Communiqué antifasciste sur l’implication locale de l’extrême droite dans le mouvement des Gilets Jaunes

Quoi qu’on pense des gilets jaunes, il nous a paru important de vous en tenir informé.e.s ; en particulier pour ceux et celles qui participent à ce mouvement et qui n’ont sincèrement pas envie qu’il soit récupéré par l’extrême-droite.

Localement, le cas le plus préoccupant est bien celui de Benjamin Cauchy, auto-proclamé leader Toulouse et Haute-Garonne du mouvement Gilets Jaunes. Cadre commercial de Groupama, il est très à l’aise face aux journalistes des grands groupes. Ne nous y trompons pas, c’est un politicien et probablement un militant d’extrême-droite : très actif dans le syndicat UNI étant jeune, il a eu un mandat local pour l’UMP et est désormais un sincère soutien du parti « Debout la France ». D’après une source policière de France 3, il serait en lien avec le groupuscule nationaliste local, l’UCODEL, dont certains de leur membres ont été condamnés pour l’incendie de la mosquée de Colomiers.
Il semble qu’il soit déjà remis en cause sur les barrages. Dans l’intêret d’un mouvement qui veut s’écarter des partis politiques, cela doit continuer, s’intensifier. Que tout le monde prenne bien conscience de sa soif de pouvoir (mal) dissimulée, de sa volonté de diriger ce mouvement.

Nous tenions aussi à vous informer que le petit groupe ayant bloqué vendredi, pendant quelques heures le centre des impôts à Rangueil était majoritairement constitué de militant.e.s identitaires. Ce même mouvement politique qui faisaient le coup de poing à Toulouse il y a quelques années et qui avaient gravement blessé un étudiant chilien.
« Infos Toulouse », qui a couvert leur blocage, est justement le média local de l’extrême-droite, outil de propagande centré sur leur petit milieu, ses idées et ses militant.e.s.
Ces militant.e.s s’impliquent dans le mouvement dans le but notamment de le faire basculer en un mouvement profondément raciste, afin que des milices fascistes s’organisent (comme les pro-barrages de Sivens) et qu’elles soient sous le commandement des leaders d’extrême-droite.

Fort.e.s de ces informations, il en va maintenant de la responsabilité collective de ne pas laisser ce mouvement être récupéré, pollué par l’extrême-droite.

Un article de france 3 sur l’implication du FN et de DLF en Occitanie : https://france3-regions.francetvinfo.fr/…/occitanie-presenc…

Sur Benjamin Cauchy :
https://france3-regions.francetvinfo.fr/…/occitanie-presenc…
https://iaata.info/Gilets-jaunes-Cauchy-bruns-2874.html

Sur l’UCODEL :
https://antiractolosa.noblogs.org/…/2016.04.05-Pas-de-conce…

Publicités

PAS DE CONCERT POUR LES NAZIS

Alors que ce 1er avril 2016, à Marseille et dans 8 autres départements, le Blood&Honour Hexagone vient de subir un coup de filet et 3 de ses membres traînés en justice (pour « association de malfaiteurs, acquisition, détention et cession d’armes en bande organisée et participation à un groupe de combat. »), c’est en toute impunité que les néonazis toulousains semblent pouvoir s’organiser et se développer.

ucodel
Ni les tags racistes et les croix gammées, ni les agressions islamophobes ou antisémites, ni les prières homophobes ou les tentatives de manifestations nationalistes vécues à Toulouse ces derniers temps ne semblent alarmer le pouvoir en place. Et pour cause. Mais ceci est une autre histoire et ce qui nous préoccupe ici et maintenant c’est l’organisation d’un concert néonazi aux portes de notre ville, que nous voulons construire métisse et populaire, contrairement à ceux qui la veulent blanche et bourgeoise.

Les groupes programmés, le public attendu, les organisateurs de ce concert : tout est réuni pour une sacrée fête nazie ce soir là. Alors il est temps de leur gâcher la fête ! Ce dossier veut aussi informer et prévenir largement les habitant.e.s de Toulouse et alentours. Pas pour faire peur, en étant alarmiste, comme le font les socialistes et autres prétendants au trône, mais dans l’idée d’amener à la portée de tou.te.s les informations nécessaires. Afin d’organiser la résistance et de construire l’autodéfense et la solidarité que nécessite une telle situation.

Le lien vers ce dossier trés complet et intéressant se trouve ici ou directement sur ce site:  https://antiractolosa.noblogs.org/

Moudenc et la résistance…

Le 19 août a eu lieu une commémoration de la libération de Toulouse.

   Jean-Luc Moudenc, maire de Toulouse, a eu le mauvais goût de déclarer «71 après, la Résistance vit encore, contre l’obscurantisme et le terrorisme». (cf : la dépêche)
Que connaît-il de la résistance lui dont le mandat est axé sur les politiques sécuritaires, la chasse aux pauvres et la répression de ceux qui résistent à la prise du contrôle de la ville par les plus riches? (Sans parler des politiques anti-syndicales et d’une gestion budgétaire délirante avec un projet de stade à 12 millions d’euros…)

Il n’est pas étonnant qu’il ait préféré envoyer un représentant à l’autre cérémonie, celle en hommage à Jacob Insel du FTP-MOI.
Il rappelle cet événement qu’avait organisé Manuel Valls en 2012 pour commémorer la libération de Paris. Celui-ci avait en effet fait interpeller tous les militants libertaires qui avaient eu la mauvaise idée de brandir les couleurs de la CNT en souvenir des 146 espagnols du régiment de marche du Tchad qui participèrent à cette événement. (cf : le blog du 24 aout 1944)

Avec son projet de rénovation de la prison Saint-Michel pour en faire un nouveau mémorial de la résistance, a t-il pensé à faire quelque chose pour tous ceux qui y passèrent quelques temps après 44? Ceux du Scalp, des G.A.R.I, tous ceux qui ont eux le malheur de se faire choper par la flicaille jusqu’en 2009? La prison Saint-Michel, théâtre d’exécutions pendant la Seconde Guerre Mondiale, n’est pas pour autant devenue un lieu acceptable avec la Libération. Outil de contrôle social, sa simple existence prouve le mépris des riches pour les classes populaires.

Oui, la résistance est encore d’actualité, contre un capitalisme qui reprend son déguisement raciste. Mais notre résistance ne sera pas celle de Jean-Luc Moudenc. Elle se fera toujours contre les politiques sécuritaires et contre l’exclusion.

Que vive la Toulouse qui résiste!

Ps : Si le thème de la résistance vous intéresse nous vous invitons à venir nombreux à notre festival antifasciste d’octobre, le mercredi 7, pour la projection d’un documentaire sur les FTP-MOI au bar le communard.

Le racisme a une adresse

Selon les médias, mardi 14 avril, un commando cagoulé a effectué une expulsion illégale.

Non, ce n’est pas un énième squat viré par la police. Ils n’étaient qu’une grosse dizaine, sans armes et pour toute cagoule, des masques blancs. La cible : un local de l’UMP, viré en soutien aux migrants de Calais.

Mardi après-midi devant le siège de l'UMP 31./DDM, Michel Labonne.

Voici leur texte de revendication trouvé sur iaata (https://iaata.info/L-UMP-EXPULSE-EXPULSONS-L-UMP-664.html):

« L’UMP de Calais expulse !

Expulsons l’UMP !

En France, comme partout ailleurs, des milliers de migrantes et de migrants font les frais de la guerre aux pauvres, engagée par les Etats, et désormais par l´Europe. Obligées de quitter leur pays -bien souvent à cause de désordres occasionnés par l´avidité des puissances occidentales- ces personnes se retrouvent traquées par la police, mises en danger de mort lorsqu´elles tentent de passer une frontière, et méprisées par toutes les admnistrations. Tandis que cette situation s´aggrave, certains et certaines considèrent que toutes les vies ne se valent pas : cela leur permet de fuir leurs responsabilités. Nous crions l´inverse : personne n´est illégal, bienvenue à toutes et à tous les réfugié-e-s.

A Calais, la mairie UMP cherche à profiter de manière obscène de cet état de fait. Elle n´a de cesse de favoriser le racisme vis à vis des migrantes et des migrants, quand elle n´envoie pas tout bonnement ses employés municipaux faire le sale boulot d´expulsion généralement réservé aux flics. Ce parti nauséabond tente de creuser la fracture entre différentes populations, en fonction de leur couleur de peau, de leur langage ou de leur pays d’origine.

Nous ciblons aujourd’hui ce repère de réactionnaires : si les flics n’ont même pas eu à expulser manu militari cette fois-ci, la pression exercée sur les sans-papiers reste tout autant inadmissible. Mais qu’on ne s’y trompe pas, il serait absurde de pointer un parti politique comme seul responsable. En effet, la préfecture “socialiste” du Pas-de-Calais n’est pas en reste quand il s’agit d’envoyer ses sbires en uniforme terroriser les migrantes et les migrants. Nous n’attendons rien des politiques, qui ne trouvent pas mieux à faire que de dresser les unes et les uns contre les autres. Nous considérons en revanche que la solidarité entre celles et ceux qui subissent la violence de l’Etat est la seule réponse adéquate face à leur cynisme.

Nous attaquerons les responsables et les structures qui cautionnent de tels méfaits.

Nous continuerons à combattre le racisme, où qu’il se trouve.

A bas les frontières !

Mort aux Etats et aux nations ! »

Que les médias osent parler de saccage montre à quel point l’intolérance grandit vis à vis des actions, quelles qu’elles soient. Celle qui a lieu ce jour-là, qualifiée par bon nombre d’entre nous de symbolique et non violente, est criminalisée sans aucune hésitation…

Bravo aux camarades qui ont menés cette action !

 

Solidarité avec toutes celles et tous ceux qui subissent les frontières.

Solidarité avec ceux qui tentent de les abattre.

Interview de génération identitaires toulousaine

      Ils rappellent leurs grandes lignes idéologiques en tentant de faire croire qu’ils ne sont pas racistes. Et surtout ils se plaignent du climat Toulousain. C’est toujours agréable de les entendre se plaindre.

https://lechatquifouine.wordpress.com/2015/01/25/rencontre-avec-generation-identitaire-2/

   Au passage, sur le même site il y une interview de membres de la communauté congolaise sur la situation là bas, c’est interressant. Et nous tenons à réaffirmer notre solidarité envers tous ceux qui luttent.

La révolution ne sera pas télévisée.