Pas de locaux pour les fachos!!!


L’Union Antifasciste Toulousaine tient à dénoncer l’ouverture d’un « local identitaire ». Son nom, « l’Oustal » fait passer le lieu pour une belle maison promouvant la culture occitane alors que c’est le Bloc Identitaire et les Jeunesses Identitaires qui essayent encore de se cacher pour mieux brouiller les pistes en instrumentalisant la culture occitane.

Pour Rappel

Le Bloc Identitaire se veut depuis 10 ans (déjà !) la nouvelle organisation politique qui voudrait rompre avec le folklore et le romantisme qui caractérise l’extrême droite radicale, incarné par le bonehead, le skinhead d’extrême droite. Le Bloc essaie de se donner une image moderne, jeune, dynamique et surtout sans tatouages (visible), sans crânes rasés, sans rangers et sans dérapages (public). Une image sans cesse écornée au fil des années par leurs nombreuses apparitions publiques qui s’accompagnent souvent de débordements violents et racistes. Pas si étonnant lorsqu’on connaît le pédigrée des chefs et l’origine du mouvement. Le Bloc a été fondé par des anciens d’Unité Radicale, une organisation dissoute par les autorités suite à la tentative d’assassinat ratée de Jacques Chirac, le « terroriste » faisait activement partie d’Unité Radicale.

Un local pour et par les fachos

Le 11 février 2012 se tenait l’inauguration privée de « l’Oustal » situé au 36 des allées de Barcelone. Une trentaine de personnes y assistaient, un public majoritairement masculin. Étaient présent Richard et Olivier Roudier [1] mais aussi quelques boneheads toulousains [2]. Tout ce beau monde a pu pendant plusieurs heures satisfaire l’égo surdimensionné de Matthieu Clique [3], véritable instigateur de cette triste initiative. Une première soirée et déjà des débordements : plusieurs convives ont passé la nuit au commissariat et seront convoqués prochainement devant la justice… On pouvait aussi compter sur Actutoulouse avec l’étudiante journaliste Céline Lemaire qui multiplie les reportages amicaux et convenus avec les identitaires toulousains [4].

Hold-up sur la culture occitane et le reste

On note qu’ils reprennent ouvertement le nom du siège des associations occitanes situé lui aussi à Toulouse : l’Ostal d’Occitania. On attend avec impatience la réaction des véritables associations occitanes sur cette honteuse récupération. On reste dubitatif quand on sait que le chef des Identitaires Toulousains, qui s’autoproclame grand défenseur de l’occitanie, est grenoblois et étudie à Toulouse depuis moins de 3 ans ; ca manque de légitimité pour un rôle aussi important… On doute aussi que les militants identitaires puissent aligner une phrase en occitan. On doute que leur local ne comporte la moindre promotion de la culture occitane ou alors en quantité et qualité minimale pour en mettre plein la vue aux visiteurs non avertis ou à Céline Lemaire [5]… Le militant identitaire se fout de la culture, il est là pour s’implanter coûte que coûte en manipulant les identités, le terroir, la culture locale pour mieux semer le trouble dans les esprits et se forger une légitimité de terrain afin de mieux vomir sa haine de l’étranger. Avant d’être une maison occitane, ce lieu sera avant tout le local politique du Bloc Identitaire et des Jeunesses Identitaires. Un lieu pour faire des réunions, pour inviter des intellectuels d’extrême droite, pour s’entrainer à la boxe, pour boire de la Kronenbourg et aller ratonner en ville.

Triste lendemain

On ne peut que s’inquiéter de l’implantation de ce local. L’expérience des autres villes où ce type de lieu a vu le jour est édifiante. Ce lieu est voué a devenir le point de rencontre de l’extrême droite locale qui sera redynamisée par cette victoire (implantation concrète) [6]. C’est ce qui manquait à Toulouse, un lieu pour réunir les divers fachos, boneheads et autres hooligans du TFC. L’Union Antifasciste Toulousaine s’insurge ouvertement contre ce nouvel épisode marquant la triste histoire de l’extrême droite toulousaine. L’Union Antifasciste Toulousaine demande la fermeture du local situé au 36 allées de Barcelone. L’Union Antifasciste Toulousaine appelle dès à présent les associations, les structures, les organisations progressistes et toutes les bonnes volontés à se mobiliser ensemble pour établir un front commun et laver la réputation d’une ville :

Toulouse est et restera une ville antifasciste !!!

[1] Un livre ne suffirait pas pour évoquer les condamnations des nazillons : plusieurs affaires suivies ou non de condamnations pour violences, port d’arme et le tout, toujours accompagné d’actes racistes.

[2] Nous avons bien entendu, les preuves de tout ce que nous affirmons.

[3] Étudiant catholique intégriste issu d’une famille bourgeoise. Il est très tôt membre de SOS Tout Petit Grenoble (ville d’origine). Il débarque à Toulouse il y a 3 ans et y réactive la cellule anti-avortement toulousaine avant d’intégrer et devenir chef des Jeunesses Identitaires Toulousaines. En pleine crise d’adolescence tardive, il est plus satisfaisant de jouer au jeune guerrier rebelle que de fréquenter les grenouilles de bénitier « non pas avant le mariage ».

[4] On se demande encore si Céline est ingénue ou si elle milite au Bloc Identitaire ? Plus sérieusement, oui à la liberté de la presse et à l’investigation, non à la publicité partisane.

[5] On imagine aussi qu’avec ces quelques lignes critiques, les fachos vont s’empresser de se mettre à jour pour mieux paraître occitan. On prédit l’explosion des ventes de bérets et de dicos occitans dans les semaines à venir.

[6] On pensait avoir fait le tour avec les fachos toulousains qui multiplient les exactions fascistes et racistes depuis plus d’un an maintenant : dégradation de locaux syndicaux, agressions physiques, attaques de bars, attaques de concerts…

communiqué ici

Poster un commentaire

6 Commentaires

  1. ANTIFA

     /  19/02/2012

    Il faut à tout prix agir.
    Le problème d’une action violente est, en plus du fait évident qu’il entraine l’illégalité, que ce nouveau local est situé au pied d’un immeuble de riverains, qui n’ont rien demandé, à commencer par un défilé de skins…

    Répondre
  2. Sèm completament d’acòrdi amb la vòstra reaccion, Tolosa e l’occitan, èran, son e seràn totjorn cultura e tèrra de partatge e de convivéncia (e i trabalham per çò far). Se son bastits a l’entorn e amb las autras culturas de la conca miègterranènca. Malgrat lo seu embarrament dins la cultura dominanta francesa, la culture occitane a totjorn sabut gardar a l’ esperit l’acuèlh e la tolerança. Nautres sèm conscients de la nòstra Istòria, e tot çò qu’i pòt i aver de manipulacion per l’istòria oficiala de la Republica, mas se pòt pas acceptar que siá tornada interpretar per de personas tampadas que lors idèas son gaireben fascistas.
    (traduction pour lever les possibles ambiguïtés)
    Nous sommes entièrement d’accord avec votre réaction, Toulouse et l’occitan furent, sont et seront toujours culture et terre de partage et de convivialité. Ils se sont battis autour et avec les autres cultures du bassin méditerranéen. Malgré son enfermement dans la culture dominante française, la culture occitane a toujours su garder à l’esprit, l’accueil e la tolérance. Nous sommes conscient de notre propre histoire et de tout ce qu’il peut y avoir de manipulation par l’histoire officielle de la République, mais nous ne pouvons pas accepter qu’elle soit réinterprétée par des personnes obtuses aux idées fascisantes.
    Le Festival Sèm e serem

    Répondre
  3. Marie

     /  20/02/2012

    A Lille, Ils ont ouvert deux maisons flamandes, où, à défaut d’actions culturelles, ils pratiquent les sports de combats et font la fête du cochon (fête inconnue dans le nord même si on y mange de la charcuterie, « importée » de Lyon…).
    Il ne faut pas les laisser s’installer.
    Los fachistes : defòra !

    Répondre
  4. Che Guevagwen

     /  22/02/2012

    Ah les identitaires… Etant breton, les Identitaires Bretons (les Jeunesses identitaires), connus sous le nom de « Jeune Bretagne », ont carrément acheter une maison dans les Côtes-d’Armor (22) à Guerlesquin (s’il vous arriverait d’aller voir sur une carte ! ^^’). On pourrait croire que c’est banal ? Bah… Non ! Pourquoi ! Dans cette propriété, les fachos ont mis en place un terrain d’entraînement militaire, et tout le tralala du « parfait faf' ». Que ce soit à Lille, Lyon, Toulouse où en Bretagne (à Rennes*, ça commence…), ces fafs n’iront pas foutre « encore plus en l’air » cette planète… Par simple respect pour nos futurs enfants.

    * -> Le 10 décembre dernier (jour de mon anniv’), au bar « La Paillote » de Rennes (rue Saint-Michel ou « rue de la soif »), un concert antifa se déroulait. Avant le début des « hostilités », 2 dirigeants de Jeune Bretagne sont venus foutre la pression au patron du bar. Très vite, le CVED (Comité de Vigilance contre l’Extrême-Droite) Bretagne s’est rappliqué devant le bar pour former un SO « à l’arrache ». Moi qui étais dans un bar sur la place d’à-coté… Je sors, à peine deux minutes plus tard, les fafs se font coursés par les antifas à coup de « vol de chaises » et certains antifascistes avaient des battes… Je condamne complètement les comportements des identitaires mais aussi le fait de courser des gens avec des battes en plein centre-ville d’une ville aussi grande que Rennes… Mais bon faut avouer que quand tu te fais gazer sans raison, tu réfléchis pas trop…

    -> Dernier exemple récent = juin 2011, Laurent James (proche de Soral) était venu dans un bar de Rennes (« Le Fleurte ») dans le cadre d’une réunion publique de « Égalité & Réconciliation ». Le collectif antifa de Rennes était venu aux abords du bar apporter leur désapprobation claire sur ce genre d’initiative ! « Vers 15h00, le ton a brusquement monté du côté des organisateurs : menaces de mort à plusieurs reprises, menaces physiques et bousculades, puis charge contre les militants antifascistes. Cette attaque a été menée à coups de matraques télescopiques, de grenades lacrymogènes grand format, de canettes vides lancées à leur encontre, mais également de flash-balls, dont ils ont fait usage à de nombreuses reprises en visant la tête.

    Pourchassés par une dizaine de militants d’extrême-droite extrêmement violents et armés, les militants antifascistes n’ont eu d’autre choix que d’assurer leur sécurité en tentant de se replier vers le centre-ville. Durant ce repli, rue Jean Guéhenno, alors même qu’ils étaient toujours pourchassés à pied par les militants d’Égalité & Réconciliation, ils ont été pris pour cible par une voiture lancée à toute vitesse et conduite par l’un d’entre eux.
    Violemment percuté par le véhicule, un militant a dû être évacué vers l’hôpital tandis que son agresseur prenait la fuite boulevard de Sévigné. » (texte tiré d’un communiqué de presse du collectif antifa de Rennes sur cette affaire)

    Merci d’avoir tout lu ! ^^’

    Salutations révolutionnaires et antifascistes

    « Che Guevagwen »

    Répondre
  5. Bonjorn,

    Nous sommes le groupe de musique occitane La Talvera, engagés non seulement pour la défense de la culture occitane mais aussi pour toutes les anti-fascistes et autres. Nous soutenons bien sûr votre démarche et nous sommes prêts à nous joindre à toute action d’information pour dénoncer l’ouverture d’un local fasciste, de n’importe quel coin du monde, à plus forte raison quand ce mouvement utilise une étiquette comme la culture occitane, qui par définition et par son histoire ne peut être qu’antifascite, comme elle est contre le centralisme, l’impérialisme, et la globalisation. Nous allons faire suivre l’info à tous nos adhérents et sympathisants, et dans nos chansons.

    Chantez avec nous sur l’air de La Marine de Brassens :

    « Votètz pas per la Marina
    Ni per son amic Sarkozy
    Vos faria far lo regime
    Ambe d’aiga de Vichy ! »

    Amistats

    Daniel Loddo
    pour LA TALVERA

    Répondre
  6. veganissimo

     /  06/03/2012

    Vu sur le blog des zidentitaires niçois
    http://www.lou-bastioun.com/2012/02/25/loustal-la-maison-de-lidentite-toulousaine/
    un entretien avec le m clique et sa jeune tète de con pré pubère. Le mec dit être occitan alors qu’il vient de Grenoble (sic) les mecs cherchent la respectabilité un peu partout sur internet, mais dans les faits c’est autre chose. Ils se traînent des boulets neo nazes comme le fils roudier que l’on peut apercevoir sur les photos de l inauguration du courtil a cochon toulousain. Voici le roudier
    http://www.20minutes.fr/societe/765664-eleveur-incarcere-saluts-nazis-insultes-racistes

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :