Une rentrée antifasciste réussie !


L’Union Antifasciste Toulousaine se félicite du succès des évènements antifascistes de cette rentrée 2016.

Le jeudi 15 septembre, nous nous retrouvions comme à notre habitude printanière, dans les rues, en cortèges, pour tenter de faire reculer ce gouvernement contre la loi travail. L’heure est maintenant aux bilans et au redéploiement de nos forces révolutionnaires.

Le samedi 17 septembre, alors que dans un coin de nos têtes nous avions des pensées chaleureuses et solidaires pour les camarades antifascistes grec.que.s 3 ans après l’assassinat du rappeur antifasciste Pavlos Fyssas, a eu lieu une journée autour de « Confusionnisme et théorie du complot ».

img_1558
Yannis Youlountas, anarchiste et antifasciste franco-grec, réalisateur de « Ne vivons plus comme des esclaves » et « Je lutte donc je suis » a animé deux temps de présentation : une formation militante et une conférence publique.

La formation à destination des militant.e.s antifascistes et révolutionnaires a rassemblé quelques dizaines de personnes l’après-midi pour permettre d’aborder le sujet et de soulever des interrogations au regard de nos expériences de lutte et d’alternatives. Pour l’UAT, l’idée était de participer à mettre en place des actions et un travail d’autoformation afin de se doter d’arguments, d’outils et de méthodes de lutte contre le confusionnisme.
img_1554
La conférence publique a, elle, réuni plus de 120 personnes, toujours à la Chapelle, lieu tout à fait adapté pour ce genre d’événements et ancré dans des pratiques autogestionnaires et collectives. Yannis a présenté le confusionnisme comme étant une méthode politique, utilisée par les réseaux traditionnels de l’extrême-droite mais pas seulement. Les théories du complot agissent elles comme des vecteurs de cette méthode, elles permettent de la distiller au sein de la population. Une bonne partie de la conférence (il manque malheureusement la fin) sera bientôt disponible sur notre site.

Nous avons agréablement fini la soirée autour des tables de presse et du bar, l’occasion de poursuivre ces moments d’échanges et de rencontres.

Le 25 septembre nous nous sommes retrouvés pour adresser notre solidarité et notre rage aux camarades finlandais après que Jimi Joonas Karttunen a été tabassé à mort par des militants d’extrême-droite ce 16 septembre 2016.


Au mois d’octobre, nous organisions la 5ème édition du festival antifasciste de Toulouse avec les copain.ine.s de Kartier libre.
Un before à l’Internazionale (le 8 octobre) pour se retrouver autour des platines de DJ Lad, du rap queer et féministe de Grace & Volupté Van Van puis des « +Guest », une bonne centaine de personnes dans la soirée. Bien cool !
Un peu de cinéma le jeudi, avec la projection de État de siège, un film du chouette réalisateur Costa Gavras, à la Chapelle. Quand les Tupamaros font face à leurs ennemis répressifs. Une trentaine de personnes.
Arrive le week end, concert du vendredi soir avec Zompa Family, Lard & Action et Les Cock’S où 120 personnes, dont beaucoup de nouvelles têtes, viendront danser et s’agiter. dsc_0036
Le samedi, une trentaine de personnes ont participé à la conférence « Extrême-droite et antifascisme » animée par la Horde. L’occasion, une fois encore, de prendre le temps du savoir : qu’est-ce que l’extrême-droite, comment est-elle organisée, quels sont ses pilliers, ses fondamentaux et quelles familles la composent, quelle est son histoire. Dans un second temps nous avons parlé de l’antifascisme, en distinguant l’antifascisme républicain de l’antifascisme autonome (ou radical) et de présenter une histoire récente de notre mouvement. Là aussi nous avons enregistré la conférence, que vous pourrez retrouver prochainement en écoute sur notre site.
Samedi soir soirée punk avec Punk Haine Roll, Arkada Social et Schlag : plus de 110 personnes.
Les fonds récoltés servent à l’autofinancement de la lutte antifasciste et l’activité de notre organisation.

On vous remercie d’ailleurs toutes et tous, ainsi que les groupes qui ont joué pour le festival et les orgas qui sont venues ! Belle expérience !

flou-dc


Et maintenant ? Et bien si nous en sommes « à l’heure où les monstres rôdent », il va falloir se battre pour empêcher leur machine autoritaire et raciste de s’imposer comme unique modèle idéologique. Autant vous dire qu’on se voit bientôt en manif !

On s’est d’ailleurs vu ce samedi 5 novembre : nous appelions à se rassembler contre le Front national et la mascarade électorale.
Une centaine de personnes ont répondu présent.e.s, sous la pluie. Niveau banderoles : « Toulouse métisse et populaire » et « Contre le Front National et le Capital : Résistances ».

p1020257Nous sommes partis en manifestation en direction de la salle Barcelone, salle municipale qui a accueilli le meeting départemental. Le meeting était bien protégé, pas par le DPS mais par la police nationale et nous avons fait face à un important cordon de la BAC et d’uniformes bleu marine.

flou-manif-3

Nous avons décidé de rebrousser chemin, cette fois, pour aller faire entendre nos voix et montrer que les rues sont nôtres et qu’à Toulouse, comme à Marseille où ailleurs, le Front national n’est pas le bienvenu, ni ses idées, ni le vieux monde qui le précède ! Prise de parole publique à Jeanne d’Arc, dispersion groupée, pas d’arrestations.

Toulouse métisse et populaire !

Publicités

Projection/ Discussion Jeudi 2/06


2016.06.02 projection une vie de lutte V01internetL’Union Antifasciste Toulousaine vous invite après la manifestation en hommage à Clément et aux victimes du fascisme à une projection/discussion qui aura lieu à la Chapelle, 36 rue danielle casanova, toulouse, à partir de 21h ce jeudi 2 juin 2016.

Le documentaire « Une vie de lutte » a été réalisé suite à l’assassinat de notre ami Clément. C’est un groupe d’antifascistes berlinois (NEA) qui ont pris cette initiative. Ils sont allés à la rencontre des membres de l’AFA Paris-Banlieue ainsi que d’autres antifascistes afin de revenir sur la mort de notre ami, les mouvements d’extrême-droite et les ripostes antifascistes dans la capitale.

L’occasion pour nous de nous et vous retrouver après la manifestation et de poursuivre nos luttes, au delà de la commémoration.

Contre le FN ce samedi 7 mai


Ce samedi  7 mai à 11H30 le front national organise un rassemblement à la mémoire de jeanne d’arc

Pendant que nous luttons quotidiennement pour reprendre la rue et s’opposer à la fin du code du travail ils voudraient tenter une sortie. Leur prétexte : commémorer l’héroïne d’une guerre civile opposant les intérêts de plusieurs factions d’aristos est bien représentatif de leurs idées. Bloqué dans une lecture nationaliste de l’histoire oubliant que celle-ci s’est déroulée dans le  mépris  des classes dominées, ils voudraient se faire passer pour une opposition populaire à l’UMP et au PS. Pourtant tout dans leur programme n’est que destruction de nos droits  et exclusion.

Ne laissons pas d’autres ennemis se  développer pendant notre lutte contre le libéralisme.
Rappelons-leur que Toulouse déteste le racisme, la xénophobie et l’homophobie.
Toulouse est et restera une ville antifasciste.

NON au FN, ni a Toulouse ni ailleurs !

Rendez vous à  11h place Arnaud Bernard pour un contre rassemblement.

Cantine populaire


Lancée dans les années 1870, la cantine populaire est un appel aux ouvriers pour la création d’un restaurant coopératif ouvrier. Lors du siège de la Commune de Paris, ces cantines permettent de soutenir les familles les plus modestes et prennent un véritable essor comme structure de solidarité dans les luttes. Véritable lieu de rencontre et de débat, les cantines populaires sont alors un lieu de rencontre à part entiére de la classe ouvriere comme le deviendront plus tard les bourses du travail.Affiche Cantine Pop bleu foncé

Depuis ce temps, ce mode de restauration n’a cessé de vivre pour permettre d’offrir à tous et toutes un mode de restauration convivial et peu cher. Il permet ainsi de proposer un lieu de solidarité et d’égalité quelque soit la situation sociale (travailleurs précaires, chômeurs, sans papiers) ou les choix alimentaires de chacun.

Ouvert à toutes et tous, l’esprit de cette cantine est de permettre de se rencontrer pour débattre des luttes à venir et de cuisiner pour créer l’échange.

Nous invitons toutes les personnes intéressées à venir se réunir et s’entraider lors de ce repas solidaire qui proposera des plats différents respectueux des convictions politiques et religieuses de chacune et chacun.

Entrée + Plat ou Plat + Dessert 5€
Entrée + Plat + Dessert 7€

Repas sans viande ou avec viande hallal

Contre la violence d’Etat


Graff fait à l'arsenal le 30/10/2015

   Dans la nuit du samedi 25 au dimanche 26 octobre 2014, Rémi Fraisse décédait suite à l’explosion d’une grenade offensive lancée par la gendarmerie. Un an plus tard, on ne peut que constater que les autorités ont tout fait pour se déresponsabiliser de cette affaire et ce malgré les preuves accablantes. On se doute bien de comment tout ça va finir : enquête très longue, rapport bidon, relaxe et même félicitations pour les meurtriers (comme pour Zyed et Bouna au mois de mai dernier). La justice ne condamnera jamais les flics : les premiers autant que les seconds sont là pour maintenir « l’ordre public ».

  Diverses actions ont eu lieu dans toute la France. A Toulouse le pouvoir à encore voulu jouer les gros bras, plus d’une dizaine de camions de CRS et quelques fouilles pour encadrer un rassemblement d’hommage. Cela n’atteint pas le niveau de cynisme de la préfecture qui propose à la famille d’aller sur le lieu de la mort de Rémi encadrée par un groupe de gendarmes mobiles, parmis lesquels pourrait se trouver l’assassin de leur fils!

une banderole lâchée au métro Jean Jaurès

une banderole lâchée au métro Jean Jaurès

Face à l’état, sa justice et ses flics, on continue le combat!
Nous n’oublierons pas Rémi et toutes les autres victimes de la répression policière!

Solidarité avec les Kurdes en lutte


DSCN4551  Jeudi dernier nous avons collé des banderoles en soutien aux révolutionnaires Kurdes.
Si ce geste peut sembler un peu faible face à la violence qui s’abat sur eux, nous nous devons de rappeler leur situation et le rôle que tient l’occident dans la répression des populations Kurdes.
Depuis l’engouement médiatique pour les résistants de Kobané la situation ne s’est pas amélioré pour le peuple Kurde. Si l’YPG (branche armé Kurde défendant le nord Syrie) réussit à tenir en échec et même à progresser face aux fascistes de l’État Islamique la répression Turque devient de plus en plus violente.
Le gouvernement Truc qui a longtemps aidé l’E.I face aux Kurdes a franchi un pas dans la répression. Ainsi depuis plus de 2 semaines la Turquie a attaqué dans un même temps les forces révolutionnaire sur son sol par de grandes arrestation de masse, a tué des manifestants, et a bombardé les territoires du Kurdistan Irakien et du Kurdistan Syrien.
Les forces occidentales ont leur mot à dire dans les engagements militaire Turcs car celles-ci appartiennent à l’OTAN. Mais finalement, la Turquie a rejoint les États-Unis dans leur offensive contre les Islamistes, à la condition que la Maison Blanche ne s’oppose pas à l’attaque des  territoires autonomesDSCN4547 liste Kurdes par l’armée Kurde. Et pendant ce temps les  combattants de la liberté  sont redevenus des  terroristes pour les médias.
Les révolutionnaires Kurdes se  retrouvent pris  entre le  fascisme de l’E.I et  la  répression des pays   capitalistes.

 

Contre le fascisme et le capital, vive la révolution mondiale !

p.s: pour plus d’informations le site de Secours Rouge est réguliérement mis à jour et offre un rapide rappel de la situation  http://www.secoursrouge.org/Notes-sur-le-Kurdistan

Le 1er mai est et restera antifasciste.


Vendredi premier mai, journée internationale des travailleuses et des travailleurs, l’Union Antifasciste Toulousaine et ses camarades étaient dans les rues de Toulouse.

       S’il est besoin de le rappeler, le fascisme et le capitalisme étant intimement liés, nous sommes anticapitalistes. Pour cette raison, nous avons défilé en solidarité avec tous les exploité-e-s, en France, et dans le reste du monde.

      Nous avons appris il y a quelques jours que l’extrême droite nationaliste avait prévu de se rassembler sous la statue de Jeanne d’Arc, à Toulouse. Nous ne pouvions pas accepter une seule seconde de fermer les yeux sur leur rassemblement pétainiste. Surtout 20 ans après le meurtre de Brahim Bouarram, jeté dans la Seine à proximité du rassemblement du FN à Paris.

      Suite au traditionnel défilé du premier mai, nous avons rejoint le lieu de la commémoration nationaliste, à une cinquantaine, sous la bruine et au milieu des fleuristes. Afin de ne pas laisser la place Jeanne d’Arc aux fascistes.

Ceux-ci étaient déjà en partie sur place, attendant au Clocher de Rodez, hotel-restaurant leur servant de base arrière.

( se référer à : http://fafwatchmp.noblogs.org/ces-lieux-qui-puent/le-clocher-de-rodez/ )

La police, encore une fois complaisante avec l’extrême droite, nous a alors demandé de partir car le rassemblement fasciste était déposé. Il semblerait que l’incitation à la haine raciale soit légale en France si elle est déclarée 3 jours ouvrables à l’avance.

Après avoir été repoussé, nous avons pris place de l’autre côté de la route afin d’expliquer aux passants ce qui était en train de se passer.

261728IMG20150501125640

 1h30 de patience plus tard, le rassemblement pour Jeanne d’Arc a finalement été annulé grâce à notre présence.

Qu’ils le sachent, nous ne laisserons jamais Toulouse aux nationalistes. Toulouse est, et restera antifasciste.

Le racisme a une adresse


Selon les médias, mardi 14 avril, un commando cagoulé a effectué une expulsion illégale.

Non, ce n’est pas un énième squat viré par la police. Ils n’étaient qu’une grosse dizaine, sans armes et pour toute cagoule, des masques blancs. La cible : un local de l’UMP, viré en soutien aux migrants de Calais.

Mardi après-midi devant le siège de l'UMP 31./DDM, Michel Labonne.

Voici leur texte de revendication trouvé sur iaata (https://iaata.info/L-UMP-EXPULSE-EXPULSONS-L-UMP-664.html):

« L’UMP de Calais expulse !

Expulsons l’UMP !

En France, comme partout ailleurs, des milliers de migrantes et de migrants font les frais de la guerre aux pauvres, engagée par les Etats, et désormais par l´Europe. Obligées de quitter leur pays -bien souvent à cause de désordres occasionnés par l´avidité des puissances occidentales- ces personnes se retrouvent traquées par la police, mises en danger de mort lorsqu´elles tentent de passer une frontière, et méprisées par toutes les admnistrations. Tandis que cette situation s´aggrave, certains et certaines considèrent que toutes les vies ne se valent pas : cela leur permet de fuir leurs responsabilités. Nous crions l´inverse : personne n´est illégal, bienvenue à toutes et à tous les réfugié-e-s.

A Calais, la mairie UMP cherche à profiter de manière obscène de cet état de fait. Elle n´a de cesse de favoriser le racisme vis à vis des migrantes et des migrants, quand elle n´envoie pas tout bonnement ses employés municipaux faire le sale boulot d´expulsion généralement réservé aux flics. Ce parti nauséabond tente de creuser la fracture entre différentes populations, en fonction de leur couleur de peau, de leur langage ou de leur pays d’origine.

Nous ciblons aujourd’hui ce repère de réactionnaires : si les flics n’ont même pas eu à expulser manu militari cette fois-ci, la pression exercée sur les sans-papiers reste tout autant inadmissible. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il serait absurde de pointer un parti politique comme seul responsable. En effet, la préfecture “socialiste” du Pas-de-Calais n’est pas en reste quand il s’agit d’envoyer ses sbires en uniforme terroriser les migrantes et les migrants. Nous n’attendons rien des politiques, qui ne trouvent pas mieux à faire que de dresser les unes et les uns contre les autres. Nous considérons en revanche que la solidarité entre celles et ceux qui subissent la violence de l’Etat est la seule réponse adéquate face à leur cynisme.

Nous attaquerons les responsables et les structures qui cautionnent de tels méfaits.

Nous continuerons à combattre le racisme, où qu’il se trouve.

A bas les frontières !

Mort aux Etats et aux nations ! »

Que les médias osent parler de saccage montre à quel point l’intolérance grandit vis à vis des actions, quelles qu’elles soient. Celle qui a lieu ce jour-là, qualifiée par bon nombre d’entre nous de symbolique et non violente, est criminalisée sans aucune hésitation…

Bravo aux camarades qui ont menés cette action !

 

Solidarité avec toutes celles et tous ceux qui subissent les frontières.

Solidarité avec ceux qui tentent de les abattre.

Solidarité avec les camarades de Paris


flouJeudi soir, un rassemblement spontané a été organisé à la mémoire de Clément par ses camarades, amis et tous ceux et celles qui combattent le fascisme. Nous étions prés de 800 toulousains à manifester, avec émotion, dans la rue pour rappeler que la lutte antifasciste doit être un combat quotidien et affirmer notre solidarité. Notre tristesse ne nous arrêtera pas.

Et ci après un très bon article de carrée d’info: juste ici

Ci dessous notre communiqué :

Nous, l’Union Antifasciste Toulousaine, avons appris le décès d’un camarade antifasciste mercredi soir. Nos mains sont restés liées par la tristesse mais nous nous devions de communiquer pour que nos idées et notre combat ne soit pas oublié. Ce mercredi 5 juin 2013 l extrême droite a montré son vrai visage.
De la manifestation pour tous au front national, l’extrême droite et la droite sont coupable de cet assassinat. Et la plupart, par leurs inactions et en laissant l’extrême droite en toute impunité, en sont aussi responsable. Depuis des années, nous voyons notre combat minimisé et isolé par des organisations de droite comme de gauche. Guerre des extrêmes, indifférence ou « lutte secondaire » les raisons sont multiples. Mais depuis hier certaines organisations en profitent de façon sordide. Notre tristesse ne nous fera pas courir les médias. Notre tristesse décuplera notre colère et notre rage. Et elle fera de notre manifestation de samedi une journée de commémoration et de lutte en la mémoire de notre camarade.
Enfin nos pensées vont à sa famille et à ses camarades parisiens. Qu’ils soient assurés que sa mémoire rendra notre lutte encore plus belle et plus forte. Il sera le symbole d’une génération sacrifiée par un capitalisme outrancier qui sert les intérêts de l extrême droite depuis toujours. Il n’y aura pas de vains mots, ni oubli, ni pardon. La solidarité sera notre meilleure arme et nous espérons que les antifascistes inculpés de paris banlieue trouveront les fonds nécessaires pour continuer leurs luttes!

Ni oubli, ni pardon !
Dans la rue, dans l’action, les antifascistes seront toujours là !


Solidarité avec l’Action antifasciste paris banlieue !

tract clement image

La manif passe: les fachos dégoupillent et vacillent


lepsroupille

Photo copyright sharedwanderlust, Licence CC

Samedi 19 janvier 2013 à Toulouse, entre 6 000 et 8 000 manifestants ont défilé pour l’égalité des droits et l’accès au Mariage et à la Procréation médicalement assistée (PMA) pour toutes et tous. Cette manifestation a été une démonstration de force dans la plupart des villes de France pour contrer l’offensive des homophobes qui ont défilé à Paris le 13 janvier 2013.  Depuis quelques mois on assiste à une montée de l’homophobie et du patriarcat dans les rues et dans les discours. Et parce que le combat antifasciste ne peut être séparé de la lutte contre les discours réactionnaires, l’Union Antifasciste Toulousaine combat les individus et organisations propageant ces discours de haine.

Réunis dans le cortège radical et derrière le mot d’ordre de la banderole  « le ps roupille, les fachos dégoupillent, riposte trans pd gouines », nous étions nombreux et nombreuses à défiler de façon unitaire pour l’égalité des droits.

Lors de ce défilé festif et unitaire, des militants d’extrême droite ont tenté en vain de saboter son bon déroulement à plusieurs reprises. Par exemple, rue Alsace Lorraine, perché sur un échafaudage, plusieurs militants à la fois des Jeunesses Nationalistes (JN), des Nationalistes Autonomes (NA) et du Bloc Identitaire (BI) ont violemment provoqué le défilé.

Alexandre, Victor et Laura en finesse.

Alexandre, Victor et Laura en finesse.

Pour se donner en spectacle et propager leurs haines, ces militants ont brûlé un drapeau Arc en ciel au dessus de la tête des manifestants, scandé des slogans homophobes et lancé des fumigènes. La réaction des manifestants ne s’est pas fait attendre. D’abord par des slogans pour couvrir les provocations lancées au mégaphone par les fachos puis plusieurs personnes montèrent sur l’échafaudage pour faire cesser l’odieux spectacle.

La plupart des fachos ont pris aussitôt la fuite laissant derrière eux 4 de leur copains : Victor Lenta (ex du Bloc Identitaire toulousain en difficulté qu’il quitta par opportunisme pour monter les JN Toulouse), Laura Lussaud (cadre nationale des JN) et Alexandre Cathala (militant au NA) et un 4ème encore non-identifié. La retraite étant alors impossible pour nos 4 abandonnés, ils ont tenté, comme à leur habitude, la méthode violente. Mais problème pour Victor et ses amis,  les manifestants les prirent à leur propre jeu.

la fuite impossible, Alexandre et Victor se calment rapidement.

la fuite impossible, Alexandre et Victor se calment rapidement.

La police est arrivée rapidement pour sauver la fine équipe avec complaisance. Police qui, avec son sens de la mesure, a gazé et frappé les manifestants pacifistes, et les nombreux passants, pour protéger les homophobes. Une tentative d’interpellation a même eu lieu. Après cette épreuve de force, la police n’a pas, non plus, hésité à réaliser des contrôles d’identités douteux. Du grand spectacle policier, comme d’habitude lorsqu’il s’agit de réprimer les progressistes et défendre les oppresseurs.

Le défilé repris alors sa route sans problème majeur.  Cet incident est révélateur une fois de plus du climat délétère qu’entretient l’extrême droite toulousaine depuis plus de 2 ans. Cette pitoyable action mort-née des fachos n’est et ne doit pas devenir le symbole de la journée de mobilisation en faveur du mariage pour tous.

L ‘union antifasciste toulousaine se félicite de la réussite de la manifestation et appelle à poursuivre la lutte.

communiqué ici