Dieudonné à Toulouse, piqure de rappel pour le Zénith et Toulouse


Le dimanche 26 novembre Dieudonné va jouer son nouveau spectacle au Zénith de Toulouse. Tandis qu il vient d’être expulsé de la main d’or, sa salle parisienne, la municipalité de Toulouse quant à elle décide de lui ouvre encore les portes et de laisser vociférer sa haine antisémite.

D’autres villes ont refusé son spectacle. En septembre, le maire de Grenoble, a signé un arrêté interdisant son spectacle. A Marseille, le maire a lui aussi interdit sa représentation en le justifiant par le fait qu’une « ville multiculturelle comme Marseille ne peut pas accepter un spectacle qui, au prétexte d’humour, divise, fracture et oppose ».

A l’inverse, la ville de Toulouse lui ouvre grand les bras avec la salle du Zénith.

Sans refaire la liste de tous ses actes et paroles antisémites, sans disséquer la lente transformation de ses spectacles en véritables meetings politiques, nous n’oublions pas qui il est :
– un proche politique d’Alain Soral et Chatillon, de la mouvance d’extrême droite Egalité et Réconciliation
– un proche politique de Faurisson, un historien négationniste qui l’a fait monter sur scène
– un participant à des conférences complotiste

Quelques liens supplémentaires :
http://lahorde.samizdat.net/2014/01/09/dieudonne-un-parcours-politique-coherent/

http://lahorde.samizdat.net/2014/01/03/dieudonne-nest-pas-lami-du-peuple-palestinien/

https://quartierslibres.wordpress.com/2016/09/23/apres-la-quenelle-la-carotte/

Empechons les prochaines venues de Dieudonné à Toulouse !

Publicités

Soutien aux inculpés du rassemblement contre Jour de colère


Le samedi 5 avril 2014 à Toulouse, place du Capitole, un rassemblement de néo nazis a entaché notre ville. Salut nazis, drapeaux ornés de la croix celtique et drap10153770_772978022715021_523747150_neaux français, le ton du rassemblement parle pour lui même. Quelques dizaines de militants d’extrême droite se retrouvent protégés par la police, derrière des barrières, pour laisser vomir leur racisme et leur nostalgie des régimes fascistes. Un peu plus loin ce sont les “Dieudonnistes” qui cherchent à répandre leur antisémitisme et leurs discours réactionnaires et complotistes. Un peu plus loin des néo nazis, car ils ne les assument pas publiquement malgré le fait d’avoir appelé au rassemblement avec eux. Une place du Capitole alors parsemés par l’extrême droite.

Malgré la faiblesse de leur rassemblement et leur provocation constante, la police les protège de la foule en colère et les laisse fanfaronner sur place sans moucher. La foule hostile grandit et grossit le contre rassemblement. Malgré cela la police continue à bloquer l’accès au Capitole, empêchant le déplacement du contre rassemblement pour faire fuir l’extrême droite. La police en profite pour arrêter arbitrairement les personnes qu’elles voient sur son chemin et qui laissent éclater leur colère face à ce spectacle.

Arrestations arbitraires, sans preuve ni motif : 8 inculpés se retrouvent en garde à vue parmi des centaines de manifestants. La plupart passeront en procès au mois de juin avec le chef d’inculpation de « violence sur agent ». Chef d’inculpation standard quand on n’a rien d’autres à se mettre sous la dent.
Dans ce climat d’austérité où l’extrême droite connait une liberté d’expression de plus en plus décomplexé, la police est un des outils d’une répression politique de plus en plus durcie. Police au service de l’Etat et des gouvernants qui protège l’extrême droite face à la gronde populaire.
Et la violence ne s’arrête pas aux mouvements sociaux. Dans les quartiers populaires, on développe les mesures sécuritaires afin de contenir la révolte et la rage. Le durcissement des lois liberticides et la montée de l’extrême droite servent le même objectif: faire taire les mouvements sociaux, leurs revendications et la remise en cause du capitalisme!

TOULOUSE MÉTISSE ET POPULAIRE !
LA SOLIDARITÉ EST NOTRE ARME !
RELAXE POUR LES INCULPES !

Le tract en PDF ici

 

Le lien du pot commun de soutien aux inculpés: https://www.lepotcommun.fr/pot/t7jb2h9h

Notre rage est révolutionnaire ! Leur colère est réactionnaire !


Le 26 janvier dernier, un défilé de fachos a eu lieu en plein Paris sous le nom «jour de colère» et appelé par diverses organisations d’extrême droite, rassemblées sous un même mot d’ordre « hollande dégage » face à un ras-le-bol général soit disant populaire et social. Les voilà, vociférant sur des thèmes divers : armée, fiscalité, famille, identité, liberté d’expression… Populistes au possible, ils et elles tentent ainsi l’ambiguïté pour attirer. Mais leur vrai visage s’affiche rapidement en vomissant en vrac et de façon décomplexée, sexisme, racisme, homophobie, transphobie, islamophobie… Ils entendent se faire passer pour des victimes du système ou des révolutionnaires.

Alors qu’en réalité, il s’agit : de pétainistes, de putschistes, de nostalgiques du « temps béni des colonies », d’intégristes catholiques, de patron.ne.s, d’ opposant.e.s au mariage homo,  d’ hommens, des masculinistes, d’ identitaires, des partisan.e.s de Dieudonné et Soral (soutiens du Front National)
… et de quelques perdu.e.s que ça ne dérange pas de marcher aux côtés des slogans tels que « juifs hors de France », »immigrés dehors », »on t’entends plus chanter Clément Méric », »la France aux français »… Par ailleurs leurs amalgames entre sionisme et juifs ne font que servir les intérêts de l’impérialisme en discréditant les luttes pro-palestiniennes.

Ils se disent victimes de la police et du système mais rappelons que leurs revendications nauséabondes ne sont que le prolongement de la politique française et européenne de ces 20 dernières années : ultralibéralisme, racisme d’état, islamophobie, renforcement du tout sécuritaire, casse des services publics, remise en questions des acquis sociaux…

10153770_772978022715021_523747150_n

De là où nous sommes, pauvres, galérien.e.s, travailleur.euse.s, immigré.e.s, précaires, exploité.e.s, chômeur.euse.s… Cette violence, peut importe le gouvernement en place, nous la vivons chaque jour, elle tient le peuple en laisse. Les « Jour de Colère », derrière leurs revendications paranoïaques, s’agrippent à ce qu’ils veulent conserver : une société basée sur l’oppression des classes les moins privilégiées de la population.

Et donc ils remettent ça en appelant à manifester partout en France le week-end du 5, 6 avril.
Pour Toulouse ils appellent à un rassemblement le 5 avril à 14h30 à Capitole.

Mais y’a pas moyen! Nous ne pouvons laisser ces gens défiler tranquillement dans les rues !

Le pouvoir en place ne sert pas nos intérêts et nous gardons à l’esprit que c’est lui notre principal ennemi. Notre rage est légitime, leur colère est une imposture surfant sur la vague des frustrations en temps de crise. C’est pour ça qu’on ne leur laissera pas la rue. Nous ne défendons aucun parti bourgeois et certainement pas celui dit socialiste qui a favorisé ce climat de haine et de racisme décomplexé ; la gauche « molle » qui réduit l’antifascisme à une lutte de bourgeois de salon qui s’indignent plus qu’ils n’agissent.

Rappelons nos valeurs: anticapitalistes, antisexistes, antifascistes, internationalistes, pour une société égalitaire libérée des classes sociales et du salariat !

Auto défense populaire ! Tout pour tous et toutes ! Pouvoir au peuple !

CONTRE RASSSEMBLEMENT SAMEDI 5 AVRIL 13H

PLACE DU CAPITOLE

Un antisémite de plus vers Toulouse !


Dieudonné: l’antisémitisme s’invite à Toulouse

Le 29 et 30 mai l’humoriste et homme politique Dieudonné donne un spectacle a la salle de spectacle Diagora. Le maire de Montpellier et Perpignan ont récemment fait part de leur volonté de vouloir annuler ce spectacle. Les raisons? Sous couvert d’humour, l’homme politique Dieudonné accumule faits et citations négationnistes et antisémites jusqu’au délire conspirationniste. Et les faits parlent pour lui.


En effet l’humoriste ne s’est pas caché de son amitié avec Faurisson qu’il a même invité à un de ses spectacles. Proche de l’extrême droite et des mouvances néo nazies, Faurisson est un ponte du négationnisme.
Très proche du régime iranien, il multiplie les interventions professorales pour diffuser ses thèses négationnistes et antisémites.Condamné dans des procès pour « incitation a la haine raciale », ce personnage n’est donc pas un invité comme les autres dans ses spectacles. Rajoutant à cela que Dieudonné à demandé à Jean Marie le Pen d’être le parrain de son enfant et qu’il met en scène Kemi Seba, activiste antisémite, on voit bien comment l’humoriste se sert de ses spectacles pour développer un discours politique réactionnaire.


En 2009, le pas a été largement franchi avec la candidature de Dieudonné sur la liste du Parti Anti Sioniste, soutenu par divers groupes d’extrême droite comme Égalité et Réconciliation fondé par Alain Soral (qui rejoint sur de nombreux points les thèses du Front National) ou le Centre Zahra (soutenu et financé par les dictatures syrienne et iranienne). Ses spectacles sont truffés de référenceS antisémites et ses multiples déclarations, toutes plus farfelues les unes que les autres, confirment son idéologie nauséabonde. Ainsi pour l’artiste le mariage pour tous est un «projet sioniste qui vise à diviser les gens»…  Cela pourrait prêter a la dérision si elle ne cachait pas des propos ouvertement antisémites et partisan de la théorie du complot comme lorsqu’il énonce « Les juifs, c’est une secte, une escroquerie. C’est une des plus graves parce que c’est la première. »
En 2011, Dieudonné a également trouvé des soutiens au sein du régime iranien pour financer son prochain film : L’antisémite. Ce rapprochement avec un régime qui massacre ses opposants et interdit toute opposition est logique de la part de quelqu’un qui est prêt à s’allier avec quiconque lutterait contre la domination impérialiste et un soi-disant complot juif.

Contrairement à Dieudonné qui amalgame antisémitisme et anti-sionisme, il faut déjouer cette ambiguïté en rappelant que l’anti-sionisme est un combat antiraciste par nature.

Force est de constater que depuis des années Dieudonné n’est plus qu’un militant d’extrême droite raciste et conspirationniste. Il reste d’autant plus dangereux qu’il bénéficie encore à tort, d’une aura d’homme « subversif ». Nous refusons que, sous couvert de création artistique douteuse, un militant d’extrême droite puisse continuer à répandre sa haine et son idéologie puante.

A Toulouse et ailleurs, pas de place pour le racisme sous toute ses formes !

Pour un antifascisme et un anti-sionisme radical !

Signataires: Alternatifs 31, Alternative libertaire 31, Coup pour coup 31, Confédération nationale du travail 31, OCML-Voie prolétarienne 31, Union antifasciste Toulousaine.

Frederic Chatillon l’imprimeur radical du Front National


L'abbé Laguerie (catho intégriste), Dieudonné, Jean-Marie Le Pen, Frédéric Chatillon en 2008 pour le baptême de la fille de Dieudonné. Source: cliquez sur l'image

Très bon article  des InRocKs pour ceux qui croient encore à la dédiabolisation du Front National. Après avoir jeté un oeil sur la situation toulousaineLaure Siegel signe un article sur Frédéric Chatillon. Ancien chef du Groupe Union Défense (GUD), « syndicat » étudiant de l’université Assas (Paris 2), F. Chatillon est aussi un proche de Marine Le Pen et reste très impliqué au sein du Front National.

L’article des InRocKs n’apprend rien à ceux qui connaissent ce dossier sulfureux encore trop méconnue du grand public mais il a le mérite de compiler l’essentiel grâce aux investigations menées en autre par REFLEXes. Nous vous conseillons vivement la lecture de l’article ainsi que (et surtout) les références qui appuient là où ça fait mal pour les fachos. Chatillon, Dieudonné, Alain Soral, ils sont quelques uns à se faire épingler.

Figure de l’extrême droite radicale, défenseur de la Syrie d’Assad et proche de Dieudonné, Frédéric Chatillon a joué un rôle majeur dans la campagne historique du Front national.

Les toutes petites lignes des tracts sont parfois aussi intéressantes que les slogans. Sur les dépliants du Front national distribués en cette période d’élection présidentielle, un numéro, en bas à droite. Ce numéro RCS (Paris B 400 363 198), qui identifie officiellement une entreprise, renvoie à une agence de communication. Pour tous les autres partis, ce numéro de société est celui d’une imprimerie (l’Imprimerie de Compiègne pour l’UMP par exemple)…

L’extrême droite : mieux la connaître pour mieux la combattre !


La Section Carrément Anti-Le Pen de Paris (SCALP REFLEX) avec la participation du site d’informations antifascistes REFLEXes ont produit une brochure décrivant l’extrême droite francaise sévissant actuellement. Elle se compose d’un rapide historique depuis les années 80, d’un schéma présentant les différents groupes nationalistes ainsi que leurs relations. Un encart est bien entendu réservé à la présentation de la lutte antifasciste.

Extrait

Extrait du schéma de présentation de l’extrême droite française. Cliquez sur l’image pour agrandir.

Vous pouvez dés à présent consulter le texte de la brochure ainsi que le schéma ICI.

L’UAT mettra bientôt à disposition cette brochure en version papier sur Toulouse. La version numérique est disponible dans l’onglet Outils de notre blog.