Frederic Chatillon l’imprimeur radical du Front National

L'abbé Laguerie (catho intégriste), Dieudonné, Jean-Marie Le Pen, Frédéric Chatillon en 2008 pour le baptême de la fille de Dieudonné. Source: cliquez sur l'image

Très bon article  des InRocKs pour ceux qui croient encore à la dédiabolisation du Front National. Après avoir jeté un oeil sur la situation toulousaineLaure Siegel signe un article sur Frédéric Chatillon. Ancien chef du Groupe Union Défense (GUD), « syndicat » étudiant de l’université Assas (Paris 2), F. Chatillon est aussi un proche de Marine Le Pen et reste très impliqué au sein du Front National.

L’article des InRocKs n’apprend rien à ceux qui connaissent ce dossier sulfureux encore trop méconnue du grand public mais il a le mérite de compiler l’essentiel grâce aux investigations menées en autre par REFLEXes. Nous vous conseillons vivement la lecture de l’article ainsi que (et surtout) les références qui appuient là où ça fait mal pour les fachos. Chatillon, Dieudonné, Alain Soral, ils sont quelques uns à se faire épingler.

Figure de l’extrême droite radicale, défenseur de la Syrie d’Assad et proche de Dieudonné, Frédéric Chatillon a joué un rôle majeur dans la campagne historique du Front national.

Les toutes petites lignes des tracts sont parfois aussi intéressantes que les slogans. Sur les dépliants du Front national distribués en cette période d’élection présidentielle, un numéro, en bas à droite. Ce numéro RCS (Paris B 400 363 198), qui identifie officiellement une entreprise, renvoie à une agence de communication. Pour tous les autres partis, ce numéro de société est celui d’une imprimerie (l’Imprimerie de Compiègne pour l’UMP par exemple)…

Publicités

[Rue89] L’extrême droite en France

Nous vous renvoyons vers un article de rue89 sur l’extrême droite. L’article manque d’analyse comme bien souvent avec le traitement médiatique de l’extrême droite malheureusement… Pour autant voici un petit panorama de l’extrême droite radicale hexagonale qui vaut bien une citation sur notre blog. Au passage , nous nous interrogeons sur le titre qui sous-entendrait que le Front National n’est pas à l’extrême droite. Soit le FN a réussi sa dé-diabolisation auprès des auteurs de l’article soit on est paranoïaque…

L’extrême droite en France, toujours dans l’ombre du Front National

Depuis qu’elle en a pris la tête en janvier 2011, Marine Le Pen a procédé à des purges au sein du Front national pour dédiaboliser le Parti. Ces militants radicaux créent ou rejoignent depuis de multiples groupuscules. Pétainistes, identitaires ou nationalistes-révoluionnaires, ces mouvements, déployés dans toute la France, restent liés, de près ou de loin, au FN, terreau de l’extrême droite française.

  1. Paris, carrefour des droites extrêmes
  2. Lyon, le nouveau laboratoire
  3. Nice, patrie du Bloc identitaire
  4. Le Nord, bastion électoral du Front
  5. A l’Ouest, le réveil des Identitaires
  6. A l’Est, rien de nouveau
  7. Au Centre, des concerts néonazis

La suite ici