de l’Etat français à travers le  monde.

Le recours à l’État et à des politiques toujours plus sécuritaires et liberticides ne sont pas la solution, bien au contraire, ils en sont responsables. Nous ne nous laisserons pas faire ! Notre unité  se trouve dans la solidarité, contre les injustices sociales et contre toute forme de racisme et de xénophobie.

C’est par la solidarité et au travers de luttes communes que nous parviendrons à dépasser les obstacles qui nous séparent les un-e-s des autres et qui ne profitent qu’au pouvoir impérialiste et sécuritaire en place.

C’est bien en comptant sur nos propres forces, en s’organisant et en luttant que nous mettrons à bas cette société qui nous opprime, en particulier les plus précaires et stigmatisés d’entre nous.

Rassemblement
vendredi 30 janvier à 18h30
square Charles de Gaulle (métro Capitole)