Soutenons la lutte palestinienne !


Lutter pour les droits du peuple palestinien et lutter contre le fascisme et le racisme sont intimement liés.

Ces derniers jours, nous avons été témoins d’une agression meurtière d’Israel contre le peuple palestinien. 340 morts en douze jours. Mais aussi d’une couverture médiatique francaise clairement sioniste, défendant les intérêts de l’Etat d’Israel.

Face à ces assassinats, les manifestations de soutien au peuple palestinien ont éclaté un peu partout.  10440760_311381502351521_6047198099732670235_n
Le gouvernement francais, fidèle à sa tradition impérialiste, a une nouvelle fois réprimé le mouvement pro palestinien. 38 interpellations en une seule manifestation pour jets de projectiles, violences contre les forces de l’ordre et outrage. Manifestation interdite car le gouvernement protège l’extrême droite radicale et plus particulièrement la Ligue de Défense Juive (LDJ) qui enchaine mensonges et provocation. Ligue de défense juive, groupuscule d’extrême droite ouvertement sioniste, qui s’est attaquée à la manifestation pro-palestinienne de Paris.

Le gouvernement a voulu couper tout élan populaire de solidarité envers le peuple palestinien pour plaire à la ligue de défense juive et à ses soutiens.

10418190_306140229542315_6147799247191858691_nIl est alors facile de s’arrêter à ses seuls faits pour stigmatiser toute la communauté juive. Mais la réalité est tout autre. La lutte des classes est une réalité: il existe un conflit entre les intérêts de la classe dominante et ceux du peuple. La lutte anti sioniste pour la Palestine libre n’échappe pas à cette analyse. Et même en reconnaissant que l’Etat d’Israël est un état sioniste, nous condamnons fermement tous discours simplistes qui parlent d’un "complot" juif et qui utilisent l’anti sionisme pour cacher l’ anti sémitisme. La lutte contre le sionisme est avant tout une lutte contre le racisme et elle ne peut être menée avec des antisémites et ceux qui stigmatisent les juifs.

En effet, à Toulouse, nous avons aussi remarqué la présence de partisans de Soral et des journalistes de l’Agence Info Libre que nous avions vu couvrir la plupart des rassemblements des « quenellistes ». Manipulant la lutte anti sioniste du peuple palestinien, les Soraliens cherchent à diviser le peuple pour faire passer leur vision antisémite du monde.

Mais ne nous leurrons pas, les manifestations de soutien à la Palestine ne sont pas les lieux ou propager l’antisémitisme. Les campagnes antifascistes et anti-impérialistes ne sont pas là pour propager la haine contre les juifs (et laisse divaguer les manifestants sur un soit disant complot).

Elles sont là pour dénoncer l’État illégitime d’Israël, sa politique sioniste et ses alliés. Elles sont aussi là pour soutenir la résistance du peuple palestinien qui depuis des dizaines d’années subit l’apartheid d’un Etat raciste.

Nous luttons contre une politique raciste, colonialiste et impérialiste menée par l’État israélien.

Contre le fascisme et le sionisme, soutien à la résistance palestinienne !

Relaxe pour les inculpés de la manifestation pro-palestinienne du 19/07 à Paris

Pour plus d’informations sur les mobilisations de soutien au peuple palestinien :

http://couppourcoup31.over-blog.com/
https://fr-fr.facebook.com/CoupPourCoup31

Pour éviter les amalgames:

Sionisme: idéologie politique ultra nationaliste qui cherche à imposer l’État d’Israël par tous les moyens nécessaires.  Toute critique du nationalisme vise alors aussi le sionisme.
Antisémitisme : Doctrine ou attitude d’hostilité systématique à l’égard des juifs

Solidarité avec les inculpés


flyer

Le verdict est tombé pour les inculpés contre le rassemblement de Jour de Colére.

Sur 7 peines, 4 sont du ferme (de 1 à 4 mois, 10 mois en tout), les 3 autres du sursis (3 et 4 mois, 11 mois en tout), sans compter la série d’amendes.

A son habitude la justice nous a prouvé son camp. Procés verbaux vides des policiers (" individu nord africain vétus de noir que nous avons perdu de vue puis retrouvé"), questions déplacées du juge ("prouvez nous votre culture pour une fois, qui est Pétain?")…

La justice a abattu toutes ses cartes contre les inculpés.

Soutenez les inculpés, rejoignez le comité de soutien : comite5avril@riseup.net

Et ci aprés, en lien, un article de "la horde " résumant lui aussi la tenue du procés: il suffit de cliquer ici

Palestine vivra ! Palestine vaincra !


ob_f829bc_affiche-palestine-coup-pour-coup-31Une vague de répression s’abat depuis plusieurs jours sur toute la Palestine. Des raids meurtriers frappent Gaza qui, depuis 2007, est asphyxié par un blocus inhumain. Des centaines de nouvelles arrestations ont été menées ces dernières semaines par l’occupant sioniste qui persiste dans sa volonté de maintenir ce déni du droit qu’est la détention administrative. Celle-ci a conduit les prisonniers à se mettre en grève de la faim. La répression s’abat sur toute la Cisjordanie et Jérusalem avec de nombreuses victimes, morts et blessés, la dernière connue étant un jeune Palestinien de Jérusalem-Est, Mohammed Abu Khdeir, torturé et assassiné.

Le prétexte de l’enlèvement tragique de trois colons israéliens ne saurait masquer la volonté israélienne de poursuivre la conquête coloniale de la Palestine et d’imposer au peuple palestinien l’apartheid avec son ordre répressif et raciste.

C’est à une répression de grande ampleur que se préparent les dirigeants israéliens forts de la complicité des dirigeants occidentaux.

Le collectif anti-impérialiste Coup Pour Coup 31 appelle à une large mobilisation de solidarité envers le peuple palestinien. Nous exigeons l’arrêt immédiat des attaques israéliennes, la levée du blocus de Gaza et la libération de tous les prisonniers politiques palestiniens !

 10330422_828663370479819_3391806545998065752_n

Vive la lutte du peuple palestinien

     Rassemblement Jeudi 10 Juillet – 19H

Square Charles de Gaulle (Métro Capitole – Toulouse)

CONSPI, CASSE TOI EN ATLANTIDE !


A l’heure de l’abandon des médias traditionnels, tout un chacun cherche à avoir une source d’information fiable sur internet. Les grandes chaînes de télévision fournissent une vision de l’actualité qui ne peut qu’aller dans le sens des dominants. Cet abandon des médias traditionnels est très probablement bénéfique et probablement un bon signe quant à l’indépendance politique.
Cependant, internet est un fourre tout incroyable dans lequel toutes sortes d’idées peuvent se mêler.

L’erreur de celui qui abandonne les mass-média  serait et est souvent de perdre tout esprit critique au moment de chercher une information fiable sur la toile. Le sensationnalisme a souvent raison de la raison. En effet, après avoir pris conscience que les grandes chaînes n’offrent rien d’objectif et de constructif certains sont tentés de se laisser aller à n’importe quoi.

Les conspirationnistes et confusionnistes l’ont bien compris et aujourd’hui ils existent surtout grâce à internet. Il est important de bien comprendre de quoi il s’agit et qui ils sont. Les conspirationnistes croient dans une « théorie du complot ». Certains groupes occultes seraient coupables de tous les maux de la terre : guerres, contrôle  des masses, abrutissement des populations par voies chimiques et c. Les confusionnistes sont pour leur part des conspirationnistes qui se cachent derrière des mots qu’ils rendent flou afin de cacher leurs idées. L’extrême droite se qualifiera parfois d’antisioniste alors qu’elle est clairement antisémite ou parlera d’un « empire judéo-franc-maçon » comme le fait Alain Soral.Sans nom 2(1)

Il est important de dénoncer aujourd’hui ces conspirationniste. D’une part, comme expliqué précédemment, ils ont une forte visibilité sur le net (facebook et youtube), mais en plus ils sont contre-productifs pour toutes nos luttes. En incitant les gens à lutter contre des problèmes qui n’existent pas (extra-terrestres, complot judéo-LGBTo-réptiliano-bolchévique) ils détournent les classes populaires des véritables problèmes que sont le sexisme, le racisme et le capitalisme.

En plus de détourner des problèmes importants, les conspirationnistes, deviennent un véritable problème. Toutes ces théories tendent vers l’extrême droite et la renforcent par le flou qui les entourent. Certains seraient prêts à s’affirmer de gauche tout en disant que la pauvreté, « c’est la faute des juifs et des pédés ».

Nous ne pouvons pas tolérer de telles abominations. Le sensationnalisme conspirationniste, n’a qu’un but, faire un max de thunes : à 30 euros le bouquin qui t’explique que tous les politiciens de notre pays sont des pédophiles et des vidéos qui font deux millions de vues qui t’expliquent que « les antifascistes sont les nouveaux fascistes », il y a bien de l’argent qui arrive dans les poches de quelqu’un. Et ce n’est pas dans celles d’un prétendu complot.

Le conspirationnisme doit être combattu au même titre que le fascisme et le capitalisme. Il en va de la réussite de nos luttes.

Alors conspi, pour le bien de tous, casse toi en Atlantide!

Soirée de soutien vendredi 13 Juin


fly 5

Pourquoi nous ne nous associons pas à l’indignation sur les scores électoraux du Front National ?


Depuis quelques jours, on assiste à une indignation citoyenne face à la montée de l’extrême droite dans les urnes .

Nous ne sommes pas citoyens de cette république, nous nous désintéressons de la politique institutionnelle. Nous ne pensons pas que le système actuel permettra de faire face au front national et à ses idées. Au contraire, ce système l’a créé et a véhiculé ses idées depuis des années, par ses choix politiques et par ses médias. « Anti système », le front national ne l’a jamais été, il est logique qu’il ait facilement réussi à trouver sa place dans l’échiquier politique. Ceux qui s’indigent aujourd’hui de "la montée du FN" ne sont pas nos camarades. C’est bien la politique raciste et capitaliste de l’UMP comme du PS qui véhicule et récupère les idées du Front national. Racisme républicain ou racisme bien-pensant sont les fers de lance de la politique du FN.
Depuis sa création, le Front National n’a jamais été « un vote de colère » contre le système mais bien un vote de soumission a ce système, raciste et individualiste.bourgeoisie-dogs

Électoraliste et manipulateur, le Front n’a rien à envier aux autres partis. Nous, antifascistes de l’union antifasciste toulousaine sommes radicalement anti capitaliste. Nous ne nous soumettrons jamais à la mascarade électorale.  Nous ne rentrerons pas dans leurs jeux.

 

Nous dénonçons la montée du fascisme depuis maintenant plusieurs années. La violence de l’extrême droite est une réalité. Les agressions et les meurtres fascistes se multiplient.

La répression s’abat sur celles et ceux qui veulent s’y opposer. Et face à cela, nous ne sommes pas indignés, nous combattons ! L’indignation doit laisser place à la colère et à la rage pour créer les conditions d’un vrai rapport de force face à l’extrême droite pour abattre ce système. Nous ne combattrons pas le Front National avec ses armes républicaines, nous le combattrons par une lutte quotidienne contre le racisme, le fascisme, le sexisme et l’homophobie.

Nous détruirons le Front National par des luttes sociales, solidaires et populaires.

Clément, à jamais dans nos coeurs


Le 5 juin 2013, l’extrême droite a tué notre camarade Clément Méric. Un an après, nous ne pouvons que constater que les fascistes continuent de déverser leur haine, leur violence et leur racisme partout en Europe. Nous n’oublions pas les coups de feu contre un concert organisé par RUSF à Clermont-Ferrand et l’assassinat de Pavlos Fyssas, rappeur grec tué au couteau par les néonazis de l’Aube Dorée. Mais ces actions vont de pair avec la banalisation des discours racistes et xénophobes tant dans les medias que dans la politique institutionnelle. Il suffit de voir la politique « anti-rrom » mise en place par M. Valls ou la tentative de dédiabolisation du Front National.

1234069_803247223021434_7773553473625348179_n

La crise du capitalisme que nous traversons laisse place en Europe et en France au développement de partis ouvertement fascistes et néonazis comme l’Aube Dorée en Grèce et les groupes nationalistes dans l’Est de l’Europe.

Clément était un militant qui croyait fermement en l’égalité, la justice sociale et la lutte. Il détestait le racisme, l’homophobie, la violence d’Etat ; c’est un camarade qui avait décidé, suivant ses principes, de lutter contre le fascisme, idéologiquement comme dans la rue.

Et nous savons qu’il avait bien raison, la seule solution étant la lutte et l’organisation collective à tous les niveaux : idéologique, culturel et militant. On ne doit pas laisser la possibilité à l’extrême droite de s’implanter. Il n’y a pas de “liberté d’expression”, de “liberté de parole”… pour ceux qui nient toutes ces libertés. Pas de tolérance pour l’intolérance.

Ce sont les politiques de la droite comme de la gauche parlementaire qui ont favorisé la montée de l’extrême droite, ce qui nous a conduit à ce meurtre : la seule réponse possible et efficace est la lutte antifasciste et révolutionnaire.

Pour cela Clément doit vivre dans nos luttes, pour l’égalité, pour la justice sociale, pour se libérer du fascisme et du capitalisme.

Pour Clément et pour les autres victimes du fascisme il n’y aura ni oubli ni pardon, rien ne restera impuni.

Seule la lutte paie

Soutien aux inculpés du rassemblement contre Jour de colère


Le samedi 5 avril 2014 à Toulouse, place du Capitole, un rassemblement de néo nazis a entaché notre ville. Salut nazis, drapeaux ornés de la croix celtique et drap10153770_772978022715021_523747150_neaux français, le ton du rassemblement parle pour lui même. Quelques dizaines de militants d’extrême droite se retrouvent protégés par la police, derrière des barrières, pour laisser vomir leur racisme et leur nostalgie des régimes fascistes. Un peu plus loin ce sont les “Dieudonnistes” qui cherchent à répandre leur antisémitisme et leurs discours réactionnaires et complotistes. Un peu plus loin des néo nazis, car ils ne les assument pas publiquement malgré le fait d’avoir appelé au rassemblement avec eux. Une place du Capitole alors parsemés par l’extrême droite.

Malgré la faiblesse de leur rassemblement et leur provocation constante, la police les protège de la foule en colère et les laisse fanfaronner sur place sans moucher. La foule hostile grandit et grossit le contre rassemblement. Malgré cela la police continue à bloquer l’accès au Capitole, empêchant le déplacement du contre rassemblement pour faire fuir l’extrême droite. La police en profite pour arrêter arbitrairement les personnes qu’elles voient sur son chemin et qui laissent éclater leur colère face à ce spectacle.

Arrestations arbitraires, sans preuve ni motif : 8 inculpés se retrouvent en garde à vue parmi des centaines de manifestants. La plupart passeront en procès au mois de juin avec le chef d’inculpation de « violence sur agent ». Chef d’inculpation standard quand on n’a rien d’autres à se mettre sous la dent.
Dans ce climat d’austérité où l’extrême droite connait une liberté d’expression de plus en plus décomplexé, la police est un des outils d’une répression politique de plus en plus durcie. Police au service de l’Etat et des gouvernants qui protège l’extrême droite face à la gronde populaire.
Et la violence ne s’arrête pas aux mouvements sociaux. Dans les quartiers populaires, on développe les mesures sécuritaires afin de contenir la révolte et la rage. Le durcissement des lois liberticides et la montée de l’extrême droite servent le même objectif: faire taire les mouvements sociaux, leurs revendications et la remise en cause du capitalisme!

TOULOUSE MÉTISSE ET POPULAIRE !
LA SOLIDARITÉ EST NOTRE ARME !
RELAXE POUR LES INCULPES !

Le tract en PDF ici

 

Le lien du pot commun de soutien aux inculpés: https://www.lepotcommun.fr/pot/t7jb2h9h

Tous unis contre la repression !


Suite à l’appel par différents collectifs de soutien à la ZAD à une journée de manifestation contre la répression du mouvement anti aéroport à NDDL, un rendez vous est donné à toulouse, nous relayons cet appel :

Au Val de Suse, à Nantes, à Rio et partout, ce sont les mêmes flics et les mêmes juges qui nous humilient, nous mutilent, nous enferment pour défendre leur monde : par leurs contrôles d’identité, leurs flashballs et leurs régimes d’exception.À Toulouse, le grand nettoyage de printemps a commencé, leur volonté d’aménager la ville, d’aménager nos vies est tout aussi palpable : c’est leur “défi propreté”. Les Indésirables doivent disparaître pour laisser place aux écoquartiers de Toulouse Métropole.Ils voudraient rendre impossible de nouvelles ouvertures de squat : la bac se permet des expulsions sauvages pendant que la mairie fait pression sur les propriétaires entre deux arrêtés putophobes.La machine à expulser continue de tourner, les SDF se font sans cesse emmerder. Et lorsqu’on veut élever la voix contre les discriminations, ils nous répondent encore une fois par la gazeuse. Ces attaques ne découlent pas de dysfonctionnements : il s’agit d’un processus général destiné à étouffer toute velléité d’opposition. C’est normal.Cette cohérence nous amène à considérer l’ensemble de la métropole comme une cible. Dès lors, s’opposer à la gentrification, à l’invisibilisation des pauvres, à la vie qu’ils nous vendent à grands coups de publicité font partie d’un même combat : nous aspirons à nous réapproprier nos vies.Si nous appelons à un rassemblement, c’est qu’ils nous paraît nécessaire de faire écho aux luttes d’ailleurs, mais également de se donner les moyens à Toulouse de construire une riposte.

Nous aurions préféré prendre l’initiative, plutôt que d’agir au rythme des répressions en tout genre. Cependant, il est opportun de nous rassembler afin d’évaluer nos potentialités, d’enrayer l’isolement qu’ils tentent de nous imposer et de nous libérer du flic qu’ils sont parvenus à placer en chacun de nous, ne serait-ce que le temps d’une action commune.

Urgence 17



RASSEMBLEMENT 14H CAPITOLE !

Pas de justice, pas de paix !


Lundi 21 avril, fin d’après-midi. Le CREA réquisitionne deux maisons. Coups, flashball, hôpital, blessures et garde à vue (GAV), voilà le résultat.

Leur histoire est raconté sur le site iatta ici et ici .

Un appel à témoins a été lancé pour soutenir le camarade hospitalisé. Si vous avez des vidéos, des photos, des témoignages écrits, envoyez un mail à : pantheres@riseup.net

Ci dessous le communiqué du CREA :

        A Toulouse, depuis plus de trois98CRea3 ans nous, familles avec enfants, étudiant.es précaires, travailleur.euses.s pauvres, galériens.nnes privé.e.s de papiers, réquisitionnons des bâtiments vides privés et publics pour nous loger, nous organiser et vivre selon nos propres moyens et nos propres besoins. Dans cette même logique, depuis plus de trois ans, insoumissibles aux logiques de l’Etat, du capital, et des politiques bourgeoises nous refusons de laisser organiser les conditions de notre misère et notre exploitation.

C’est ainsi, que lundi 21 avril, nous, habitant.e.s et soutiens du Centre Social Autogéré du 57 avenue Jean-Rieux étions obligé.es de rendre les clefs du bâtiment réquisitionné depuis octobre 2013 après que Mr Jean-Luc Moudenc, nouveau maire ressuscité de la droite toulousaine, ait personnellement « prié » le propriétaire de nous expulser sous menace d’un carnage policier. Il est clair que dans la logique de la Justice et que dans l’obsession personnelle et maladive de Mr Moudenc de « nettoyer sa ville », les intérêt des pauvres et leurs organisations ne valent rien.
C’est ainsi bien conscient de cela, que nous avions ouvert par nécessité, quelques jours auparavant, deux nouvelles réquisitions à la Roseraie que nous venions d’officialiser.

Mais dès dimanche soir et ce jusqu’à l’expulsion, se sont succédés autour de ces deux maisons : vrais et faux propriétaires, renforts massif d’agents immobiliers, policiers divers et variés s’étant tous accorder sur le même discours : notre impossibilité à rester dans les lieux quelque soient nos droits et nos déterminations. Le dispositif s’accélère le lundi après-midi lorsque nous nous trouvions à l’intérieur des bâtiments. Fort d’une plainte fallacieuse et illusoire pour violation de domicile déposée par les propriétaires, les renseignements généraux ont, dans un premier temps, tenté d’interroger plusieurs personnes identifiées de la CREA. Bredouilles, ils repartent pour mieux revenir une heure après accompagnés de plusieurs camions de CRS bloquant la rue et ordonnant l’expulsion immédiate et illégale des bâtiments, sans solution de relogement.
Après discussion, nous nous décidons à sortir des maisons, avec nos affaires et sans que personne ne soit embarqué, à qui serait intimé l’obligation de répondre de la plainte du propriétaire.
Une heure plus tard, nous nous trouvons tous dehors: habitant.tes, entourés de nos soutiens et de nombreux voisin.e.s. lorsque le lourd dispositif policier finit de se mettre en place. Nous nous interrogeons encore sur l’impressionnant arsenal mis en œuvre : plus d’une centaine de policiers de corps différents, une quinzaine de camions, brigades des CSI, BAC, Police nationale, gardes-mobiles, renseignements généraux, lorsqu’au même moment le gouvernement se pavane vulgairement dans les médias en parlant de « plans d’économies » et de « gestion sociale » du pays.

Nous déménageons nos affaires lorsque la BAC décide d’interpeller quelqu’un identifié comme  « responsable ». En plus de la violence de l’intervention, s’en suit un déluge de coups de la part des tous les policiers : gaz lacrymos, tir de grenade dispersive, tir tendu de flash-ball au visage. Un autre camarade s’est écroulé au sol, se faisant secourir et transporter à l’hôpital par les voisin.e.s. Touché en pleine face, plus de la moitié des os de son visage ont explosé. Plusieurs personnes ont été blessées, et la chasse à l’homme dure plusieurs heures. De plus, quatre personnes ont été interpellées, une est toujours en garde-à-vue ce mercredi matin et une cinquante de personnes se retrouvent à la rue du fait de l’acharnement de la Mairie et de la Préfécture.

Nous adressons donc un message au nouveau maire de Toulouse et à tous ceux qui partagent ses idées et intérêts : les pauvres ne disparaissent pas à coups de tonfa magique. Les surveillances,  contrôles, expulsions, répressions ne font qu’ accroitre nos déterminations à ne pas nous résigner au jeu des pouvoirs publics de droite comme de gauche, et à choisir pour et par nous-mêmes nos conditions d’existence. Des bâtiments sont vides, des gens sont à la rue : réquisitionnons ce qui à été construit par le peuple pour loger le peuple.

  Ici et maintenant, rencontrons-nous, organisons-nous.
        Tous pour Tou.tes
        Pouvoir au peuple

 

 

 

 

 

 

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 64 autres abonnés