Procés d’Houria Bouteldja


Mercredi 14 décembre 2011 à Toulouse s’est tenu le procès d’Houria Bouteldja, militante progressiste qui dénonce depuis des années l’abject racisme institutionnalisé de l’État et celui des groupuscules d’extrême droite.

C’est ce combat contre les discriminations racistes qui lui a valu d’être poursuivi en justice pour injure raciale contre « les français-e-s » par l’AGRIF. Cette organisation pilotée par Bernard Anthony, anciennement membre de l’OAS et député européen du front national, n’en est pas à son premier coup d’essai. Se cachant régulièrement derrière la justice pour faire valoir leurs haines des immigré-e-s et la défense de la suprématie chrétienne, l’AGRIF avait déjà demandé l’interdiction de GOLGOTA PICNIC.

Dans ces conditions, l’Union antifasciste toulousaine ne pouvait qu’apporter son soutien et son aide face aux manœuvres de l’extrême droite pour la faire taire. Le collectif de soutien, auquel l’UAT s’est joint, a alors appelé à un rassemblement devant le tribunal de justice de Toulouse pour contrer l’appel national du Bloc identitaire, de Riposte laïque et de l’AGRIF. Ayant appelé à grand coup de trompette à une grande mobilisation nationale depuis des mois, la troupe des cranes rasés et autres chrétiens fondamentalistes s’est finalement réduit à… 60 personnes agitant frénétiquement drapeaux français et banderoles pitoyablement provocatrices. Fidèle a son incapacité de mobilisation, le Bloc identitaire s’est juste cantonné a une simple opération de communication avec une mise de scène du plus mauvais goût pour prôner sa nouvelle théorie du « racisme anti blanc » et victimiser ainsi les « véritables francais-e-s » face à ceux de l’immigration. Une nouvelle fois stigmatisé et victime de l’entreprise coloniale, les enfants d’immigré-e-s restent plus que jamais dans la ligne de mire de l’extrême droite et nous devons continuer à leur opposer avec force une solidarité de classes sans faille. Aux slogans « on est chez nous » s’est ajouté sa succession de saluts nazis qui n’a pas choqué le fier dispositif policier présent. Police qui a laissé carte blanche aux identitaires pour s’installer devant le tribunal alors que le rassemblement en soutien a Houria était prévu au même endroit. Le bref discours de Fabrice Robert, président du bloc identitaire et de son acolyte de Riposte laïque n’ayant même pas convaincue leurs propres publics, leur petit groupe s’est dispersé sans même demander leurs restes pour retourner dans leurs villes. L’Union antifasciste toulousaine continuera son combat contre toutes les discriminations et restera sans compromission face aux discours de l’extrême droite.

Résolument anticapitaliste, anti-impérialiste et fièrement anti français de souche, l’UAT continuera a soutenir les militant-e-s progressistes menacées par la gangrène fasciste et rappelle son soutien franc à tous ces militant-e-s.

communiqué ici

Publicités
Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :