Jour de honte pour les réac !


Samedi 5 avril, un appel national à un « Jour de colère » était lancé par les réacs de tous bords. Ici à Toulouse, les colériques appelaient à se rassembler place du Capitole à 14h.

Impossible de connaitre l’étendue leur mobilisation. La plupart, toujours prêts à vaillamment répandre la haine sur internet ou dans les urnes ont eu bien du mal à assumer ce 5 avril à Toulouse. On les a vu hésiter, venir au rassemblement faire un tour par politesse puis vite regagner l’anonymat parmi les badauds, certains ne se sont même pas approché. Elle n’avait pas l’air si en colère, cette extrême droite, encore une fois dans une posture… pitoyable et honteuse.

1451456_10202598592139520_8942384101171867244_n
Le vrai visage de jour de colére: quelques néo nazis qui voulaient prendre la pause.

On a ainsi bien pu voir l’échec de ce « front fasciste » avec les quenellistes antisémites qui ne voulaient pas s’associer à des néo-nazis et des identitaires racistes. En effet, il est difficile de rassembler sur le moteur de la haine.

Seulement une vingtaine de manifestant-e-s étaient présent-e-s, derrière des barrières, entouré-e-s d’un autre vingtaine de néo-nazis qui faisaient office de service d’ordre. Pour un mouvement qui se dit global, c’est quand même un peu la honte.

faf3
La solitude des grands jours

Les fachos de  » jours de colère » peuvent avoir honte, mais nous antifascistes, nous pouvons être fier-e-s ! Suite à l’appel de diverses organisations libertaires, maoistes, anti-impérialistes, LGBT et antifascistes toulousaines, nous avons été plus de 250 à crier notre mécontentement quant à la présence de ces fascistes dans la ville rose. Tout ceux qui se reconnaissent dans la lutte contre le fascisme ont reprit la rue à la fois d’une facon dynamiques, combattives  mais aussi communicatives.

Malgré une très forte présence policière qui aura protégé jusqu’au bout le rassemblement colérique, nous avons informé les toulousain-e-s de ce qu’il se passait au Capitole et les Toulousains se sont eux même saisis de la question, en les huant constamment ! Les fachos ont finalement été encerclés et enfermés dans une place vidée par leur propre haine, les passants étant révoltés de les voir.

Malgré l’échec évident du « Jour de colère » et l’ampleur de la contestation antifasciste, la police a continué à protéger les néo nazis qui n’ont pas arrêté de déverser leurs vieux discours. Deux personnes ont été bléssées par la police et cinq personnes ont été mis en garde à vue pour avoir osé contester ce rassemblement.  Un reste encore en garde à vue. On vous donnera des nouvelles dès que nous en saurons plus pour leur procés.

Toulouse est et restera une ville antifasciste. Mais pour cela, il faut que nous restions mobilisés. La lutte continue.

Leur colère est réactionnaire, Notre rage est révolutionnaire!

ob_e48223_antifa-1

Publicités

Violence fasciste, riposte populaire !


 Le mercredi 15 janvier a e423284u lieu, à Toulouse, une manifestation unitaire contre la conférence du groupuscule catholique intégriste CIVITAS. Cette manifestation s’est déroulée dans le calme mais avec la fermeté nécessaire face aux idées nauséabondes de l’extrême droite.

Malheureusement, cette manifestation a été entachée par la présence dans les rues de Toulouse d’une dizaine de fascistes venus dans le seul but d’en découdre avec les manifestants. Après avoir jeté des bouteilles en verre sur les manifestants, ces derniers ont lâchement attaqué un bar populaire d’Arnaud Bernard à coups de chaise alors qu’il n’y avait presque personne dedans. Malgré la forte présence policière autour de la manifestation et dans le quartier d’Arnaud Bernard ce soir là, les néo-nazis ont encore une foi bénéficié de la plus grande impunité dans leur basse « attaque ».

Et cette impunité a été lourde de conséquences dans la mesure où après leur petite ballade, un jeune homme a été violemment agressé ( http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/22/1800574-agresse-marge-defile-contre-manif-tous.html ). Ces événements sont bien évidemment liés et sont le fait d’une extrême droite qui rode dans la ville rose. Les néo-nazis sont chaque fois plus violents comme en témoignent l’assassinat de notre camarade Clément Méric ou la récente attaque à l’arme à feu d’un concert de RUSF à Clermont-Ferrand ( http://www.regards.fr/web/Fusillade-Clermont-Ferrand-a-deux,7409).

Face à cette violence, nous devons nous mobiliser,  Face à ces discours, la lutte est un devoir !

Pas de quartier pour les fascistes, pas de fascistes dans nos quartiers !

Civitas dégage !


rasso

Civitas dégage !

Pas de fascistes dans nos quartiers !

Rassemblement/manifestation mercredi 15 janvier 19h M°Compans

Mercredi 15 janvier, le groupuscule catholique traditionaliste d’extrême droite Civitas organise salle de Barcelone une conférence sur la théorie du genre intitulée : « Théorie du genre l’idéologie qui voulait détruire la création et libérer toutes les perversions humaines ».

Civitas, créée en 1999, milite pour la « rechristianisation » de la France et de l’Europe. L’association se définit comme un mouvement social et politique du « lobby catholique traditionaliste », un « mouvement dont le but est la restauration de la royauté sociale de Notre Seigneur Jésus-Christ ». Ce groupuscule ne cache pas son homophobie, son sexisme et son racisme qu’il a pu démontrer notamment lors des mobilisations contre la loi sur le mariage pour tous aux côtés de la Manif pour Tous , de l’UMP, du FN et de l’ensemble des composantes de l’extrême droite française, mais aussi par sa lutte acharnée contre le droit à l’avortement.

Ce groupuscule a largement participé à l’augmentation des agressions physiques et verbales envers les LGBTI, à la libération de la parole homophobe sexiste et xénophobe.
Tout ceci s’inscrit dans un contexte général : recul du gouvernement français sur la PMA et le droit des personnes trans, remise en cause de l’avortement dans l’État espagnol…

Nous, organisations et individuEs de Toulouse appelons à se rassembler le mercredi 15 janvier à 19h Métro Compans Caffarelli pour dénoncer avec force la tenue de ce meeting LGBTIphobe, sexiste et xénophobe dans une salle municipale et les idées réactionnaires qu’il véhicule !

Premiers signataires : Arc-En-Ciel Toulouse, Act-Up Sud Ouest, CNT 31, Good As You, Grisélidis, HES,STRASS, VP …

Mettons un coup d’arret à l’homophobie !


 L’Union Antifasciste Toulousaine participe au contre rassemblement contre la « manifestation pour tous », organisation homophobe, qui regroupe de multiples militants d’extreme droite.

Ci dessous vous trouverez l’appel élaboré par Act Up Sud Ouest, Alternative Libertaire, CNT, La Licorne Déviante, Nouveau Parti Anticapitaliste, OCML Voie Prolétarienne et l’Union Antifasciste Toulousaine.

Contre rassemblement dimanche 5 mai à 15H30 au  métro Esquirol !

Voilà des mois que nous dénolesbophobençons l’action de groupes réactionnaires contre le projet du mariage pour tous (La Manif pour tous, CIVITAS, les mouvements d’extrême droite et le récent “Printemps Français” entre autres) encouragée par des responsables de partis politiques (UMP, FN, Démocratie Chrétienne). Force est de constater que les agressions et les insultes homophobes, lesbophobes, biphobes et transphobes se multiplient établissant un climat de peur et de haine que chacun-e d’entre nous ressent et subit q…uotidiennement. Contre les intimidations et les agressions, ne nous laissons pas faire !De plus, les hésitations et certains silences du gouvernement en place contribuent à légitimiser ces actes de violences. C’est désormais à chacun-e d’entre nous de se mobiliser. Et se mobiliser ensemble. Nous refusons clairement l’ordre moral hétérosexiste caractérisé notamment par le maintien de la “famille traditionnelle” et patriarcale, et la revendication assumée de positions et agressions homophobes aussi inacceptables que révoltantes.Nous, organisations et individu-es de Haute-Garonne, réaffirmons que l’égalité des droits n’est pas discutable. Quoi que nous pensions de l’institution du mariage, elle ne doit pas dépendre de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre des individu-e-s. L’égalité des droits ne règlera pas du jour au lendemain la question de l’oppression des Lesbiennes-Gays-Bi-Trans, soumis quotidiennement à des violences physiques et morales, mais la suppression des discriminations institutionnelles est un début. En tant qu’organisations luttant contre toutes les formes d’oppressions, nous ne tolérons pas l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie et la transphobie ambiantes.ParcE quE l’égalité dEs droits Pour toutEs Et tous n’Est Pas négociablE, il est intolérable que des responsables politiques appellent à la violence et que des mouvements d’extrême droite défilent tranquillement dans la rue pour exprimer leur haine et leur dégoût des trans, pédés, bi-e-s, gouines. Nous ne laisserons plus les opposant-e-s au mariage pour tous, porter atteinte à nos libertés, nos corps, nos vies, nos désirs, nos identités, nos amours, sans opposition radicale, sans manifester notre colère, sans riposter tant qu’il le faudra.

Contre l’homophobie, la lesbophobie, la biphobie, la transphobie, riposte radicale !

Résumé de la manif homophobe du 17


Samedi 17 novembre 2012 a eu lieu à Toulouse, une manifestation contre le mariage et l’adoption par les couples homosexuels.

Organisé par le collectif « La Manif Pour Tous », collectif fantôme réunissant des militants et des sympathisants de droite et d’extrême-droite, cette manifestation avait pour but de dénoncer l’égalité des droits pour tous et toutes ainsi que « l’homo-folie ».
Pour policer leurs discours et le caractère violent de leurs propos homophobes et sexistes; les organisateurs ont décidé d’appeler à une manifestation « familiale, apolitique et aconfessionnel ».

Sur la place Esquirol cette mise en scène hypocrite a été orchestrée au millimètres près: Ballons blancs et bleus, refus des signes d’appartenances à la droite et à l’extrême droite… Mais cela n’a trompé personne. Ainsi, dans ce cortège, Jeunesses Nationalistes, Nationalistes Autonomes côtoient les anciens militants de l’UNI et de SOS-Tout-petits ainsi que d’autres nervis bien connus de l’extrême droite toulousaine*.

Elle s est d’ailleurs illustrée par des saluts nazis (cf l’article de la dépêche liée ) et des messages haineux dans nos rues avec des slogans tels que « La France aux français ».

Depuis des mois, ces militants font planer un discours inacceptable sur Toulouse et ailleurs. Que cela soit avec des arguments légalistes complètement absurdes : « le code civil ne peut être modifié » ou des arguments directement homophobes et sexistes : « un homosexuel est inapte à élever des enfants », « l’équilibre d’un enfant est un  papa et une maman », ces propos sont inacceptables tant pour les familles homo-parentales que pour les couples homosexuels.

Face à cela nous devions répondre avec force ! L’union antifasciste toulousaine a alors décidé d’appeler collectivement à un contre rassemblement pour empêcher le défilé de la droite et l’extrême droite à Toulouse. Largement protégé par les forces de l’ordre, au service du gouvernement du parti socialiste, les manifestants intégristes ont commencé leur parcours.

Après s’être rassemblé place Esquirol, les 500 contre-manifestants présents ont décidé d’aller place du Capitole pour leur opposer une résistance populaire et empêcher les militants de droite et  d’extrême droite de pouvoir finir leur manifestation au coeur de Toulouse.

C’est alors que, rejoins par la manifestation contre toutes les expulsions du CREA, nous avons toutes et tous bloqué leurs accès à la place du Capitole. Et c’est à l’unissons que nous avons refusé de leur laisser la place. La manifestation des extrémistes n’a pu avancer que grâce au soutien des forces de l’ordre ( présente en force ce jour là )  qui ont gazé, matraqué et menacé par des tirs de flash ball les contre – manifestants.

Tout cet arsenal répressif fut mis en place seulement pour repousser l’ensemble d’une contre manifestation pacifique. Dans un élan de violence de la part des forces de l’ordre, un jeune homme a eu une côté cassée et ceux ci ont refusé son évacuation pour ne pas perturber l’avancée de la manifestation des extrémistes. Un tel déploiement d’hommes et de forces est ahurissant et répond à une seule exigence : désamorcer toute contestation en la faisant systématiquement passer pour dangereuse. Nous voyons bien ici, que cela soit de Sarkozy ou de Hollande, que la logique reste la même: nous faire taire et maintenir la paix sociale à tout prix malgré la contestation.

Cependant, malgré les violences policières nous sommes parvenus à empêcher les manifestants anti-égalité de rejoindre  le Capitole . La manifestation n’a pas pu finir au capitole que grâce à l’opposition et au rassemblement de toutes et tous. Pour poursuivre nos luttes, pour soutenir toutes celles et ceux qui sont victimes de l’appareil répressif, il est plus que temps de se réunir et de s organiser afin de résister à la répression qui s abat sur nous. La journée du 17 novembre est représentatif et pour nous le combat reste  entier.

Ne nous y trompons pas la droite réactionnaire alliée à l’extrême droite fasciste et ultra violente ( cf  manifestation Civitas le 18 novembre à Paris ) ne s’arrêtera pas là ! L’Union Antifasciste Toulousaine reste vigilante et prête à se mobiliser pour contrer et lutter contre les homophobes de tous bords !

*prochain article plus détaillé à venir