Communiqué du comité de soutien à Léo

Lundi 29 mars, Léo, professeur des écoles et militant à la CGT Educ’Action 31, passera en procès à Toulouse, à la suite d’une plainte émise par le Rassemblement National.

Il est poursuivi pour des « violences » qui auraient été commises lors d’une distribution de tract du RN en février 2020, sur un marché populaire de Toulouse, dans le cadre de la campagne municipale. Ce jour-là, plusieurs citoyen.ne.s ont exprimé leur refus des idées racistes, sexistes et homophobes en scandant des slogans anti-fascistes. Léo était de ceux et celles là.
Alors que ce sont les militant.es du RN qui se sont montré.e.s agressif.ve.s, menaçant les personnes présentes et les insultant, c’est notre camarade et ses convictions antifascistes qui se retrouvent sur le banc des accusé.e.s !
Connu pour son engagement militant dans les mouvements de l’éducation nationale et contre la réforme des retraites, Léo est aujourd’hui la cible d’une répression politique inacceptable. Donnant foi au discours victimaire du Rassemblement National, ce procès montre la volonté de faire taire un militant syndical, et avec lui toute contestation sociale, par le biais de lourdes procédures judiciaires.


Nous, organisations syndicales et politiques, associations, militantes et militants, dénonçons cette répression et toute tentative d’intimidation. Nous exigeons l’arrêt total et immédiat de toutes les poursuites.

Militer n’est pas un crime !


Nous soutenons notre camarade Léo et appelons à un rassemblement devant le TGI de Toulouse (Métro Palais de Justice) le lundi 29 mars à 12h puis à 17h00 si le procès n’est pas terminé. (Le comité de soutien sera présent toute l’après-midi.)
D’ores et déjà, vous pouvez apporter votre soutien financier en participant à la cagnotte en ligne :
https://link.infini.fr/leo


le comité de soutien à Léo composé des gardé.e.s à vue du 21 septembre 2020
Soutenu par :
CGT Educ’Action 31, SUD Education 31, CNT SSE 31, FNEC FP FO 31, Assemblée féministe toutes en grève, Attac 31, CGT CHU Toulouse, CGT-SELA 31, CGT TAS Toulouse, CIP-MP, DAL 31, Ensemble 31, groupe Libertad de la Fédération Anarchiste, LFI 31, NPA 31, PCOF 31, POI 31, Secours rouge Toulouse, SLCBA CGT 31, Solidaires 31,SUD CT 31, SUD culture 31, SUD Santé sociaux 31, Sundep Solidaires 31, Toulouse en lutte, UAT, UD CNT 31, UET, UL CGT Mirail, UCL Toulouse et alentours


Lettre ouverte à monsieur Gasc, maire de Quint-Fonsegrives

4/09/2020

Monsieur le maire,
   jeudi 27 août nous avons appris qu’à la suite d’une série de tags nazis vous envisagiez d’installer des caméras de vidéo-surveillance dans votre commune. Face à une telle logique nous, militant.e.s antifascistes, ne pouvons qu’être surpris.e.s.

   La volonté de mettre en place un réseau de caméra-surveillance figurait déjà dans votre programme écrit pour les élections municipales. Sans qu’elle soit liée à une quelconque volonté de lutte contre le nazisme. On peut donc en déduire que, comme le dit l’adage, « l’occasion fait le larron » et que la réponse n’est pas en lien avec le délit mais l’occasion d’imposer un système de surveillance généralisée. Manipuler des volontés louables (lutter contre les agressions de rue, lutter contre le fascisme) pour restreindre nos libertés est un non sens.

   Mais si votre volonté est réellement de lutter contre le nazisme et les idéologies racistes, nous sommes obligé.e.s de vous dire que la vidéosurveillance n’est en rien une solution et qu’elle fait au contraire parti du problème.
En réponse vous pourriez par exemple encourager l’expression citoyenne, et laisser les gens recouvrir ces tags nazis. Ou bien ouvrir vos espaces publics à des conférences ou des ateliers sur les dangers de l extrême-droite. Car ces tags ne sont pas une simple question de dégradation mais bien un acte politique, l’expression d’une haine de l’autre qui devrait être combattu avec force mais surtout collectivement.

Bien que nous ne sommes pas sur votre commune et que nous ne voulons pas parler au nom des habitant.e.s, nous pensons néanmoins que la lutte antifasciste mérite d’avoir une véritable scène et espace politique et de ne pas être une excuse ou une caution pour banaliser les restrictions de libertés ou servir d’outil aux armes d’une fausse insécurité.

En espérant que notre intervention vous face comprendre en quoi vous
vous fourvoyez.

Salutation antifasciste.

S’organiser – podcast vidéo #5

S’organiser peut sembler être la partie la plus contraignante du militantisme, mais c’est pourtant à la base même de nos actions et de nos décisions. Il y a plusieurs façons de s’organiser, et pour différents buts.

A l’U.A.T on considère l’antifascisme comme une lutte sur le long terme, et l’ouverture du local Au Chat Noir nous a permis de nous ancrer dans la ville de Toulouse plus durablement.

Mise à jour du podcast : concernant le local, à l’époque, l’A.L et la C.G.A ne s’étaient pas encore unifiées en l’U.C.L. La B.A.F nous a rejoint peu après, puis la F.A.

Les précédents épisodes sont disponibles sur Yiny.org. Il s’agit d’une instance peertube dédiée à la culture punk et libertaire. Merci au collectif de nous accueillir et n’hésitez pas à aller faire un tour dessus car il y à pleins de trucs cool à voir ! 🙂