Résumé de la manif homophobe du 17


Samedi 17 novembre 2012 a eu lieu à Toulouse, une manifestation contre le mariage et l’adoption par les couples homosexuels.

Organisé par le collectif « La Manif Pour Tous », collectif fantôme réunissant des militants et des sympathisants de droite et d’extrême-droite, cette manifestation avait pour but de dénoncer l’égalité des droits pour tous et toutes ainsi que « l’homo-folie ».
Pour policer leurs discours et le caractère violent de leurs propos homophobes et sexistes; les organisateurs ont décidé d’appeler à une manifestation « familiale, apolitique et aconfessionnel ».

Sur la place Esquirol cette mise en scène hypocrite a été orchestrée au millimètres près: Ballons blancs et bleus, refus des signes d’appartenances à la droite et à l’extrême droite… Mais cela n’a trompé personne. Ainsi, dans ce cortège, Jeunesses Nationalistes, Nationalistes Autonomes côtoient les anciens militants de l’UNI et de SOS-Tout-petits ainsi que d’autres nervis bien connus de l’extrême droite toulousaine*.

Elle s est d’ailleurs illustrée par des saluts nazis (cf l’article de la dépêche liée ) et des messages haineux dans nos rues avec des slogans tels que « La France aux français ».

Depuis des mois, ces militants font planer un discours inacceptable sur Toulouse et ailleurs. Que cela soit avec des arguments légalistes complètement absurdes : « le code civil ne peut être modifié » ou des arguments directement homophobes et sexistes : « un homosexuel est inapte à élever des enfants », « l’équilibre d’un enfant est un  papa et une maman », ces propos sont inacceptables tant pour les familles homo-parentales que pour les couples homosexuels.

Face à cela nous devions répondre avec force ! L’union antifasciste toulousaine a alors décidé d’appeler collectivement à un contre rassemblement pour empêcher le défilé de la droite et l’extrême droite à Toulouse. Largement protégé par les forces de l’ordre, au service du gouvernement du parti socialiste, les manifestants intégristes ont commencé leur parcours.

Après s’être rassemblé place Esquirol, les 500 contre-manifestants présents ont décidé d’aller place du Capitole pour leur opposer une résistance populaire et empêcher les militants de droite et  d’extrême droite de pouvoir finir leur manifestation au coeur de Toulouse.

C’est alors que, rejoins par la manifestation contre toutes les expulsions du CREA, nous avons toutes et tous bloqué leurs accès à la place du Capitole. Et c’est à l’unissons que nous avons refusé de leur laisser la place. La manifestation des extrémistes n’a pu avancer que grâce au soutien des forces de l’ordre ( présente en force ce jour là )  qui ont gazé, matraqué et menacé par des tirs de flash ball les contre – manifestants.

Tout cet arsenal répressif fut mis en place seulement pour repousser l’ensemble d’une contre manifestation pacifique. Dans un élan de violence de la part des forces de l’ordre, un jeune homme a eu une côté cassée et ceux ci ont refusé son évacuation pour ne pas perturber l’avancée de la manifestation des extrémistes. Un tel déploiement d’hommes et de forces est ahurissant et répond à une seule exigence : désamorcer toute contestation en la faisant systématiquement passer pour dangereuse. Nous voyons bien ici, que cela soit de Sarkozy ou de Hollande, que la logique reste la même: nous faire taire et maintenir la paix sociale à tout prix malgré la contestation.

Cependant, malgré les violences policières nous sommes parvenus à empêcher les manifestants anti-égalité de rejoindre  le Capitole . La manifestation n’a pas pu finir au capitole que grâce à l’opposition et au rassemblement de toutes et tous. Pour poursuivre nos luttes, pour soutenir toutes celles et ceux qui sont victimes de l’appareil répressif, il est plus que temps de se réunir et de s organiser afin de résister à la répression qui s abat sur nous. La journée du 17 novembre est représentatif et pour nous le combat reste  entier.

Ne nous y trompons pas la droite réactionnaire alliée à l’extrême droite fasciste et ultra violente ( cf  manifestation Civitas le 18 novembre à Paris ) ne s’arrêtera pas là ! L’Union Antifasciste Toulousaine reste vigilante et prête à se mobiliser pour contrer et lutter contre les homophobes de tous bords !

*prochain article plus détaillé à venir

Publicités