Contre la manif pour tous


13138764_889389287838861_726952889088645272_nLe mardi 10 Mai, La Manif Pour Tous, groupe de catholiques intégristes homophobes et réactionnaires, organise un rassemblement sur la Place du salin à 19h30 contre la GPA. 
Une fois de plus les intégristes et leurs camarades d’extrême droite tentent de s’approprier l’espace public pour afficher leur haine des autres dans Toulouse ! 

Rendez vous 19h place du Salin pour occuper l’endroit
Ne laissons pas la rue aux homophobes et aux racistes !
Publicités

Civitas dégage !


rasso

Civitas dégage !

Pas de fascistes dans nos quartiers !

Rassemblement/manifestation mercredi 15 janvier 19h M°Compans

Mercredi 15 janvier, le groupuscule catholique traditionaliste d’extrême droite Civitas organise salle de Barcelone une conférence sur la théorie du genre intitulée : « Théorie du genre l’idéologie qui voulait détruire la création et libérer toutes les perversions humaines ».

Civitas, créée en 1999, milite pour la « rechristianisation » de la France et de l’Europe. L’association se définit comme un mouvement social et politique du « lobby catholique traditionaliste », un « mouvement dont le but est la restauration de la royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ ». Ce groupuscule ne cache pas son homophobie, son sexisme et son racisme qu’il a pu démontrer notamment lors des mobilisations contre la loi sur le mariage pour tous aux côtés de la Manif pour Tous , de l’UMP, du FN et de l’ensemble des composantes de l’extrême droite française, mais aussi par sa lutte acharnée contre le droit à l’avortement.

Ce groupuscule a largement participé à l’augmentation des agressions physiques et verbales envers les LGBTI, à la libération de la parole homophobe sexiste et xénophobe.
Tout ceci s’inscrit dans un contexte général : recul du gouvernement français sur la PMA et le droit des personnes trans, remise en cause de l’avortement dans l’État espagnol…

Nous, organisations et individuEs de Toulouse appelons à se rassembler le mercredi 15 janvier à 19h Métro Compans Caffarelli pour dénoncer avec force la tenue de ce meeting LGBTIphobe, sexiste et xénophobe dans une salle municipale et les idées réactionnaires qu’il véhicule !

Premiers signataires : Arc-En-Ciel Toulouse, Act-Up Sud Ouest, CNT 31, Good As You, Grisélidis, HES,STRASS, VP …

Rassemblement contre l’homophobie !


Rendez vous le 17 Novembre à 14H Place Esquirol pour un rassemblement unitaire contre Alliance Vita et ses allié-e-s qui organise une nouvelle manifestation contre le droit au mariage et à l’adoption des couples homosexuels ! On vous appelle à venir toutes et tous nombreux et nombreuses aux Rassemblement du 17 Novembre.

CONTRE L ORDRE MORAL, EGALITE !

Mardi 23 octobre, place du Capitole, comme dans 75 autres villes de France, l’alliance VITA a organisé un rassemblement « pour la défense des droits des enfants et contre le mariage et l’adoption par les couples homosexuels ».

Alliance VITA et d’autres d’organisations réactionnaires réitèrent leurs attaques homophobes avec un nouveau rassemblement le samedi 17 Novembre, à Toulouse à 14h30 place Esquirol, comme dans d’autres villes de France. L’Alliance VITA, anciennement Alliance pour les droits de la vie, est une association fondée en 1993 par Christine Boutin et constitue le principal lobby anti-avortement français. Comme toutes organisations d’extrême droite, elle se cache derrière « le droit à la vie » et « le bien être des enfants » pour banaliser un discours radicalement haineux et discriminatoire, remettant de plus en plus en cause le droit à l’avortement mais aussi l’ensemble des progrès sociaux sur la question du genre et de la sexualité. Prônant une éducation patriarcale et machiste, elles défendent un modèle familial unique, sexiste et homophobe où la femme n’est relayée qu’au à un simple rôle de reproduction.

Ce type de rassemblement n’est que le début de l’offensive des intégristes contre le mariage et l’adoption pour les couples LGBT. Alliance Vita n’est pas la seule organisation à se mobiliser contre le mariage et l’adoption des couples homosexuels: le dimanche 18 Novembre à Paris, l’institut Civitas (groupe catholique intégriste) organise une marche pour « le droit à la vie ». C’est bel et bien le début d’une campagne de l’extrême droite pour nous faire renoncer à l’obtention de nouveaux droits. Et c’est face à cet élan que nous devons rappeler que l’homophobie est une réalité quotidienne et que nous devons combattre, au delà de leur rassemblements, tous les discours qui légitiment, cautionnent (par choix ou indif­fé­rence) et rendent possibles agressions, violences et discriminations envers les homosexuels.

Plus que jamais, nous devons, dés maintenant nous organiser et refuser la venue et la mascarade théâtrale d’Alliance Vita et de ses acolytes à Toulouse. Organisation homophobe lesbophobe transphobe réactionnaire et xénophobe, leurs rassemblements n’ont pas leurs places à Toulouse ou ailleurs !

Luttons toutes et tous contre les discriminations notamment à l’École et dans le monde du travail !

Combattons l’homophobie, réalisons l’égalité !

Et dans la foulée, nous irons toutes et tous à la manifestation contre toutes les expulsions, organisée par le CREA , qui a lieu (départ métro Saint Cyprien): http://toulouse.demosphere.eu/node/648

Le Fachoscope toulousain est arrivé


Suite à de nombreuses sollicitations pour en savoir plus sur les « fachos toulousains », l’UAT met à disposition une modeste carte de l’extrême droite toulousaine.

La carte présente les principaux groupes ou organisations d’extrême droite sévissant à Toulouse et dans ses environs.
La carte n’est pas une géolocalisation précise de ces groupes. L’impasse est faite sur de nombreux autres groupes à cause de leur manque d’activité, de leur disparition ou du fait de leur structure trop nébuleuse (ex: Ligue de Défense Juive, Action Française, Oeuvre Française, islamistes radicaux…).

Un certains nombre de lieux toulousains y sont signalés pour leur rapport direct avec l’extrême droite.

La carte est une première version qui ne manquera pas d’être mise à jour. Vos remarques sont aussi les bienvenues pour améliorer l’outil. Ce dernier sera constamment disponible dans la barre de menu du blog du l’UAT.

Mohamed Merah : victoire de la haine


Le 11 mars 2012 à Toulouse, le jeune Mohamed Merah, nouveau djihadiste, tue un militaire français par balle.
Le 15 mars 2012 à Montauban, Mohamed Merah tue 3 militaires français par balle.
Le 19 mars 2012 à Toulouse, Mohamed Merah tue 4 juifs par balle devant leur école juive.

S’en suit la panique, la peur, la paranoïa, le plan Vigipirate niveau écarlate, puis les minutes de silences, les manoeuvres politiques, les scandales. À une période, il était question de suspecter des néo-nazis de l’armée française. Et finalement, voilà qu’il n’y a plus de doute, au fascisme « vieille école » s’est substitué un fascisme religieux islamiste. Mohamed Merah tue car il est en guerre (sainte). Nous savons bien que le fascisme possède plusieurs visages. Et qu’il se cache là où on ne l’attend pas. Nous nous passerons de minutes de silence, et laisserons le deuil et la souffrance aux familles et proches des victimes. Ce que nous retiendrons, c’est le battage médiatique qui enroba l’affaire Merah. Nous entendrons toute une flopée d’experts en tout genre. Psychologues, journalistes, proches, qui tenteront une approche quasi psychanalytique de l’affaire. La vie de Mohamed Merah est exposée. Misère, quartier nord de Toulouse, quartier sud… On apprendra qu’il en a bavé. Qu’il était mégalo mais réservé. Poli mais violent. On apprendra qu’il a fait de la prison et que son frère était islamiste. Situation familiale difficile. Petits délits. Plus qu’un profil type, une caricature. Ce qui nous frappe dans cette somme d’informations vulgairement vomie par les médias, c’est la malheureuse banalité de ce parcours, dommage collatéral du néo-colonialisme et du capitalisme « à la française ».

Ce à quoi une droite plus ou moins dure rétorquera un traditionnel : « pas d’excuse pour les assassins » satisfaisant ainsi un désir primaire de haine et de punition, pour surfer sur « l’effet fait divers », pour encore rajouter au climat de peur, et faire d’un triste évènement une généralité. Enfin, les candidat-e-s à l’élection présidentielle en profiteront pour tenter de transformer l’affaire en sources de bulletins.
Tout un chacun aura son analyse. Les plus réactionnaires diront que Mohamed Merah aurait dû être pendu depuis longtemps, les moins réactionnaires diront que l’on aurait dû l’ « aider en prison » (ce fantasme humaniste pro carcéral). Aucune de ces considérations ne nous semblent pertinentes car elles ne se posent pas les bonnes questions. Il nous semble prioritaire d’analyser les phénomènes sociaux qui mènent au fascisme pour mieux les combattre et les détruire.

Bien évidemment, peu de gens se risqueront à prendre en considération et surtout remettre en question les lourds paramètres sociaux ayant influencé ce « jeune de cité HLM » dans son parcours si commun. Certes tout expliquer par le déterminisme social serait de la malhonnêteté intellectuelle. Mais dans une société répressive qui fonctionne sur l’idée qu’une minorité de possédants doit exploiter une majorité de pauvres, les perspectives d’avenir sont vite bouchées. Et les réponses à ce constat parfois inappropriées.
Comme toutes les idéologies d’extrême droite, l’islamisme radical et le djihadisme naissent d’une crise, sociale et psychologique. Par l’attrait de l’absolu et de l’exclusion, ces idéaux détournent une classe populaire de sa lutte contre l’oppression capitaliste en la transformant en haine religieuse et rejet de l’autre.
C’est ce phénomène et cet état de fait que nous déplorons et qu’il nous semble important de combattre. Mohamed Merah, extrémiste religieux, est mort en martyr djihadiste. Sous produit de la société française, il aura tué et sera mort pour une cause fasciste. Et son histoire fera la joie des autres formes de fascisme. Le traitement médiatique de l’affaire Merah fait le jeu du pouvoir et de l’extrême droite. Ses répercussions sur la vie politique toulousaine sont importantes, et ne font que commencer. Cette affaire est bien évidemment du pain béni pour l’extrême droite. Ce fait divers sert encore de prétexte pour faire des amalgames honteux, que nous condamnons : immigration, insécurité, islamisation, tels sont les thèmes qui reviendront avec ferveur et populisme dans la bouches des extrémistes de droite. Pour exemple : La Ligue de Défense Juive (LDJ), groupuscule sioniste violent proche du front national, monte une section toulousaine et appelle tous les juifs de Toulouse à les rejoindre. L’affaire Merah aura permis cette implantation de l’extrême droite dans notre ville. Nous nous opposons à sa création. L’extrême droite locale s’en voit renforcée en nous servant les habituels discours sécuritaires et identitaires, prônant le repli sur soi, la préférence ethnique et le racisme. L’Etat en profitera aussi pour justifier une nouvelle vague de répression et de sécuritaire Cette affaire aura bien servi la droite radicale. Il est grand temps de nous détacher de toute idéologie d’exclusion quelle qu’elle soit, de dépasser les clivages racistes qui opposent les exploité-e-s et les embourbent dans des luttes fratricides. Aucune forme d’extrémisme religieux ou de fascisme traditionnel n’est une alternative à la société capitaliste qui nous oppresse, bien au contraire. Il nous faut lutter ensemble contre l’état fasciste et ses excroissances radicales dans la rue.

Face à la stigmatisation des immigrés et fils et filles d’immigrés après l’affaire Merah, l’UAT rappelle ses positions antiracistes, antifascistes, antisexistes et anticapitalistes antisioniste. Nous rejetons en bloc le fascisme, qu’il soit djihadiste ou nazi, ainsi que la répression étatique. Comme beaucoup le jeune Merah se sera trompé de combat. Nous ne cesserons de combattre cette société de classes qui arrive à rendre si attrayant le chemin allant de la misère au fascisme.

Communiqué de l’Union Antifasciste Toulousaine sur la récente création de la LDJ Toulouse: Communiqué ici

Fafwatch fait les présentations


Fafwatch est un blog d’information antifasciste satirique qui appuie là où ça fait mal [1]. Cette fois-ci Fafwatch s’en prend sauvagement aux identitaires toulousains qui n’en demandaient pas tant…

 

Il y a quelques semaines, nous avons eu vent de la situation toulousaine en matière d’agitation chez les fascistes.

Un article de l’Union Antifasciste Toulousaine a fait des révélations sur les méfaits des jeunesses identitaires Toulousaine.

L’UAT a publié notamment une « photo de famille » des identitaires exhibant la devanture d’un local syndicale qu’ils venaient de vandaliser.
L’article y révèle les identités des protagonistes aisément reconnaissables sur le cliché mais sans aller plus loin.

Fafwatch comble ce manque et fait les présentations […]

La suite ici

[1] Fafwatch s’est fait une spécialité de révéler des informations (photos, échange mail, activité…) très compromettantes sur différentes personnalités, partis ou groupuscules d’extrême droite.

Flop de la mobilisation catho intégriste


Des talibans? Non des moines capucins en prière devant le Théatre Garonne le 16/11/2011. (photo AFP/Eric Cabanis)

Samedi 19 novembre 2011 manifestation des catholiques intégristes de l’institut Civitas contre la pièce de Rodrigo Garcia « Golgota Picnic » qui se joue au Théâtre Garonne à Toulouse.

Du mercredi 16 novembre au dimanche 20 novembre, Toulouse a connu une arrivée massive de catholiques intégristes et de leurs nervis d’extrême droite pour bafouer en toute impunité la liberté d’expression et de création. Conformément à leurs idées réactionnaires exhumées des poubelles de l’histoire, les agités de Civitas et autres monarchistes ont trouvé en la pièce de Rodrigo Garcia une nouvelle cible pour unifier les intégristes et les néonazis. Dès mercredi, le ton est donné avec une série de prières de rue (mais où était Claude Guéant ?) contre la tenue d’une pièce de théâtre qu’ils jugent « christianophobe ». Sans même l’avoir vue, ils se sont agenouillés pour défendre ce qu’ils considèrent comme une attaque contre leur France chrétienne. Vu leur faible poids sur Toulouse,  les intégristes se sont alliés aux nazillons du coin et l’on a pu notamment apercevoir dès le mercredi soir le responsable des Identitaires Toulousains accompagné de quelques militants se rendre aux prières intégristes devant le théâtre et participer à la manifestation du samedi. Aux côtés de curés intégristes se côtoyaient des « fidèles », mais aussi des éléments de l’extrême droite radicale. Le Renouveau Français avait même affrété un bus à partir de Bordeaux pour se rendre à la manifestation. Cependant, malgré leur unité de façade, les intégristes n’ont réussi qu’à rassembler samedi entre 500 et 600 personnes qui ont défilé de l’église de La Daurade à la place St Cyprien.

Au moment du départ de la manifestation, un contre rassemblement antifasciste s’est positionné au début de son parcours. Les militantes et militants antifascistes ont perturbé ce qui s’apparentait plus à une marche nationaliste et réactionnaire qu’à une procession religieuse, le tout sous forte protection policière. Les antifascistes ont été pris à partie par des néonazis de la mouvance « Nationalistes Autonomes » qui ont vainement tenté d’attaquer le contre rassemblement. Ces mêmes fascistes seront arrêtés plus tard dans la soirée sur les quais du métro St Cyprien, alors qu’ils agressaient physiquement des gens revenant du Théâtre Garonne. En effet, un rassemblement  de soutien de plusieurs centaines de personnes y avait lieu pour défendre  la liberté d’expression artistique et bien sûr s’opposer aux fanatismes et intégrismes quels qu’ils soient.

On peut considérer que cette initiative nationale des catholiques intégristes n’aura pas eu le succès escompté, car ce ne sont qu’environ 500 personnes qui ont défilé sur un petit kilomètre de l’église de La Daurade à la Place St Cyprien soit deux fois moins de participants que le nombre attendu par les organisateurs.  Un autre chiffre, lui prête tout autant à sourire,  Civitas revendique 2500 participants…

La piètre démonstration de ces catholiques intégristes ne prouve qu’une chose : il existe encore une idéologie fasciste purulente et nauséabonde qui tente de reprendre nos rues. Ne nous leurrons pas, la mobilisation intégriste, la « défense du Christ » ne sont que  des prétextes pour s’en prendre à la laïcité.  Laïcité que certains d’entre eux n’hésitent pas à instrumentaliser pour s’en prendre aux musulmans.

Toulouse est et restera une ville aux valeurs d’ouverture culturelle et n’aura de cesse de s’opposer à toutes les manifestions intégristes, racistes et réactionnaires.

communiqué ici

Reportage de Fr3 sur la manifestation catholique intégriste de Toulouse


Mobilisation contre les catholiques intégristes


Samedi 19 novembre 2011, le lobby catholique intégriste qui n’a jamais caché ses liens avec l’extrême droite compte parader à Toulouse. L’Union Antifasciste Toulousaine ainsi que de nombreuses organisations politiques, syndicales et du monde associatif appellent à contrer les initiatives réactionnaires. Dés le début de l’après-midi, SOS Tout Petits organise ses 20 ans sur la place Saint Etienne. Pour rappel SOS Tout Petits est une organisation catholique anti-IVG avec un penchant affirmé pour les actions radicales (ici et ici). En fin d’après-midi, c’est Civitas qui organise une manifestation contre la « christianophobie ». Civitas est une organisation catholique intégriste proche des royalistes de l’Action Française. Ne nous y trompons pas les arguments de leurs mobilisations sont abjects et ne sont que des prétextes pour exister et recruter. Mais qu’importe nous ne pouvons laisser l’extrême droite sous toutes ses formes se pavaner dans les rues de Toulouse sans riposte. l’UAT appelle donc à deux rassemblements:

  • Rendez-vous ce samedi 19 novembre 2011 à 14h

Devant la cathédrale Saint Etienne

(ponctualité exigée)

  • Rendez-vous ce samedi 19 novembre 2011 à 18h

Devant le Théatre Garonne

(ponctualité exigée)